Cinema
Serge Bozon : Portrait d’un homme qui va électriser la Quinzaine des Réalisateurs

Serge Bozon : Portrait d’un homme qui va électriser la Quinzaine des Réalisateurs

17 mai 2013 | PAR Camille Hispard

 

 

 

 

Acteur, critique et réalisateur français, Serge Bozon est à nouveau dans la sélection officielle de la Quinzaine des Réalisateurs, pour son quatrième long métrage « Tip Top » : un film atypique au casting impressionnant.

Artiste aux multiples casquettes, Serge Bozon revient à Cannes à l’aube de la Quinzaine des Réalisateurs, cru 2013. Critique entres autres de la très influente revue La Lettre du Cinéma, véritable nid foisonnant de réalisateurs de talent, Serge Bozon s’est naturellement tourné vers la réalisation en 1998 avec l’Amitié. Mais c’est avec Mods en 2003, un film racontant l’histoire de deux militaires se retrouvant dans un campus étudiant lunaire so garage, que Serge Bozon se fait remarquer. Il reçoit d’ailleurs à cette occasion le Prix Léo Scheer au Festival de Belfort.

Reconnu également pour ses rôles dans les films de Judith Cahen, Pierre Léon, Jean-Charles Fitoussi, Jean-Paul Civeyrac, Yann Le Quellec, et également la très plébiscitée Valérie Donzelli, dans La Reine des Pommes (2009) et Main dans la Main (2012), le jeune réalisateur poursuit sa lancée avec la réalisation de La France en 2007, qui réunissait à l’affiche les génialissimes Sylvie Testud et Pascal Greggory. C’est avec ce long métrage que Serge Bozon croise pour la première fois la route de la Quinzaine. La France se déroule durant la première guerre mondiale et met en scène une jeune femme qui décide de se travestir et de partir au front afin de retrouver son soldat de mari, après avoir reçu une mystérieuse et courte lettre de rupture.

Pour la seconde fois donc, Serge Bozon se retrouve dans la sélection de la 45ème Quinzaine des Réalisateurs, avec la comédie policière Tip Top. En trio de tête, Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain et François Damiens. Un casting de choc qui annonce des situations loufoques et surréalistes à souhait. Deux inspectrices de la police des polices enquêtent sur la mort étrange d’un indic d’origine algérienne, et se retrouvent dans un commissariat de province à l’univers barré.

Les extraits dévoilés prédisent déjà que ce film va secouer la Quinzaine et va révéler au public l’oeil vif et original de ce réalisateur au talent singulier qui distille avec élégance un univers inspiré.

Visuel (c) : Capture d’écran site Quinzaine des Réalisateurs.

Tous nos articles sur le festival de Cannes sont à retrouver dans Le dossier Cannes.

[Live report] Exsonvaldes au Nouveau Casino : et la lumière de « Lights » fut
5 expos virtuelles pour passer la Nuit des Musées chez soi
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture