Théâtre

« Le joueur d’échecs » : pièce testament de Stefan Sweig

« Le joueur d’échecs » : pièce testament de Stefan Sweig

08 novembre 2015 | PAR David Rofé-Sarfati

Le Joueur D’Échecs se jouera en alternance avec 24 heures de la vide d’une femme au Festival Off d’Avignon 2017 au AMANTS à 15H00.

Le 29 septembre 1941, Zweig écrit à son ex-femme: « J’ai commencé une petite nouvelle sur les échecs, inspirée par un manuel que j’ai acheté pour meubler ma solitude, et je rejoue quotidiennement les parties des grands maîtres ». Il est alors au Brésil avec sa seconde femme, celle avec qu’il va se suicider le 22 février 1942. Le joueur d’échecs sera sa dernière nouvelle. Elle ne sera publiée qu’après sa mort.

Comme souvent dans les nouvelles de Zweig, un narrateur qui évoque Zweig est mis en scène. Ce narrateur, joué par Philippe Houillez, assiste lors d’un voyage en bateau à la rencontre de deux destins : celui de Czentovic, joué par André Rocques, orphelin élevé par le curé du village et champion d’échec taciturne et misanthrope et celui de Monsieur B, l’inconnu, ancien notaire en Autriche, qui apprit les échecs seul et sans échiquier dans les geôles nazis.

Philippe Houillez, réussit le pari de nous saisir et de nous faire partager sa curiosité pour un Monsieur B replié sur lui même, secret, clivé et affrontant des difficultés à partager avec ses contemporains. Houillez nous fait sentir le trouble de la personnalité de Mr B., résultat d’une expérience traumatique et d’un isolement délétère.

Les deux destins se rencontrent donc. Une première partie d’échec et l’arrogant Czentovic capitule afin de ne pas se montrer complètement vaincu. Une deuxième partie et là, c’est Monsieur B qui perd pied, devant Czentovic, réactualisant son ancien traumatisme.

Pressé par le narrateur, Monsieur B se retire, piteux et confus.

-Dommage, dit Czentovic, magnanime. Pour un dilettante, ce monsieur est en fait remarquablement doué.

On participe grâce au jeu de Joseph Morana à l’évolution de Monsieur B jusqu’à sa chute. Il n’est pas un dilettante. Il est doué pour l’abstraction car clivé là où Czentovic, tout aussi doué a choisi de rester isolé de la communauté des hommes. On se demande si Zweig aura été Czentovic lorsqu’il s’est expatrié, fuyant les nazis, pour préserver son talent ou s’il a été plutôt Mr B par le choix d’un clivage douloureux qui le mènera au suicide.

La troupe de l’Espace Marais donne toute la force à l’esprit du texte et nous invite à nos questionnements ultérieurs. La mise en scène de Sissia Buggy soutient les interprétations fines des comédiens, dans un lieu souvent méconnu.

Auteur : Stefan Zweig

Artistes : Joseph Morana, André Rocques, François Rimbau, Bernard Lefebvre, Arnaud Bruyère, Philippe Houillez

Metteur en scène : Sissia Buggy

Le joueur d’échecs, Espace Marais, 22 rue Beautreillis, 75004 Paris

Anecdotique « Fin de l’histoire » de Christophe Honoré
Le Théâtre de Kuniyoshi
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *