Musique
Playlist de la semaine (111)

Playlist de la semaine (111)

11 avril 2015 | PAR Bastien Stisi

Le retour étonnament pop d’Aufgang, le clip moodoïdien de Moodoïd, le premier EP des missionnaires pop Iñigo Montoya…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Aufgang, « Shaman »

Sans Francesco Tristano, parti vers de nouveaux horizons depuis la date de l’ancien trio au théâtre des Bouffes du Nord, Rami Khalifé (le frère de Bachar) et Aymeric Westrich empruntent avec Aufgang un virage radical, en livrant avec « Shaman » un morceau électro pop aux tendances discoïdes qui rappellent plus les Shoes ou les Foster the People qu’Aufgang, Air On Fire ou Istiklaliya, leurs trois premiers albums qui mélangeaient avec force et élégance musiques électroniques et musiques classiques. Virage téméraire pour résultat bipolaire, on attend de voir ce que donnera cette bizarrerie inattendue sur un plus long terme et un plus long format.


2. Moodoïd, « Heavy Metal Be Bop 2 »

Jazz club vintage, flics en cuir, paillettes partout (évidemment), bouffe érotisée, chorégraphies charnelles, avaleurs de sabres, tapis volants, et globalement une évocation constante des jouissances des corps et des esprits : ce n’était pas chose aisée compte tenu de la qualité des précédents essais (« De Folie Pure », « Les Chemins de Travetse », « La Lune »), mais le clip d’« Heavy Metal Be Bop 2 », qui provient du Monde Möö de Moodoïd, s’impose comme le clip le plus réussi du projet mené par Pablo Padovani. Et c’est justement le chanteur à paillettes et aux manières accentuées, que l’on sait passé jadis par une école de cinéma, qui s’est chargé de la réalisation de ce clip illustrateur d’un titre que l’on pourra entendre, parce que le groupe ne s’arrête décidément plus de tourner, au festival Art Rock de Saint-Brieuc (24 mai), à la Cigale (7 juin) ou encore au festival Days Off (4 juillet).

3. Jeanne Added, « A War Is Coming »

« Ça parle beaucoup de ma peur à moi d’y aller, de me bouger. C’est quelque chose contre je lutte encore. Le fait de prendre la parole, de participer, de rencontrer des gens, de faire des interviews, de tomber amoureuse…» Dans les confidences (relatives) de l’interview, Jeanne Added nous disait les appréhensions qui étaient les siennes et les obstacles, qu’elle avait dû franchir avant de se lancer véritablement dans la carrière d’artiste « pop ». Ce sont ces craintes ombrageuses et dangereuses qui transparaissent parfaitement sur le clip de son morceau « A War Is Coming », réalisé par François Devulder, à l’intérieur duquel l’on découvre la Française, le visage troublé et salis, sur lequel l’on ne sait pas très bien si coule encore du sang ou une terre bien mouillée…On la retrouvera bientôt, maintenant que son  premier EP est paru chez Naïve au Printemps de Bourges, où l’on attend de la découvrir en live avec une réelle impatience.

4. Camp Claude, « Blow »

À la tête, avec deux tiers de Tristesse Contemporaine (Mike Giffts et de Leo Hellden), de son projet Camp Claude, Diane Sagnier se la joue rock & roll (l’attitude lui convient bien) pour les besoins de son dernier clip « Blow ». Aperçus cette semaine au Point Éphémère, où l’on aura noté la belle progression scénique du trio (il faudra juste penser à oublier toute idée de reprise…), Diane, Mike et Leo annoncent avec « Blow » un nouvel EP à venir chez Believe Recordings que l’on espère aussi sombrement synthpop que ce premier extrait vaporeux, frontal et délétère.

5. Iñigo Montoya, « Après le Serpent »

Après un premier morceau dont on avait soulevé l’intérêt en juin dernier (« How I Became A Ghost »), et après quelques lives remarqués (à la Plage du Glazart, et surtout en première partie de Caandides au Pop-Up du Label), Iñigo Montoya! fait paraître bientôt (le 18 mai) un premier EP (InÞigEP01) réaliste et fantasmagorique chanté en français mais transcrit à travers un langage déjà plein d’une iconographie très personnelle. Bien implantés dans le circuit (Pierre Plantin et Quentin formaient Mungo Park, Louis Delorme est batteur chez Blind Digital Citizen, et Adrien Pallot a produit les albums de La Femme, de Moodoïd, de Grand Blanc, de Caandides), les quatre garçons ont su se nourrir de leurs (glorieuses) expériences passées, et font de la pop comme d’autres partent en safari (sans clôtures). Dans le titre « Après le Serpent », post-biblique et vaginal (on doit le clip à l’agence graphique ZEUGL, en charge de toute l’identité visuelle du projet), on rencontre des tribus indigènes, des incantations aériennes, des polaroids de vie regardés à travers un kaléidoscope psyché-pop. Avant d’en entendre plus largement parler, on retrouvera Iñigo Montoya!  au Petit Bain le 23 avril, à l’occasion d’une nouvelle édition des soirées Labo Pop qui fera office de véritable fête de famille, puisque le quatuor introduira le concert de Caandides et celui de Blind Digital Citizen…

6. Rhum For Pauline, « Boyshake Lady »

Libéré du poids d’un premier album qu’il a mis tant de temps à sortir et qu’il a longtemps défendu sur scène, Raphaël d’Hervez de Pegase a rejoint les rangs de Rhum For Pauline, sorte de super groupe pop nantais sur lequel l’on retrouve aussi le local Romain Lallement (lui aussi membre de Pegase…), dont on célébrait il y a quelques semaines le brillant projet personnel Lenparrot. Et puisque Nantes, comme Reims, Bordeaux, Rennes ou Caen, fait partie de ces métropoles françaises où les talents collaborent et cohabitent au sein d’une osmose enrichissante, Rhum For Pauline est justement signé sur le label fondé par Raphaël, Futur Records, qui accueillait déjà les deux premiers EP d’un groupe dont on accueille aujourd’hui un nouveau clip, celui du titre « Boyshake Lady ». Un premier album, auquel l’on accole les catégorisation « dream pop », « progressif » et « synthpop » est en préparation, et devrait sortir avant la fin de l’année.

7. Sufjan Stevens, « Carrie & Lowell (Les Gordon remix) »

Thérapeutique et intimiste de manière initiale, « Carrie & Lowell » (qui porte le même nom que l’album / que la mère et le beau-père de Sufjan) s’enroule dans une vague de house ensoleillée avec ce remix punchy proposé par Les Gordon qui, s’il ne provoquera aucune nausée auditive, interroge toutefois une nouvelle fois la pertinence de ces remixes galvaudeurs à l’espérance de vie limitée. On favorisera évidemment la version originale, à laquelle il faudra coupler l’écoute entière, intégrale et attentive d’un album bouleversant d’empathie humaine et de tendresse folk.

Visuel : (c) pochette de Shaman d’Aufgang

« Moi, la grosse » de Matteo Cellini: derrière les apparences, la vie.
« Do Disturb », Un week-end de performances jour et nuit du 10 au 12 avril, au Palais de Tokyo
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture