Politique culturelle

Pascal Nègre débarqué d’Universal Music

Pascal Nègre débarqué d’Universal Music

19 février 2016 | PAR Aurélie David

Jeudi 18 février, l’emblématique Pascal Nègre a quitté ses fonctions de directeur d’Universal Music, le label numéro un mondial de la musique, suite à un désaccord avec Vincent Bolloré, patron de Vivendi et son actionnaire. 

Après avoir passé dix-sept ans à la tête du numéro un mondial de la musique, le label Universal Music, Pascal Nègre, 54 ans, a été remercié jeudi soir. Vincent Bolloré, patron du groupe Vivendi et son actionnaire avec lequel il était en désaccord, n’a pas renouvelé son contrat arrêté au 31 décembre dernier et a décidé de le remplacer par Olivier Nusse, numéro 2 du groupe et actuel directeur des labels Mercury Music Group et Decca Records France. Animateur de radios libres entre 1981 et 1985, attaché de presse au sein de la maison de disque BMG de 1986 à 1987, directeur de la promotion de Columbia du groupe CBS entre 1988 et 1990, entré au sein du label Polygram Musique en 1990 puis à sa tête en 1994, Pascal Nègre est, depuis le début de sa carrière, un pilier au sein de l’industrie musicale française.

La consécration à Universal Music 

Situé au 16 rue des Fossés Saint-Jacques, dans le 5e arrondissement à Paris, le groupe Universal Music France est la plus importante maison de disque de l’Hexagone, représentant 44% du marché de la musique. Durant toutes ces années, Pascal Nègre a largement contribué au rayonnement du label et au développement de brillantes carrières artistiques. Avec ses 650 salariés et ses 300 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel, le groupe s’est notamment occupé de produire des albums d’artistes français tels qu’Alain Bashung, Stéphan Eicher, en passant par Noir Désir, Zazie, Florent Pagny et Calogero, sans oublier les carrières en France d’artistes internationaux comme U2, Eminem, Sting, Lady Gaga ou les Black Eyed Peas.

Visuel : ©CC BY-SA 2.0.

Valberg The place to rire !
Pneuma: Carolyn Carlson et le ballet de l’Opéra de Bordeaux en état de grâce
Aurélie David

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *