Expos
Ai Weiwei prépare son nouveau projet artistique dans l’ancienne prison d’Alcatraz

Ai Weiwei prépare son nouveau projet artistique dans l’ancienne prison d’Alcatraz

07 décembre 2013 | PAR Kim Beci

Ai Weiwei, artiste chinois polyvalent, personnage essentiel de l’art contemporain engagé, rebelle et dissident, prépare une exposition pour dénoncer la dépouille des droits fondamentaux aux prisonniers dans les pénitentiaires. Le projet aura lieu, grâce à la collaboration de Cheryl Haine, dans la prison mythique d’Alcatraz.


Le célèbre artiste chinois Ai Weiwei, dont Toute la culture avait déjà suivi les traces, prépare une nouvelle exposition.

Photographe, architecte, sculpteur, commissaire, bloggeur et figure très importante de l’art contemporain mondial, il avait fait de la prison, en Chine, pour évasion fiscale et était dans le point de mire du gouvernement néocommuniste chinois.

Contestataire du régime, inconformiste, ayant vécu dans sa propre peau les souffrances de la vie carcérale, l’artiste s’impliquera dans une nouvelle cause avec un projet jamais vu auparavant.

La prison d’Alcatraz dans la baie de San Francisco sera l’objet de ses revendications. Weiwei souhaite faire de la prison de Al Capone un lieu d’exposition, dénonçant les mauvaises conditions et les violations de droits fondamentaux que les prisonniers subissent.

Ses mots commentant l’œuvre à venir laissent transparaitre son empathie pour les prisonniers, particulièrement les politiques : L’idée de la perte de liberté comme une punition soulève des questions philosophiques, affirme-t-il. J’ai beaucoup d’amis qui sont encore aujourd’hui en prison. Le fait que les gens qui se battent pour la liberté aient perdu leur liberté en étant incarcérés est bien plus qu’ironique.  Néanmoins, le projet n’aura pas de rapport, selon lui, avec son histoire personnelle. Ce sera une cause pour les droits de l’homme.

L’artiste indépendant ne travaillera pas seul. Cheryl Haines, propriétaire d’une galerie d’art qui organise, ces mois-ci, l’exposition According to what ? d’Ai Weiwei, s’inspire de la prison, fermée depuis plus de 50 ans, comme lieu d’exposition. Touchée par la cause de l’architecte chinois, Haines collaborera dans l’installation de sculptures et d’œuvres sonores dans l’enceinte de la prison.

N’ayant pas encore finalisé le projet, prévu pour septembre 2014, les conditions dans lesquelles l’exposition se déroulera sont encore incertaines.

La difficulté qui s’ajoute pour l’artiste asiatique est, en plus de la constante répression, l’impossibilité de sortir de son pays, suite à la confiscation de son passeport par le gouvernement chinois. La collaboration entre les deux artistes sera surement décisoire pour l’arrivée à bon port de l’œuvre engagée.

Visuel : © Ai Weiwei Instagram http://aiweiwei.com

Mipsterz : Les hipsters musulmanes
Le top des mangas de l’année 2013
Kim Beci

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *