Musique
Playlist de la semaine (spécial Cannes 2015)

Playlist de la semaine (spécial Cannes 2015)

23 mai 2015 | PAR Bastien Stisi

Alors qu’en 2014 tous les personnages (ou presque) des films cannois se tapaient leur petite danse sur un classique dans leur salon, en 2015 peu de musique ou alors classique et nostalgique. Entre Schubert, Arvo part, Billie Holliday et Amy Winehouse, notre bande-originale  de ce 68eme festival de Cannes est la playlist parfaite pour les diners en amoureux.

Jia Zhag-Khe, « Mountain may depart » / Pet Shop Bots, « Go West »

L’histoire d’un trio de jeunes chinois. Et de l’oubli, par un pays, de ses propres racines. Un film dominé par un point de vue de cinéaste, au scénario inattendu, aux interprètes formidables, au ton enjoué, versant dans le fantastique. En bonne voie, peut-être, pour la Palme d’or. Notre critique complète.

Paolo Sorrentino, « Youth » / Mark Kozelek « Onward »

Après avoir bouleversé la croisette avec La Grande bellezza, Paolo Sorrentino continue à ausculter le temps qui passe et les désirs anciens avec Youth. Notre critique complète.

Stéphane Brize, « La loi du marché » / Jean-Jacques Goldman, « Encore un matin »

Après Mademoiselle Chambon et Quelques heures de printemps, le duo Brizé-Lindon remet ça, cette fois-ci dans un film puissant sur la compétition macabre qui caractérise le marché de l’emploi. Un film fait avec peu de moyens et de graves résultats qui propose un angle à la fois intime et très politique. La loi du marché donne à réfléchir sur ce qu’on appelle le monde du travail. Notre critique complète.

Emmanuelle Bercot « La tete haute » / Arvo Pärt, « Spiegel im Spiegel »

Après le succès de Elle s’en va, Emmanuelle Bercot retrouve Catherine Deneuve en ouverture du 68ème Festival de Cannes. Un film très attendu qui révèle le jeune Rod Paradot et dresse de vrais portraits, mais qui souffre de grandes pesanteurs dans le rythme et dans un propos trop appuyé. Notre critique complète.

Nanni Moretti – « Mia madre » /Leonard Cohen « Famous blue raincoat »

Palme d’or en 2001 avec La Chambre du fils, le réalisateur italien Nanni Moretti revient en compétition officielle à Cannes avec ce qu’il fait de plus fort : une enquête intime et familiale au cœur du temps et de la peur. Un film où certains sont entrés pour ressortir bouleversés et qui a laissé quelques spectateurs de la croisette hors jeu. Notre critique complète.

Maiwenn – « Mon Roi » / Elli Medeiros « Toi mon toit »

On adore Maïwenn et son cinéma de chair, de sang, de fièvre, qui prend aux tripes. Sa nouvelle oeuvre, dure chronique de l’histoire d’un couple où l’homme est fou, sait encore une fois nous attraper. Même si elle ne dit pas grand-chose d’inédit sur l’amour fou…Notre critique complète.

Asif Kapadia – « Amy » / Amy Winehouse, « Back to black»  (live acoustic)

Ce samedi 16 mai, à minuit, ce documentaire sur Amy Winehouse a été dévoilé aux festivaliers de Cannes. On l’avait vu en avant-première le matin, on savait donc qu’en plus d’être instructif, et émouvant, il présentait des qualités inédites. Notre critique complète.

Todd Haynes – « Carol » / Billy Holliday, « Easy Living »

Après Loin du paradis, Todd Haynes revient en compétition à Cannes avec Cate Blanchett et Rooney Mara. Le réalisateur américain nous livre à nouveau un grand mélo, aussi subtil dans ses accessoires et son image, que lourd dans son message. Critique d’une mise en scène trompeuse de relation libre…Notre critique complète.

Visuel : (c) DR

Cannes, qui aura la palme ? Nos pronostics ! 
[Critique] « Paris Merveilles » au Lido : un show parfois attendu mais parfois électrique
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture