Cinema
[Cannes 2021, Compétition] Un Héros, un très bon Asghar Farhadi sur l’honneur

[Cannes 2021, Compétition] Un Héros, un très bon Asghar Farhadi sur l’honneur

14 juillet 2021 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur iranien d’Une Séparation, du Passé et du Client est de retour en compétition à Cannes avec un film qui creuse ses personnages comme seul lui sait le faire. Un héros touche le nerf d’un sentiment au cœur de notre essence : l’honneur.

De prisonnier à héros

Rahim (Amir Jadidi, lumineux) s’est retrouvé en prison pour avoir lancé une affaire malheureuse et n’avoir pas pu régler sa dette. A cette occasion, sa femme l’a quitté et c’est sa sœur qui élève son fils, qui lutte de son côté contre un fort bégaiement. Il obtient une permission de deux jours, pendant lesquels il espère bien voir sa nouvelle amie, qui doit rester discrète jusqu’au mariage, et convaincre son oncle et créancier, Bahram, d’échelonner la dette pour le voir sortir de prison. Mais Bahram, qui s’était porté garant, a tout vendu et donné pour régler les dettes de Rahim et n’a même plus de quoi constituer la dot de sa fille… Un sac trouvé avec des pièces d’or est peut-être miraculeux pour sauver Rahim, mais, une chose menant à l’autre, il finit par le rendre à sa propriétaire. On a vent de sa bonne action et Rahim est propulsé « héros » par la rumeur et par les réseaux sociaux. Une aubaine pour vraiment sortir de prison et trouver un travail…

La rumeur, sur le web, comme toujours

Partant, comme à son habitude, d’un événement un tout petit peu moins fort qu’un fait divers, mais qui révèle beaucoup des psychés et de la société, Asghar Farhadi embrasse patiemment, avec une application parfaite, tous les rebondissements de cette histoire où mille forces interagissent pour brouiller les lignes entre mensonge et vérité. Au passage, les sentiments, les ressentiments et les ressorts des personnages se révèlent, face à une administration et surtout une société qui fonctionnent comme une machine infernale. Très bon film sur la propagation des rumeurs dans l’espace public, Un héros dépasse cet aspect clé en révélant en miroir, par son travail de psychologie, comment les personnages interagissent avec « le buzz ».

Une question d’honneur

Focalisé sur son héros qui n’est pas un méchant mais un mou, jusqu’à ce qu’il réagisse, le film saisit en lui quelque chose d’essentiel et que, petit à petit, il se laisse voler jusqu’à ce que cela soit trop, mais il est peut-être trop tard pour réagir. Il s’agit de l’honneur. Pas du minimum commun de « dignité » qu’on distribue très généreusement, pas non plus ce truc d’ancien régime souvent un peu machiste et qui justifie des duels à l’aube, mais cette base essentielle au cœur de l’humain qui fait qu’on est reconnu comme valeureux par ses pairs et qu’on tient debout. Porté aux nues un instant, ce qui fait du bien après l’humiliation de la prison, Rahim vit toute la deuxième moitié du film une descente aux enfers où on lui dérobe ce qui est peut-être aussi vital que l’air et l’eau. On entend son honneur craquer sous les pieds de ceux et celles qui ont intérêt à tirer la couverture à eux, à se protéger ou à le rejeter. Et cette chute qui fonctionne comme un lynchage est à la fois passionnante et terrible. Un grand Farhadi, donc. Peut-être en lice pour le Palmarès. 

Asghar Farhadi, Un héros, avec Amir Jadidi, Mohsen Tanabandeh, Fereshteh Sadr Erfai, Iran, 2021, 2h07. Sortie française le 22 décembre 2021.

Visuel : photo du film © Memento Films

Décès du plasticien Christian Boltanski
Gagnez 2 places pour le concert du 9 août au festival Les Nuits du château de la Moutte à Saint Tropez
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture