Pop / Rock

L’interview stroboscopique : Kadebostany

L’interview stroboscopique : Kadebostany

12 novembre 2013 | PAR Yohann Marchand

1377499_670441412975728_554894831_nCrépitements lumineux, rugissements scintillants, et coup de strobo sur Kadebostany, le projet sans frontières du dj suisse Kadebostan. Accompagné par la suave vocalise d’Amina et les élucubrations fanfaresques de son orchestre, Kadebostan vous ouvre les portes de sa chimérique principauté. Tout futur citoyen Kadebostanien aura le devoir de se présenter le 12 novembre au Nouveau Casino à Paris pour fêter la sortie de Pop Collection, hymne officiel de ce 198ème pays encore inconnu du monde entier. 

Où se situe la Kadebostany ?

Kadebostan : Au nord de l’Italie, à l’est de la Suisse et à l’ouest de la Turquie.

Toute république possède une devise. Quelles sont vos valeurs culturelles ?

Kadebostan : Notre monnaie est le KAD. 50 KAD équivalent environ à 60 euros. Notre devise est « Research & Discovery » et nous sommes une nation à l’image de notre art : riche et ouverte. Nous défendons une musique singulière et fédératrice. Et nous sommes résolument tournés vers l’avenir.

Comment est né ce projet étatique ?

Kadebostan : Je ne me suis jamais senti à l’aise dans un style bien défini. Pourquoi se limiter quand on peut créer un pays, imaginer une culture, s’autoproclamer président et faire le tour du monde pour faire briller les valeurs de son pays ?

« Walking with a Ghost » est-il un hymne représentatif de votre futur album Pop Collection ?

Kadebostan : Tout à fait, « Walking with a Ghost » comporte tous les éléments fondateurs de notre album Pop Collection. Tout comme son clip, il représente une porte d’entrée dans notre univers.

Comment orchestrez-vous vos prestations fanfaresques ? 

Kadebostan : Avec passion ! L’idée est d’embarquer le public dans notre univers. Nous proposons un live immersif avec des visuels envoûtants, des cuivres, des sons issus de synthétiseurs modernes… Et notre meilleure ambassadrice, notre chanteuse : Amina.

Vous avez quitté la Suisse pour la Kadebostany, la douceur helvétique ne vous manque pas ?

Kadebostan : Les comptes de la République sont en Suisse et nous y retournons souvent. Nous travaillons en étroite collaboration avec un collectif suisse d’artistes visuels, Supermafia vj’s.

Vous préférez l’habit de DJ techno exotique ou celui de Président d’une fanfare electronica ? 

Kadebostan : Les deux sont intimement liés. Ce sont deux facettes de moi qui se complètent bien.

Le mot de la fin ?

Kadebostan : Merci pour vos questions, nous allons tourner en France notamment entre septembre et décembre et nous nous réjouissons de convertir ce beau pays à notre musique! J’invite tous vos lecteurs à demander la nationalité Kadebostanienne sur notre page Facebook.

Kadebostany sera en concert au Nouveau Casino le 12 novembre prochain. Vos places sont à gagner par ici.

Visuel : (c) pochette de Pop Collection de Kadebostany

[Chronique] « Devil and Crossroad » de Scarecrow : du blues au hip hop il n’y a qu’un pas…
Une maison en l’honneur de Claude Nougaro à Toulouse
Yohann Marchand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *