Mangas
Le top des mangas de l’année 2013

Le top des mangas de l’année 2013

07 décembre 2013 | PAR Sandra Bernard

 

 

 

 

Pour vous guider parmi les sorties mangas particulièrement intéressantes de l’année et les coups de cœur de la rédaction, toutelaculture vous a concocté une petite revue des séries et One shot à ne pas manquer.

Parmi les titres les plus rafraichissants et bon enfant sortis ces dernières années, on ne peut s’empêcher de penser à la très bonne série Les vacances de Jésus et Bouddha de la jeune mangaka Nakamura Hikaru. Sous ce titre étrange se cache une perle de bonne humeur et d’humour accessible à tout âge. Ici, la religion est vue avec légèreté mais pas frivolité. Point de prosélytisme, les gags s’enchainent pour notre plus grand bonheur.

Toujours dans la veine humoristique et ô combien originale, citons Silver spoon d’Hiromu Arakawa. La prolixe Hiromu Arakawa, mondialement connue pour son shonen à succès Fullmetal Alchemist, revient avec une nouvelle série qui va nous faire changer d’avis sur le travail agricole. Grâce à son expérience personnelle, elle nous apprend tout ce que l’on aurait souhaité savoir (ou pas) de la vie des agriculteurs. Silver spoon, loin des clichés, nous entraine à la suite de Hugo et de ses amis dans la folle vie d’un lycée agricole, donnant naissance à une multitude de gags, même si une petite larme peut poindre au détour d’une page.

Dans un tout autre registre, quoi que … l’on trouve la nouvelle série à succès Blood lad deYuuki Kadama. Voila une aventure ébouriffante dans le monde des démons avec Staz, le boss le plus cool et geek de la création. Ici gags et combats s’enchainent à toute allure dans la plus pure tradition shônen.

Last but not least de la sélection rigolote, ne passons pas à côté du Journal d’une assistante mangaka de Riichi Kasai. La jeune femme nous dépeint un univers d’abnégation et d’une certaine marginalité au service d’un divertissement tellement populaire qu’il fait partie intégrante de la vie de millions de personnes dans le monde. On y voit son quotidien, ses névroses, son entourage et ses souvenirs toujours racontés de manière drôle et sans apitoiements.

Côté fantasy, Knights of Sidonia, la nouvelle série du trop rare Tsutomu Nihei, nous entraine dans un univers sombre et froid (au sens propre du terme) où une humanité esseulée est aux prises avec d’étranges créatures hostiles. L’isolement est de mise dans ce mode clos où se croisent des individus génétiquement modifiés et où la survie de tous, passe par le sacrifice de quelques uns. Pourtant, au fil des tomes, l’on se rend compte que la menace la plus importante qui pèse sur ces « survivants » n’est pas forcément la plus évidente. Ce seinen a tout d’un grand space opéra, à suivre de près.

Jonglant allègrement entre science fiction et horreur, Junji Ito, le maître de l’horreur japonais revient avec Le mort amoureux, un one shot un peu moins rude qu’à l’accoutumé où l’auteur prend un malin plaisir à perdre son lecteur, ponctuant son récit de révélations et d’anecdotes jusqu’au final imprévisible.

N’en déplaise à certains, le manga est également un excellent moyen de raconter l’Histoire avec un grand « H » à la fois héroïque et tragique mais toujours surprenante.

Ainsi se détache nettement Césare de Fuyumi Soryo qui revient ainsi sur l’histoire incroyable et finalement méconnue de Césare Borgia, fils « caché » du pape Rodrigo Borgia. Débutant alors que le jeune homme est encore étudiant à Pise, l’on se rend rapidement compte de sa situation difficile, lui, l’héritier d’une grande famille honnie, en proie aux velléités de factions rivales, mais déjà perspicace, froid et manipulateur. Fait rare, la mangaka s’est associée à un professeur d’université spécialiste de la Renaissance italienne pour écrire son récit et l’étayer de sources sures. Il n’est donc pas étonnant que le titre fasse partie de la sélection officielle du festival international de la BD d’Angoulême.

 Extrêmement sensible et tragique, Les pieds bandés de Li Kunwu aborde le triste destin de la jeune est belle Chun Xiou, une jeune chinoise du début du XXe siècle, qui voit sa vie basculer le jour où les femmes de son entourage lui bandent les pieds. Promise à un beau mariage et une vie confortable, cette souffrance de chaque instant lui promettait le plus bel avenir que pouvait espérer une femme de son époque. C’était sans compter sur la révolution intellectuelle. Obligée de vivre cachée, elle endure le pire et voit sa vie brisée. Le dessin rugueux de Li Kunwu accentue l’aspect dramatique de cette histoire qui vous touche sincèrement.

Enfin, Zero pour l’éternité de Souichi Sumoto, présente sous un jour nouveau et plus humain les kamikazes japonais de la seconde guerre mondiale. Bien que romancé autour de la quête des origines du jeune héros, le récit revient de manière très factuelle sur les grandes heures du conflit du Pacifique et la vie de ces jeunes hommes sacrifiés pour maintenir les espoirs d’une nation déjà vaincue. Les va et viens entre le passé et le présent permettent également de présenter la vision qu’ont les jeunes générations japonaises de cette époque pas si lointaine et pourtant si différente. Une fois n’est pas coutume, comme pour Césare, l’auteur s’est renseigné auprès de l’armée, d’ingénieurs militaires et de nombre de personnes compétentes.

Visuels : Couverture des ouvrages

Ai Weiwei prépare son nouveau projet artistique dans l’ancienne prison d’Alcatraz
[Critique] « Carrie la vengeance », mauvaise adaptation d’une histoire qui reste toujours aussi puissante
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *