Musique

Playlist de la semaine (71)

Playlist de la semaine (71)

21 juin 2014 | PAR Bastien Stisi

Le retour contrasté des Britanniques d’Alt-J, le nouveau double single perché de Moodoïd, et les ambiances obscures du nouveau clip de Money… lplaylist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Alt-J, « Hunger Of The Pine »

Un sample du single « 4×4 » de Miley Cyrus (sic), des murmures d’enfants grégoriens dans le fond (sic), Joe Newman qui interprète quelques paroles en français au crépuscule du morceau (encore sic)…le premier extrait du deuxième album d’Alt-J marque par son étrangeté inattendue qui, si elle ne condamne évidemment pas d’emblée This Is All Yours (prévu pour septembre), interroge en tout cas la substance de ce que sera le successeur du miraculeux An Awesome Wave, qui avait célébré il y a deux années l’apothéose d’un pop folk 2.0 à la qualité jamais égalée. Voici venue pour les orfèvres pop de Leeds l’heure infiniment complexe de la confirmation…

https://soundcloud.com/alt-j/hunger-of-the-pine

2. Moodoïd, « Les Chemins de Traverse / La Lune »

En attendant l’arrivée de leur premier album le 18 août prochain (le très attendu Le Monde de Möö), les dresseurs de pop Moodoïd, font paraître « Chemin de Traverse / La Lune », un double single déjà souvent entendu en live et empreint d’épices psyché, de vapeurs aériennes et de tensions sclérosées. On regarde dans le ciel, on y voit la Lune, et on y voit surtout une manière nouvelle d’envisager la pop fabriquée en français.

3. Money, « Goodnight London »

Du noir dans le titre de leur dernier album (Shadow Of Heaven), du noir dans les paroles et le son de leur dernier extrait (« Goodnight London »), du noir dans la vidéo illustrant ce dernier morceau pénétré de profonde mélancolie : il y a déjà décidément beaucoup d’obscurité chez les Mancuniens de Money, qui retrouveront toutefois un brin de luminosité, non pas dans les recoins de la capitale londonienne qu’ils évoquent ici, mais plutôt dans les cordes vocales de leur charismatique chanteur Jamie Lee, toujours brillant de lyrisme, de volupté et de générosité sincère, que ce soit dans l’intimité du studio ou dans l’excentricité du live.

4. Von Pariahs, « Skywalking »

Tricoté autour de thématiques morbides rappelant les succès à série Lost et The Walking Dead (un vilain crash d’avion, des zombies aux vicaires ostentatoires), le clip du « Skywalking » des six Nantais Von Pariahs, entièrement tourné en stop-motion et issu de leur album Hidden Tensions, trouve une résonance visuelle cradingue et violente à un tube qui ne l’est pas moins. Des plaies, des plaintes, des pertes, du post-punk.

5. The Craftmen Club, « Vampires »

Sur l’évocateur « Vampires » de The Craftmen Club, issu de leur très percutant album Eternal Life, les guitares tranchent tout autant que les canines allongées qu’évoquent le titre d’un morceau qui convoque les meilleures heures des Black Keys, des Arctic Monkeys, et surtout de Franz Ferdinand. Une turbulence sexy moite, et noisy, désormais illustrée par un clip ou les créatures démoniaques portent des enveloppes corporelles aguicheuses pour quiconque sera sensible aux charmes des attributs physiques de la gente féminine…

6. Iñigo Montoya !, « How I Became A Ghost »

Entre le murmure électro et l’euphorie pop, entre la brousse tropicale et les airs volatiles, Mungo Park devient Iñigo Montoya!, et trouve le chemin d’une hutte sonore aux pigmentations diverses, qui rappelle sans doute les meilleurs faiseurs de pop arty et maligne de la planète Bonheur (Yeasayer, Django Django, BRNS…) On pourra découvrir la troupe d’Adrien Pallot, non pas encore dans la moiteur des savanes, mais plutôt sur le confort du sable, et pas n’importe lequel : celui de LaPlage Glazart le 16 juillet prochain.

7. La Fine Equipe, « Lov For Eva »

Sur les traces de Birdy Nam Nam, de C2C, ou de tous ces groupes beatmakers qui ont trouvé dans le quatuor le meilleur moyen d’exécuter leur orfèvrerie des platines, les boulimiques membres de la Fine Equipe (Blanka, Chomsk, Oogo, Mr Gib) digèrent définitivement les miettes de leur Boulangerie (1 & 2), et celles, plus brutales et mutantes, de Gremlins, pour venir dévorer les dancefloors les plus réticents avec leur nouvel album LFE (Lov For Eva). Quatre paires d’oreilles pour apprendre, quatre paires de mains pour créer, et des milliers de corps sur le point de se perdre sans aucun scrupule sur ce mix de funk, de hip hop; de scratch, d’électro, et de tout ce qu’un être humain à juger bon un jour de mettre au service de ces géniaux alchimistes du son. Eva a bien de la chance, et par filiation, tous les autres aussi.

https://soundcloud.com/lafineequipe/3-for-eva-lfe

La plupart des morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de This Is All Yours d’Alt-J

[Critique] « Jersey Boys » Biopic musical appliqué de Clint Eastwood sur un groupe culte des swinging sixties
Moore et Benson nous délivrent leurs « Vélos de course »
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *