Théâtre
« L’ABATTAGE RITUEL DE GORGE MASTROMAS » dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin.

« L’ABATTAGE RITUEL DE GORGE MASTROMAS » dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin.

21 novembre 2016 | PAR David Rofé-Sarfati

L’abattage rituel de Gorge Mastromas se jouera pour une dte unique sans Adéle Haenel remplacée par Clemence Barbier au CONTRE COURANT  le 15 Juillet à 22H00.

En attendant début 2017 la proposition de mise en scène de Chloé Dabert,  jeune lauréate du Prix Impatience 2014 pour sa mise en scène désincarnée d’Orphelins, du déjà  Dennis Kelly, nous avons assisté à la pièce L’abattage rituel de Gorge Mastromas  de Dennis Kelly dans la mise en scène de Maia Sandoz et le duel promet d’être vif tant la mise en scène de SANDOZ et du collectif Argument insuffle au texte de Kelly, réflexion sur la corruption et l’altruisme, une remarquable puissance.

img_7688_md

Qui est Gorge Mastromas ? Un simple quidam un peu timide, mais qui apprend par hasard que les salauds sont ceux qui un jour découvrent que la bonté a furieusement le goût de la lâcheté et que s’autoriser est plus simple qu’il n’y parait. Brisant le tabou de l’ordre moral qui fait de lui une victime consentante du système au prétexte qu’une fallacieuse et bien séante convenance lui promettrait de le grandir et de le protéger, Mastromas s’enrichit en commettant autant d’horreurs qu’un enfant capricieux s’y autorise, lui qui enfant souffrait de son penchant pour les décisions moralement justes. Il finira très riche, mais vieux, seul et abandonné à notre pitié et à notre compassion dont très vite notre dégoût l’en confisquera.
Le choix de la mise en scène et l’effet de cette troupe combien homogène, harmonieuse et garante d’un plaisir rare de spectateur, posent et nous convainquent de quelque chose de curieux et d’étrange, car les comédiens, tous à leur joie du jeu, témoignent de cette vie haïssable, sans juger ou condamner, nous autorisent ainsi à tenter une identification, une identification au bouc émissaire qui par son abattage rituel va nous absoudre, nous permettre d’applaudir, de quitter le spectacle en fichant au fond de notre poche notre secrète et passagère aspiration de devenir un jour Gorge Mastromas aussi riche et puissant.
La pièce très créative  est donc une tragédie grecque en cela que nous traversons par procuration la vie de personnages traversés par leurs penchants les plus sombres. La césarisée Adèle Haenel fond son talent aux talents du reste de la troupe. La scène où Gorge Mastromas est affranchi de l’injonction morale, intronisé dans le monde des « autorisés », scène princeps de sa descente aux enfers est splendide. Et si cette scène est épurée, d’autres scènes où le décor minimaliste devient tour à tour ring central, chambre, rue, où la lumière et quelques accessoires font émerger des lieux et des ambiances, où se créent des effets presque cinématographiques, où un peu d’eau et de terre nous transportent en pleine forêt, toutes ces scènes sont autant de preuves d’une science de la mise en scène plurielle et variée et d’une l’intelligence du texte. La joie inépuisable de voir cette troupe jouer additionnée à cette intelligence là garantit notre bonheur de spectateur; on admirera par exemple l’efficacité du travail autour du motif de la bielle qui dans un faux semblant est négligemment manipulée par le comédien alors même qu’elle est le symbole condensé de l’innocence infantile et du meurtre.

Crédit Photos – Danica Bijeljac
Théâtre Studio d’Alfortville dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin
du 9 au 19 novembre 2016
Du Lundi au Vendredi à 20h30
Le Samedi à 16h et 20h30
Relâche le dimanche

et en tournée
les 3, 4 et 5 nov embre 2016
au CDN d’Orléans Loiret-Centre

le 25 novembre 2016
au Théâtre de Chelles

le 19 avril 2017
au Théâtre de Rungis

Du 24 Avril au 5 Mai 2017
à la Manufacture des OEillets à Ivry
(salle du Lanterneau)

Mise en scène : Mai?a SANDOZ
Avec Ade?le HAENEL, Aure?lie VERILLON, Paul MOULIN, Serge BIAVAN, Gilles NICOLAS, Maxime COGGIO
et Christophe DANVIN
Traduction : Gerard WATKINS
Assistante mise en sce?ne : Cle?mence BARBIER
Création Lumière : Julie BARDIN
Cre?ation son : Christophe DANVIN, Jean-François DOMINGUES
Sce?nographie et costumes : Catherine COSME
Collaboration : Artistique Paul MOULIN, Guillaume MOITESSIER Régie Générale Édouard RIBOUILLOT
Administration/Production : Alice PEROT-HODJIS
et Fabienne COULON

Infos pratiques

Décès du dernier des Frères Jacques
Recueil de perceptions sur « La Pente de la rêverie » de Victor Hugo
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *