Musique
Playlist de la semaine (99)

Playlist de la semaine (99)

17 janvier 2015 | PAR Bastien Stisi

Un nouveau morceau pour les Django Django, l’invasion rusée de Prodigy, le projet éphémère et à six mains de Faker, Thylacine et Superpoze……la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Django Django, « First Light »

Facile facile, le premier single du deuxième album (très très attendu) des Django Django : avec sa ligne de synthé eighty, ses mélodies à trois voix et son refrain qui se répète à n’en plus finir, le trio Écossais, dont on avait vénéré il y a un peu plus de deux ans le parfait premier album éponyme, n’offre pour le moment qu’un pastiche pas désagréable mais pas non plus formidable des compositions de sa première pépite discographique. « First Light », ok, mais vite vite, un second extrait que l’on se rassure !

2. The Prodigy, « Nasty »

The Day Is My Enemy. Et les renards aux yeux blanchis sont les nôtres : si l’on se fie au premier extrait du prochain album de The Prodigy (qui sortira le 30 mars), l’évocateur et virulent « Nasty » et ses sirènes de grande urgence humanitaire, il conviendra en effet de se méfier des canidés rusés dans les prochaines semaines. Car ceux-ci transforment les humains qui se perdent trop longtemps dans leurs regards en l’un des leurs, de la même manière que les auditeurs du groupe britannique, mené par Liam Howlett, se transforment en malades du cerveau et des jambes dès lors que résonne la transe punk et raveuse de ces adeptes du bordel sensoriel.

3. Fakear ; Superpoze, Thylacine, « Quickscope »

Aditionner trois des jeunes talents les plus en vue de l’electronica house française tendance « tour du monde en 4 minutes 30 ». Les regrouper sur un projet connexe, élaboré le temps de quelques heures. Diffuser le tout. Voici « Quickdhop », et trois autres compositions dans une verve identique, tendre symphonie exécutée à six mains (celles de Fakear, de Superpoze et de Thylacine) sans beaucoup de prétention et dans la lignée de ce que savent proposer habituellement les trois jeunes garçons, qui tournent un peu ici en rond.

4. Shabazz Palaces, « Forerunner Foray »

Issu du vénéneux et corrosif Lese Majesty, deuxième essai fructueux du duo de Seattle Shabazz Palaces, le désanglé et vicieux « Forerunner Foray » se pare aujourd’hui d’un clip, dont les images animées et éminemment tordues, on s’en doutait, ont été réalisées par le folkeur Chad Van Gaalen, avec qui les deux rappeurs partagent un label (l’important Sub Pop Records) et un esprit communément frappé d’un décalage avéré. Dessin animé et hip-hop hanté : le combo fonctionne.

5. Sinner DC, « Day/Night (Ghostape slow version) »

Faire du neuf avec du vieux, et à valeur équitable : le trio genevois SinnerDC (un projet composé par Ulf Linquist, Manuel Bravo et Julien Amey) repasse, avec l’aide de quelques DJ et producteurs aux filiations amies (ici, le compatriote Ghostape) sur son Future That Never Happened, son septième album paru en 2012, et le fait en invoquant, toujours, les esprits de James Holden, de M83, de Walls, d’Art Of Noise, de Fairmont. Paru sur Mental Groove Records (on trouve notamment ici le premier LP de Kadebostany) Ambient Mixes porte dans sa nomination même son projet initial : plongé l’objet discographique originel dans une brume d’ambient à dominance brouillarde.

6. E A S T., « Never Be Afraid »

Bien placé entre le math rock bavard du premier album des Foals, la new-wave solennelle de Be Quiet et le post-punk ombrageux de Joy Division, les Lyonnais de EAST. révisent leurs classiques et en fondent de nouveaux, sur un deuxième EP (Violence In The Flowers), qui, tout en reprenant les codes visuels et sonores d’une cold-wave pas bien optimiste, affirme la singularité d’un son lo-fi et abrupte. Loin d’être à la ramasse (leur nom indique même qu’ils ne sont pas à l’Ouest…), ces gars-là paraissent au contraire aller dans le bon sens. Soit celui qui mène au revival qui sait ne pas devenir l’énième pastiche du genre.

7. Isaac Delusion, « Take A Walk On The Wild Side (Lou Reed cover) »

Spontanée et authentique, la reprise du « Take A Walk On The Wild Side » de feu Lou Reed par le quatuor Isaac Delusion (non retouchée, et visiblement quasiment partagée dans la foulée de sa composition) s’emmitoufle dans un écrin de tendresse viscérale et de sensualité cotonneuse. Un classique ultime auquel vient se coller les ambiances pop et rêveuses (disons donc dream-pop) propres aux productions liées au projet du groupe signé chez Cracki Records, petit cadeau juteux et délicat que l’on mettra à profit en réécoutant le premier album éponyme du quartet, sorti l’an passé.

Les morceaux de la playlist de la semaine sont à retrouver sur le compte Spotify de Toute La Culture.


Visuel : (c) pochette de First Light de Django Django

« Danbé » au Théâtre du Nord : un conte puissant pour une jolie soirée
« Si tu veux pleurer, prends mes yeux » à La rose des vents : Shakespeare, ça déménage !
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *