A l'affiche
Cannes 2021 : Qui aura la Palme ? Nos pronostics

Cannes 2021 : Qui aura la Palme ? Nos pronostics

16 juillet 2021 | PAR Yaël Hirsch

Alors que le 74e Festival de Cannes approche de la fin, c’est l’heure de faire nos pronostics avec un Palmarès très attendu ce samedi 17 juillet lors de la cérémonie de clôture présentée par Doria Tillier, et que ponctuera l’avant-première du nouvel opus de OSS 117, réalisé par Nicolas Bedos. En attendant le verdict du président du jury, Spike Lee, retrouvez tous nos articles sur l’édition 2021 du festival ici.

Quelle opulence ! Après près de 30 mois sans Cannes, nous nous sommes retrouvés sous un déluge de films : non seulement les 24 (!) de la compétition mais également les sections “Cannes Première” et la série de films sur l’écologie qui – avec la traditionnelle section Un certain regard – ont plus que doublé notre moisson de films habituelle sur la Croisette. Alors qu’en compétition avec un jury composé de personnalités aussi diverses que Spike Lee, Mylène Farmer ou Jessica Hausner, il est difficile de faire des pronostics, certains films comme Annette de Leos Carax, Titane de Julia Ducournau (qui pourra apparaître clivant auprès de la sensibilité de certains jurés), Benedetta de Paul Verhoeven, The French Dispatch de Wes Anderson ou Les Olympiades de Jacques Audiard ont divisé la critique…

Mais une majorité du côté de la presse loue les finesse d’Un héros d’Asghar Farhadi, de Drive my car, d’Hamaguchi, ou de Julie en 12 chapitres de Joachim Trier et peut-être sont-ce des signaux forts à entendre… Les jurés, eux, pourraient bien, en tout cas, se montrer sensibles en particulier au premier cité – et pourquoi pas au deuxième ? mais certains ne goûteront peut-être pas son style – pour son mélange de maîtrise et d’arrière-plan engagé.

Bon nous n’avons pas encore vu le Joachim Lafosse, mais voici nos pronostics

La Palme d’or irait par consensus fort à Asghar Farhadi pour Un héros ou pourquoi pas à Wes Anderson qui atteint le sommet son art – controversé – avec The French Dispatch. On tablerait cependant davantage sur le premier, du fait de son fond plus développé que dans le film d’Anderson, et davantage apte à séduire le jury de la Compétition, ou du moins une majorité de ses membres.

Le Grand Prix peut aller à Memoria d’Apichatpong Weerasethakul pour sa maîtrise formelle où à La Fracture de Catherine Corsini pour sa manière de parler de la lutte des classes sous forme de comédie. Allez, misons plutôt sur le deuxième qui, récompensé, permettrait aux jurés d’affirmer leur engagement, mais aussi leur foi en les réalisatrices et les réalisateurs français. 

Le Prix du jury pourrait aller à Titane de Julia Ducournau pour son originalité formelle ou à Julie en 12 chapitres de Joachim Trier pour sa manière de parler des rapports hommes-femmes aujourd’hui. Tablons sur le deuxième, sur Joachim Trier, car l’on pense que la France sera présente parmi les prix davantage avec La Fracture, et que Julie… sera l’occasion de couronner un pays moins présent dans les festivals internationaux peut-être.

Le Prix d’interprétation masculine risque fort de récompenser Amir Jadidi dans Un Héros de Asghar Farhadi. À moins qu’André Dussollier l’emporte pour Tout s’est bien passé de François Ozon ou Adam Driver pour Annette. Allez savoir pourquoi, on miserait bien sur Dussollier.

Le Prix d’interprétation féminine pourrait couronner Léa Seydoux pour France de Bruno Dumont ou pourquoi pas pour L’Histoire de ma femme. À moins que Renate Reinsve ne l’emporte avec Julie en 12 chapitres. Et le dernier vendredi de compétition a fait surgir une candidate sur laquelle on parierait bien, en fin de compte : Judy Davis, la mère effrayée de Nitram, de Justin Kurzel. Avant que l’on repense, tout à coup, à la fantastique Achouackh Abakar, actrice dans Lingui, et que l’on parie définitivement sur elle.

Le Prix de la mise en scène, c’est Nadav Lapid pour Le Genou d’Ahed, Wes Anderson, Julia Ducournau, ou peut-être Mia Hansen-Løve pour Bergman Island, qui pourraient l’emporter. On tablera tout de même davantage sur le premier.

Le Prix du scénario pourrait être attribué à Un héros ou à Julie en 12 chapitres. Ou au final, un concurrent qui s’impose tout de go : Drive my Car.

À suivre donc dans les prochaines heures…

Visuel Une © logo officiel

Les Métamorphoses de Mathieu Desseigne-Ravel aux Hivernales
Cannes 2021 : le Prix Un certain regard décerné aux Poings desserrés, film avec vrai point de vue
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture