Musique

Playlist de la semaine (102)

Playlist de la semaine (102)

07 février 2015 | PAR Bastien Stisi

La collaboration dégueulasse entre Giorgio Moroder et Kylie Minogue, le clip enfumé de Viet Cong, le remix parfait de Christine and the Queens par Paradis..…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Giorgio Moroder ; Kylie Minogue, « Right Here, Right Now »

Ceci n’est ni une reprise du mythique « Right Here, Right Now » de Fatboy Slim, ni l’émanation sonore d’un duo oublié dans les limbes de la fin des années 80. Ceci est bien daté de 2015, et provient de la collaboration d’un héros du synthé remis au goût de la hype par les Daft casqués et de leur Random Access Memories et d’une diva pop dont le récent featuring avec l’Australien Flight Facilities n’aura pas convaincu grand monde. Ceci, quoi qu’il en soit, est en tout cas une belle grosse daube racoleuse et perfide indigne de la carrière de deux gros mastodontes de la pop culture occidentale. À oublier très vite.

2. Viet Cong, « Silhouettes »

Issu de leur décharné et mélodique (les deux termes sont donc parfois complémentaires) premier album éponyme (dont il incarne sans doute l’instant le plus « pop »), « Silhouettes » est le deuxième extrait clipé des fous furieux de Viet Cong, après l’hérétique et surréaliste « Continental Shelf ». Beaucoup de fumée dans le clip, et beaucoup de cendres dans leur musique : on retrouvera ce lundi ces pensionnaires de Jagjaguwar au Point Éphémère.

3. Kid Wise, « Ocean »

Les contradictions de l’adolescence, ses fantasmes illogiques, ses troubles obsédants…les Toulousains de Kid Wise poursuivent avec le clip du post-pop « Ocean » l’exploration des thématiques déjà abordées dans leurs précédents clips (ceux de « Hope » et de « Forest »), et illustrent l’un des morceaux les plus forts et les plus étendus de leur tout premier album à venir (L’Innocence, sortie le 2 mars). Le clip est signé Benjamin Kühn, obsède lorsqu’il ne dérange pas carrément, et confirme l’excellent travail vidéaste effectué autour de la bande d’Augustin Charnet depuis leurs premiers ronronnements. On retrouvera ceux dont on attend très fort le premier album à la Maroquinerie le 8 avril prochain.

4. S A Y C E T, « Mirages »

Pour la première fois, et après des productions diverses pour le compte du Centre Pompidou, le Parisien Pierre Lefeuvre (qui porte le pseudonyme de S A Y C E T) fait usage de sa voix sur l’un de ses morceaux, et prouve avec le très dreampop et héroïque « Mirages » sa belle faculté dans ce domaine. Il est accompagné ici par la voix féminine de Phoene Somsavath, trouve une place entre M83 et Son Lux, et suggère une hypothèse, celle, un peu folle, de voir Pierre Lefeuvre et S A Y C E T imiter la trajectoire de Sascha Ring et Apparat, en donnant progressivement à sa propre voix une utilité non plus seulement ornementale, mais bien essentielle.

5. MOON, « La Grande Perspective »

On le répète depuis quelques semaines maintenant, les perspectives sont bien belles du côté du microscopique et émergeant label (microqlima records). Et le titre du nouveau morceau de Moon, deuxième signature d’une famille qui comporte également les jeunes projets Cliché et Amarillo, pourrait faire office d’annonce prophétique bienheureuse.  Aussi synthétique que « Neptune », « La Grande Respective » fait valoir une nouvelle fois la bonne parole d’une cold wave glaciale et sans paroles, à laquelle on ajoutera cette fois une guitare électrique d’un autre âge. Pas moyen de savoir où la petite fusée du clip illustrateur termine sa course. Peu importe, c’est le voyage qui compte. Et celui de Moon s’avère prometteur.

6. Soko, « Ocean Of Tears »

Soko poursuit son évolution post-punk et new-wave. Après le gentiment agacé « Who Wears The Pants ?? », la Française exilée en Californie livre le désinvolte et britpop « Ocean Of Tears », accompagné d’un clip en forme de joyeux bordel filmé caméra embarqué. Intérêt limité, et pas mal de questions entourant la qualité de ce second album au nom joliment naïf (My Dreams Dictate My Reality) à paraître au mois de mars.

7. Christine and the Queens, « Christine (Paradis remix) »

Certaines collaborations relèvent de l’évidence même. C’est ainsi le cas de celle invitant sur le même morceau Héloïse Letissier (Christine and the Queens) et les deux garçons de Paradis, qui partagent une passion commune pour l’alliance de la pop variétale et des nappes synthéthérées. C’est ici le « Christine », émanant du mille fois diffusé Chaleur Humaine, qui se voit offrir une réincarnation deep house bienheureuse. Chose rare : on favorisera cette version remixée à la version originelle, manifestation formelle des miracles qu’est capable de produire le duo dont on attend avec une impatience non feinte le premier album studio cette année (on se souvient par exemple de ce qu’avaient été capables de faire les Paradis de « La Ballade de Jim » d’Alain Souchon »)

Visuel : (c) pochette de Right Here, Right Now de Giorgio Moroder et de Kylie Minogue

Culture en danger : le Théâtre de l’Idéal menacé à Tourcoing
[Berlinale, Compétition]« Queen of the desert », le mélo orientaliste de Werner Herzog
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *