Théâtre

Gennevilliers saison 2014/2015 : vous irez

Gennevilliers saison 2014/2015 : vous irez

09 juin 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Vous irez à Gennevilliers la saison prochaine. On le sait. Tant de choses alléchantes à voir et à vivre. Profitez encore un peu de vos sens, et lisez.

Le Pouvoir des folies theatralesIl va forcément vous attirer, le Théâtre de Gennevilliers, en 2014-2015. On en est sûrs. Peut-être parce que Pascal Rambert, son directeur depuis maintenant sept ans, qui vous a éblouis avec Clôture de l’amour, y créera Répétition, pièce entre théâtre et danse, avec une affiche de choix : sur scène, Stanislas Nordey, sa partenaire de Clôture… Audrey Bonnet, une amie de longue date nommée… Emmanuelle Béart, et un familier des divagations rambertiennes, Denis Podalydès himself. A voir en décembre et en janvier. Peut-être également parce que vous voudrez voir quelques spectacles que vous avez ratés en 2013 en Avignon : Place du Marché 76, la dernière œuvre de Jan Lauwers, que vous adorez aussi, depuis que vous avez ovationné sa Chambre d’Isabella, sans cesse reprise depuis 2005 ; ou Le Pouvoir des folies théâtrales, 4h20 durant lesquelles Jan Fabre revisite son troisième spectacle d’avant-garde, créé en 1984. A voir en février, et, pour Lauwers, en mars.

Mais comment peut-on vous surprendre, alors ? Pas en vous annonçant que François Tanguy et son Théâtre du Radeau ouvriront la saison avec Passim. Vous les connaissez, les… les… les planches déplacées… les tubes de musique classique passés en boucle… les bouts de textes… Non ? Eh bien allez donc le vivre, ce nouveau spectacle. En bien comme en mal : promis, on ne vous en voudra pas. A voir, en tout cas, en octobre. Un peu de danse à risque, alors, pour vous étonner. Connaissez-vous Julie Nioche, chorégraphe plus que douée ? Rappelez-vous une production qui a beaucoup tourné : Voleuse, et son hélice entêtante, contre laquelle se cognaient les interprètes… Souvenez-vous qu’elle est à l’affiche d’Avignon, cet été, avec Matter… A Gennevilliers, avec En classe, elle dirigera des enfants… A voir en mars.

Place du Marche 76 2Ah, on a trouvé de l’inédit ! C’est facile, mais bon : les gars de Grand Magasin. Ce groupe d’artistes étonne et détonne toujours. Avec Inventer de nouvelles erreurs, ils nous promettent une cascade de « réalisations d’idées », sous la forme d’un opéra… A voir au mois de novembre. Et à ne pas oublier, un grand saut dans le vide: la danseuse et chorégraphe Claudia Triozzi fera tout pour matérialiser « le point d’où vient la danse » dans Boomerang ou « le retour à soi » Si elle y parvient, à voir en novembre.

Ajoutez à cela une photographe (Claudine Doury), un « laboratoire radio » animé par Joëlle Gayot, et la présence du philosophe Emmanuel Alloa, enseignant à l’université de Saint-Gall (Suisse)… Et puis, toujours, le Festival des très jeunes créateurs contemporains… Dont la programmation sera faite par notre roi de l’hypnose favori, Joris Lacoste… Assez ! tout cela va bientôt passer à l’état de drogue ! Amoureux de l’art contemporain… vous pouvez forcer la dose. Allez vous faire secouer à Gennevilliers.

Visuels : Le Pouvoir des folies théâtrales © Agnès Mellon

Place du Marché 76 © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Visuel Une : Place du Marché 76 © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

« Les caractères impossibles », par Jérôme Lèbre
Gagnez 2 CD et 1 vinyle dédicacés du live de Christophe « Intime »
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *