Pop / Rock

[Live report] Kid Wise au Point Éphémère

[Live report] Kid Wise au Point Éphémère

15 octobre 2014 | PAR Bastien Stisi

Au sein d’un Point Éphémère sold out et blindé jusqu’à l’étouffement, les Toulousains de Kid Wise donnaient hier soir un premier aperçu de ce que sera leur Innocence, leur premier album complet à paraître au début de l’année 2015. Et il semblerait que cet album porte admirablement bien son nom…

Il est 23 heures passées dans le club du Quai de Valmy. Après 1 heure 30 de show, on a pensé voir se terminer trois, peut-être quatre fois déjà, le concert du sextet toulousain. On nous l’a affirmé après « Funeral », après « Blue », après ce vivifiant « Écho » issu de cet album à venir, mêlant sans que l’on ait encore compris par quel ingénieux mécanisme chamanisme habité et post-rock (post-métal ?) excité. Une partie de la foule, la sueur au corps et le sourire au visage, a déjà commencé à s’exporter au-dehors. Mais Augustin Charnet et sa bande, bras dessus / bras dessous, en veulent encore. Ils viennent de se concerter, et n’envisagent visiblement pas de quitter la scène dans l’immédiat. Ils veulent refaire « Hope », ce surprenant (et immense) tube de plus de 5 minutes qui avait murmuré à l’oreille de l’hexagone il y a quelques mois qu’il était peut-être en train de se passer quelque chose de grand autour de ces post-popeurs aux emphases assumées.

Refaire le tube que tous savent entonner pour se donner un dernier élan de vitalité, quitte à épuiser les plus récalcitrants. Les petites vanités de la jeunesse, pourrait-on penser, si ce ne sont les petites erreurs. Ou serait-ce les petites victoires ? Les grandes victoires, en fait. Car s’il y a une grandiloquence pop parfois surjouée chez Kid Wise, et surtout chez un Augustin Charnet qui incarne l’artiste pop par excellence, on sera tenté, plutôt que de s’en offusquer, de s’en réjouir.  On ne décèle en réalité une once d’hypocrisie dans cette post-pop progressive un brin pompeuse mais tellement généreuse, immensément talentueuse, portée par la grâce (violentée) de ces cordes qui soutiennent guitares, violon ou la voix hautaine, baroque et habitée de ce chanteur / leadeur / claviériste dont ce sont sans doute les excès d’enjouements qui le rendent aussi attachant. Il y a entre le groupe et son public un échange sincère qu’il est nécessaire de ne pas ignorer.

Alors, on avait joué « Hope » une première fois en faisant monter Disiz sur scène (un peu vainement : on l’entend mal) répétant ainsi ce qui avait plutôt réussi lors du très beau live du groupe aux Vieilles Charrues cet été. Et on le rejoue donc. Mais plutôt que de s’en lasser, le public s’en enchante, élargit encore la taille des sourires, dresse une haie d’honneur à Augustin, de retour au sein de la foule afin de communier une nouvelle fois avec elle tout ce petit bonheur de l’instant que le groupe paraît porter comme un véritable leitmotiv de scène. Ce n’est pas potache, mais plutôt une Innocence toute belle, toute juvénile, parfaite résonance avec la nomination d’un album à venir qui paraît ne plus se contenter, comme sur leur premier EP Renaissance, d’un mixage idéal entre le post-rock symphonique de Godpseed You ! Black Emperor et les rencards électro pop de Phoenix.

Il y aura en effet sur Innocence des psaumes pop en forme de douceurs chérubines (ici, on invite la dénommée Mathilda sur scène, qui n’est pas celle de Besson / d’Alt-J, venue proposer un charmant contraste avec la voix grave d’Augustin). Il y aura la perfection pop de l’excellent « Forest », leur dernier single livré ces derniers jours, et l’immense « Écho », dont on mentionnait déjà toute la folle schizophrénie plus haut. Il y aura aussi ces invitations au voyage (orientaliste) proposées par un violon et des jeux de percussions (et aussi une luminosité ingénieuse) devenus tribaux, appels à la prière qu’Augustin manifestera, un instant, en s’agenouillant presque sur le sol.

Mais de prière, il n’en est nul besoin ici, car la certitude est là : les Kid Wise sont en train de nous préparer pour le début de l’année prochaine un très grand album, celui qui construira le pont (français) entre la pop de stade et le post-rock de cave. Il s’appellera L’Innocence, et malgré les apparences, paraît déjà faire preuve d’une maturité absolument bluffante…

En attendant demain, Kid Wise poursuit la tournée d’introduction de ce premier album. On en retrouvera les dates par ici.

Visuel : © YBouH

« Baccarat, la légende du cristal » : sublime rétrospective historique au Petit Palais
[Chronique] Lisa Batiashvili : Bach aérien et brillant
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *