Spectacles

Les pièces voir ou à revoir au Festival d’Avignon et au Off d’Avignon

Les pièces voir ou à revoir au Festival d’Avignon et au Off d’Avignon

04 juillet 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

J-2 avant l’ouverture du Festival d’Avignon et du Off d’Avignon. L’occasion pour vous de voir ou des revoir des spectacles qui ont marqué la rédaction. Alors n’hurlez pas en ne voyant dans cette liste ni Sopro de Tiago Rodrigues ni Ibsen Huis de Simon Stone, c’est juste que nous ne les avons pas encore vus :) 

Aucun doute, Pauline Bayle va clouer au sol tout Avignon avec son personnage de femme pilote. Clouée au sol, la pièce de George Brant, parfaitement mise en scène par Gilles David est une bombe qui fait boom comme une attaque aérienne. A voir au Off d’Avignon, au Nouveau ring, tous les jours à 16h20.

Si jamais vous l’avez manqué à Paris et si en plus vous avez un ado à la maison, il faut voir J’ai trop peur de David Lescot, au Off d’Avignon,  du 6 au 26 juillet à La Manufacture 10h15

Avec les enfants à partir de 2 ans, allez vous plonger dans Le Petit Bain de Johanny Bert qui sera présenté du  11 au 28 juillet à 10h30 au Festival Théâtr’enfants.

Le roman de Monsieur de Molière d’après Mikhaïl Boulgakov, mise en scène par Frank Castorf sera repris du 8 au 13 juillet au Festival d’Avignon, au Parc des expositions. Ce spectacle fleuve ( 5h45) présenté l’année dernière à la Volksbühne de Berlin, rend hommage au dramaturge français Molière. Castorf signe un spectacle dense et passionnant, un puzzle hardi construit à partir des textes de l’auteur russe Boulgakov, La Cabale des dévots et Le Roman de Monsieur de Molière, qu’il met en perspective avec des extraits de Corneille, Racine et Fassbinder.

Le sec et l’humide, la troublante performante orchestrée par Guy Cassiers est à voir absolument. La fusion des mots du bourreau avec le comédien est une bombe scénographique. Du 9 au 12 au Festival d’Avignon.

Fin de partie de Samuel Beckett mis en scène par Jean Claude Sachot avec Philippe Cantoire anthologique se jouera au OFF à l’Essaion Avignon à 22H00.  La pièce sera peut être la meilleure pièce du OFF avec Une Maison de Poupée d’Ibsen de Philippe Person au Théâtre de l’Oulle à 15H10 . La même troupe joue avec le même talent « En Attendant Godot ». Aux Corps Saints à 17H00 « La Reine de Beauté de Leeanane«  débarque à Avignon après son succès au Lucernaire, mise en scène et interprétée par Sophie Parel, avec Marie Christine Barrault en mère cruelle et sadisante; et pour la deuxième année l’exceptionnel Orphans de Lyle Kessler mise en scène par Sylvy Ferrus à l’Essaion-Avignon à 11H20. En attendant Godot étrangement et brillamment contemporain mis en scène par Yann Joël Collin sera au Gilgamesh Belleville à 22H10. On ne ratera pas  les fous rires intelligents des deux pièces de Jacques Mougenot : Le cas de Martin Piche et l’Affaire Dussaert au théâtre 3 Soleils respectivement à 17H00 ET 15H00.

Le Joueur d’échecs mis en scène de Sissia Buggy triomphe depuis plus de dix ans à Avignon, cette année au théâtre Les Amants, au OFF d’Avignon à 15H00. Un basique à l’instar de Le Journal d’un fou de Nicolai Gogol mise en scène de Bruno Dairou avec Antoine Robinet au Magasin à 11H00.

Deux pièces admirables et vertueuses créées l’année dernière reviennent à Avignon, dans le OFF Pompiers de Serge Barbuscia avec William Mesguich au Balcon à 13H45, et Provisoire(s) de Mélanie Charvy au Cabestan à 15H15.

Le magique Argan burkinabé, surprise 2016 revient au Collège de la Salle, pour notre bonheur dans Baâda, la malade imaginaire d’après Molière.

Le portrait de Dorian Gray de Thomas le Douarec continue son succès débuté au Lucernaire et après une version anglophone à la Comédie des Champs Élysées s’installe au OFF. A ne pas rater le talent de Laura Elko dans Enfin Vieille au Bo à 12H00.

Notre sélection ajoute l’opérette hilarante La veuve Chou fleuri d’Offenbach aux corps saints à 15H50, le réussi et émouvant Lettre d’une inconnue de Stefan Sweig avec Laetitia Lebacq aux Corps Saints à 17H30, l’audacieux et grinçant Espace Vital d’Israel Horovitz au Théâtre des Lucioles à 18H45, le bouleversant Pigments de Nicolas Taffin à la Luna à 17H20, le littéraire 1830 de Montel au Pandor à 18H30, l’épatante Karine Verlaton dans Le Journal du femme de chambre de Octave Mirbeau à La Petite Caserne à 21H50, le rafraîchissant Pourquoi de Michael Hirsch au Roi René à 11H45.

Notons que le digne d’intérêt Eugène Durif est à Avignon avec son Cercle des Utopistes anonymes à La maison de la poésie à 14H45 et que le 15 Juillet pour une date unique se joue L’abattage rituel de Gorge Mastromas de Maia Sandoz (sans Adele Haenel remplacée par Clémence Barbier) au Contre Courant à 22H00.

Visuels :

©Marina Raurell pour le pole media

©Just Loomis

Festival Afropunk le 15 et 16 juillet — Interview de Mathew Morgan, son directeur et fondateur
[Dossier Rêve] Le rêve au cinéma : Jeux d’onirisme
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *