Actu
Culture vs Covid : Un milieu culturel mobilisé pour le retour des publics

Culture vs Covid : Un milieu culturel mobilisé pour le retour des publics

26 mai 2020 | PAR La Rédaction

À l’heure d’un déconfinement qui laisse la culture sur le carreau, la rédaction s’est associée à la plateforme Sendethic pour poser, à 277 acteurs culturels, une question cruciale : comment faire revenir les publics ? »

 

Pour consulter les infographies de l’enquête, c’est ici.

Pour lire le communiqué de presse, c’est là.

Initiatives culturelles et résilience

Depuis onze semaines nous suivons les initiatives des différents acteurs : artistes qui ont joué confinés, concerts en salles vides, rediffusions en captations de concerts, d’Opéras ou de spectacles diffusés gratuitement ou non, séances de cinéma avec des vrais horaires à respecter (La vingt-cinquième heure) ou en open bar (Arte, France TV)…

Nous suivons également les initiatives de politiques culturelles : les fonds d’urgence publics, comme à Paris, ou privés telle l’initiative de la Société Générale pour la musique classique; nous cherchons également à comprendre comment le secteur que nous défendons se mobilise et réagit (consultation publique sur le OFF d’Avignon par exemple) : qui se sent oublié, qui prend la parole, et enfin comment des spécialistes de la culture demandent plus de visibilité politique.

Tout en gardant un oeil sur l’international, nous avons, pendant le confinement, donné la parole à de nombreux artistes (interviews confinées). Et nous nous faisons, chaque jour, l’écho des premières réouvertures, notamment de musées, de librairies, de galeries et d’évènements Drive In

Une enquête au cœur de nos préoccupations

Il ne manquait plus qu’une étape pour finir de sonder le monde de la culture à l’heure du COVID et c’est notre partenaire Sendethic, avec qui nous travaillons chaque semaine, depuis des années, sur notre newsletter qui nous a permis de lancer une grande enquête. Privés de spectacles, de concerts, de festivals de printemps et d’été et manquant cruellement de visibilité, nous étions un peu pessimistes. Or, les réponses de cette enquête, publiée ce mardi 26 mai 2020, sont encourageantes ! Jamais candides, mais très combatives, elles nous ont donné de l’espoir : 81 % des lieux culturels pensent que les publics vont revenir, 76 % pensent même qu’ils « reviendront comme avant ». 

Cette enquête est vaste. 277 acteurs culturels ont répondu à un questionnaire qui a été envoyé la semaine du 11 mai 2020. Tous les métiers sont représentés : producteurs, attachés de presse, artistes, journalistes, enseignants, représentants d’institutions culturelles. Elle a permis d’évaluer l’impact de la situation actuelle, les attentes majeures, d’identifier des pistes pour maintenir le lien avec les publics et anticiper leurs retours in situ. Malgré les pertes financières importantes et l’incertitude de la situation sanitaire, les interrogés se montrent combatifs et ont déjà mis en place des stratégies innovantes pour surmonter la crise.

 Un secteur culturel sous le choc

Les résultats montrent que plus de 90 % des lieux culturels sont pris au porte-monnaie, avec des pertes de recettes liées à l’épidémie. Interrogés du 11 au 15 mai, ils sont 40 % à l’arrêt et sans visibilité sur la reprise de leur activité. Ils sont aussi 27 % à craindre pour leur survie. Les mots employés sont durs : une situation qui est et « sera compliquée », des artistes et associations « très démunis et sans perspectives et soutiens réels » avec la menace de « danger d’extinction » et une impression forte d’être « les oubliés du confinement » par rapport à d’autres entreprises mieux aidées par les pouvoirs publics.

Malgré tout, le moral reste fort

Néanmoins, si 57 % des acteurs sont « pessimistes sur l’avenir », 26 % « frustré.e.s » , 24 % « en colère » et 12 % « très déprimé.e.s », ils se disent aussi « curieux.ses de l’avenir » à 77 % et surtout « motivé.e.s » à 60 % pour poursuivre leur mission et surmonter la crise. Dans l’ensemble, ils sont 81 % à penser que  « le public va revenir », y compris le public étranger. « Public, maintiens-toi en bonne forme physique et le reste suivra », écrit l’un d’entre eux. Et plusieurs lieux culturels mettent en avant combien la culture est essentielle à la vie ; et plus précisément à la vie économique, sociale et politique du pays : « Pas de culture, pas de futur ! ».

Même en l’absence actuelle de public, les acteurs sont au travail

Alors qu’un « respect fort des mesures sanitaires » est le numéro 1 des axes mentionnés pour faire revenir les publics, plusieurs acteurs culturels se plaignent du flou dans lesquels les pouvoirs publics les laissent, notamment sur ce point. Et l’enquête permet de découvrir qu’ils préparent activement le retour des publics. Pour certains, c’est même le cas depuis le début du confinement, avec 36 % d’entre eux qui ont déjà fait évoluer leurs programmes, et 41 % autres qui y pensent. Par ailleurs, avant de faire des coupes budgétaires (priorité de 3,5 sur 5), ils sont déjà proactifs, avec l’accent mis sur la recherche de partenariats (priorité de 3,83 sur 5) et sur le soutien du mécénat (3,64) et des subventions publiques (3,55).

L’implication sur la toile est également caractéristique du travail engagé pour s’adapter : 63% ont déjà eu une ou plusieurs initiatives numériques. Plus que « mal nécessaire » (56 % tout de même, rien ne remplacera le « vivant » dans la culture et le spectacle), le passage au digital de certains de leurs contenus est, pour eux, un challenge créatif (73%) et ils y voient même à 65 % « une opportunité de rencontrer d’autres publics » (65 %). Dans leurs commentaires, plusieurs acteurs culturels pointent les bonnes surprises du digital, notamment le partage par captation ou le live direct, avec un public très présent pendant le confinement. Reste néanmoins, la question clé de la monétisation…

Demande d’aide et stratégies de communication : les vecteurs du retour des publics

Comment alors faire revenir ces publics ? Pour les acteurs culturels, il est impératif d’être aidés pour certains besoins vitaux : même si l’un d’entre eux avoue : « Je n’aime pas l’idée d’un état qui assiste », il ajoute : « Dans une crise sanitaire de cette envergure, il faudrait une bonne fois pour toutes réfléchir à tous les métiers de la culture, y compris celle du divertissement grand public qui est un lien social spontané ». « L’état d’urgence est là » et pour « redémarrer la machine » culturelle à l’aune du reste de l’économie, les acteurs du secteur pointent l’importance des aides positives. Gagner du temps avec des crédits d’impôt ou des échéances de paiement ne suffit pas.

Leur priorité est l’aide aux intermittents (importance 4,14 sur 5) mais aussi à ceux qui n’auraient pas ce statut parmi les artistes et les auteurs (4,14 sur 5), sans oublier l’aide à la création originale (3,78 sur 5). La communication digitale est présentée comme le canal indispensable au retour des publics (intensité 3,90 sur 5). Devant les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter), la newsletter est le premier vecteur de contact (importance supérieure à 4 sur 5).

Le mail est un outil qui nous paraît en effet indispensable : chez Sendethic comme chez Toute La Culture nous attendons avec impatience les messages nous annonçant les réouvertures des lieux de création et de partage qui nous font vivre, réagir et vibrer, et où nous adorons aller en pionniers pour en conseiller les visites à nos lecteurs… Comptez sur nous pour le relais !

L’infographie complète

 

Visuel : ©Sendethic

Les initiatives gastronomiques des chef.fe.s
L’Art et Ma Carrière, le jeu de société féministe d’Olivia Hernaïz arrive chez vous !
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *