Cinema
[Compétition] « Mia madre » : Moretti dans la tête d’une femme en deuil

[Compétition] « Mia madre » : Moretti dans la tête d’une femme en deuil

17 mai 2015 | PAR Yaël Hirsch

Palme d’or en 2001 avec La Chambre du fils, le réalisateur italien Nanni Moretti revient en compétition officielle à Cannes avec ce qu’il fait de plus fort : une enquête intime et familiale au cœur du temps et de la peur. Un film où certains sont entrés pour ressortir bouleversés et qui a laissé quelques spectateurs de la croisette hors jeu.

[rating=3]

C’est dans la tête d’un double féminin (interprété par la formidable Margheria Buy) que Moretti met en scène ce film où l’on suit cette réalisatrice reconnue et mère de famille, gérer de front le tournage d’un film social et la conscience de vivre les derniers jours de sa mère (magnifique Giulia Lazzarini)…

Lent, lancinant, dans une Rome sombre à peine égayée par le personnage caricatural du cabotin italo-américain incarné par John Torturro, Moretti montre avec élégance comment l’on dit adieu à l’aïeule dans une famille bourgeoise italienne. Aux côtés des états d’âmes de l’héroïne, on trouve la fraicheur de sa fille apprenant le latin, l’ex-mari, le compagnon quitté et capable de dire ses vérités à la femme en quête de perfection. Et puis il y a la figure touchante du frère, joué par Moretti lui-même, qui passe en second plan, tout comme ce personnage qui interrompt sa carrière pour s’occuper de sa mère mourante.

Sur une BO aussi élégante que le vernis subtil du film (Arvo Pärt, Philip Glass, Leonard Cohen) Moretti livre une œuvre qui lui ressemble et plaira à ses fans. Un film délicat et contemplatif sur le thème du deuil et de la rupture qu’il amène dans le flot d’une vie.

Palme possible, peut-être pas Palme d’Or, à cause d’un classicisme parfois un peu pétrifiant.

Mia Madre, de Nanni Moretti, avec Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini, Nanni Moretti, Beatrice Mancini, Italie, 2015, 106 min. Le Pacte. En compétition.Sortie française le 23 décembre 2015.

Retrouvez tous nos articles sur le 68ème festival de Cannes dans notre dossier Cannes 2015.

Visuels : (c) photos officielles

[Séance de minuit] « Amy » : beau portrait intime, riche en risque et en cinéma
[Compétition] « Tale of tales » de Matteo Garrone : un bestiaire puissant
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *