Pop / Rock
[Live report] Exsonvaldes au Nouveau Casino : et la lumière de « Lights » fut

[Live report] Exsonvaldes au Nouveau Casino : et la lumière de « Lights » fut

17 mai 2013 | PAR Bastien Stisi

exsonvaldes-e1355751687590Le quatuor parisien Exsonvaldes concluait hier soir la tournée de présentation de son dernier album studio, Lights, à l’occasion d’une date au Nouveau Casino. Hyperactif et forcément lumineux.

Sur la scène du Nouveau Casino, le logo géométrique du groupe et ses segments irréguliers trônent derrière les quatre garçons, illuminé sporadiquement par un jeu de lumière performant destiné à illustrer l’électro pop lumineuse d’un groupe qui a profité de la parution de Lights (le nom n’a sans doute pas été choisi au hasard), le quatrième album de leur existence, pour entamer un virage électronique et scintillant diablement convaincant.

943011_10151579562228168_396175084_nSi les synthétiseurs ont pris sur cette production nouvelle une importance et une précision évidente, les Exsonvaldes n’en ont pour autant pas oublié les fondamentaux qui ont contribué à leurs succès antécédents, et notamment en live, où les guitares, la batterie et la vocalité d’un chanteur remarquable de sincérité et d’envie prennent perpétuellement le dessus sur les cris numériques des machines et des bruitages robotiques.

Une posture live plus rock qu’électro qui n’empêche cependant pas une vivacité scénique de tous les instants, venant offrir à un public fidèle la plupart des morceaux de leur dernière production en date, de l’introducteur et pointilliste « Seahorses » au dynamisme guitareux de « Let Go », en passant par l’électro pop sonique de « Action » et par les sonorités new-wave de « Guns ». Apogée de communion entre le groupe et son public, le tube « Aérotrain » et sa mélodie légère, ainsi que les titres « L’Inertie » et « On a rien vu venir » illustrations ambulantes du parti pris par les parisiens d’utiliser sporadiquement la langue d’Aline, de La Femme ou de Lescop.

Dans les derniers instants du concert, une session acoustique verra le quatuor se regrouper, se débarrasser du superflu et se contenter de garder l’œil et les doigts sur les cordes d’une guitare sèche afin de rappeler au Nouveau Casino l’accoutumance du groupe pour les concerts minimalistes et intimistes en appartement. Une reprise personnalisée de George Harrisson et de son porteur « I’ve Got My Mind Set on You », une belle et sincère ovation d’un public convaincu, et voilà déjà les Exsonvaldes en dehors de la scène, calfeutrés derrière un stand pour se charger eux-mêmes de la vente des tee-shirts à l’effigie de Lights et de signer quelques autographes aux membres les plus jeunes du public…

Pas de panique pour ceux qui n’auraient pu obtenir les précieuses signatures : les Exsonvaldes seront de retour cet été à l’affiche du Dour Festival en Belgique, pour une nouvelle occasion d’exporter la lumière de leur électro pop radieuse au sein des esprits les plus attentifs.

Visuel : (c) pochette de Lights d’Exsonvaldes; Mathilde Krill

Gagnez 2X2 places pour la tournée The Voice à Rennes le 08/06/2013
Serge Bozon : Portrait d’un homme qui va électriser la Quinzaine des Réalisateurs
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *