Chanson
H-Burns revisite Cohen dans « Burns on the wire » (Interview)

H-Burns revisite Cohen dans « Burns on the wire » (Interview)

14 septembre 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Burns on the wire est le titre du nouvel album de H-Burns. Un opus de douze titres dans lequel il revisite les chansons de Leonard Cohen mort le 7 novembre 2016. Pour son nouvel album, H-Burns s’entoure d’artistes tels que Pomme, Lou Doillon, Bertrand Belin et Kevin Morby. Actuellement en tournée dans toute la France, H-Burns se produira le 13 mars 2022 au Trianon de Paris. 

Toute la culture : D’où vous est venue l’idée d’un album hommage à Leonard Cohen ? 

H-Burns : C’était un peu une évidence pour moi car il fait partie de mes premières influences musicales. Peu de temps avant sa mort, j’étais au Canada. Sa disparition en 2016 m’a touché. Après avoir fait neuf ou dix albums, j’étais arrivé à un stade de ma carrière où je voulais reprendre les chansons des autres. 

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de lui en tant qu’artiste ? 

C’était un drôle de type, quelqu’un d’assez insaisissable. Il était très gentleman, très classe, avec une part de mystère. Ce qui me plaît bien. 

Avez-vous ressenti une émotion particulière en interprétant ses chansons au studio ? 

Au studio, oui. Mais aussi sur scène avec mon quartet de musiciennes. Quand on joue les chansons, il se passe quelque-chose de fort tous les soirs. 

« J’ai voulu me concentrer sur la période de Cohen qui m’a donné envie de faire de la musique. » (H-Burns) 

Comment avez-vous procédé dans le choix des chansons de l’album ? 

J’ai voulu choisir des chansons issues des quatre premiers albums de Leonard Cohen (Songs of Leonard Cohen, Songs From A Room, Songs of Love and Hate et New Skin for the Old Ceremony). Il a eu plusieurs vies et moi, je ne voulais pas balayer toute une vie. Je ne suis pas biographe. 

J’ai voulu me concentrer sur la période de Cohen qui m’a donné envie de faire de la musique. Je ne voulais pas priver les gens d’entendre des chansons comme Suzanne, So long, Marianne et des titres un peu moins connus comme There Is A War et d’autres chansons issues de l’album de 1974, New Skin for the Old Ceremony que les gens connaissent un petit peu moins. 

On retrouve à travers cet album, quelques artistes dont les chanteuses Pomme, Lou Doillon et les chanteurs Kevin Morby et Bertrand Belin. Comment les avez-vous convaincus de participer à cet album hommage ?

Je pense que ce sont des gens que je n’ai pas contacté pour rien. Ils étaient sensibles à l’hommage rendu à Leonard Cohen. Ce sont des artistes qui aiment la musique dans son âme. Ils ne sont pas uniquement dans le show-business. 

Que représentait Leonard Cohen pour ces artistes ? 

Chacun de ces artistes a un rapport particulier avec Cohen. Je ne sais pas tout sur leur propre rapport avec Cohen. Mais en tout cas, ils avaient envie de se livrer corps et âmes dans le projet. 

Vous êtes également accompagné d’une troupe de choristes nommée « The Stranger Quartet ». Qui sont-elles ? 

Elles ne sont pas que choristes. Elles sont cordistes, guitaristes, bassistes, claviéristes et chanteuses. Il y a Louise qui s’appelle Lonny, Ysé Sauvage, Pauline Denize et Mélie Fraisse. Elles ont accompagnées d’Antoine Pinet, un arrangeur qui m’accompagne depuis l’âge de 18 ans. 

C’était plus agréable pour vous d’être accompagné par des femmes ? 

Ce n’était pas calculé. Petit à petit, le casting s’est dessiné comme ça. J’ai aussi voulu m’inspirer du fait qu’il y a beaucoup de chœurs féminins dans les chansons de Cohen. Je trouvais ça super le mélange de voix féminines et de voix graves. 

Y’a-t-il des concerts de prévus ?

Je ferai un concert au Trianon de Paris le 13 mars 2022. J’ai eu l’occasion de jouer à la Philharmonie de Paris en juillet dernier. C’était un grand moment. Avec mon groupe, on repart pour une trentaine de dates dans toute la France à partir de la fin du mois de septembre. On passera par Besançon, La Rochelle, Montpellier, Hyères… On est partis pour un bon petit tour ! 

Photos : © Marine Lanier et Laure Barbosa. 

H-BurnsBurns on the wire(M2L Music / Play Two / Warner), 12 titres=1. Chelsea Hotel, 2. Suzanne (feat Pomme), 3. Who by fire, 4. The Partisan (feat Kevin Morby), 5. Famous Blue Raincoat, 6. Goodbye (feat Lou Doillon), 7. One Of Us Cannot Be Wrong, 8. There Is A War, 9. Avalanche (feat Bertrand Belin), 10. Passing Through, 11. So Long, Marianne (feat Lou Doillon), 12. Bird On A Wire. 

Musique et paysages cosmiques
Le Village de Cirque #17 : programmation réussie et accueil chaleureux
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture