Spectacles

« Le vrai spectacle » hypnose collective pour un voyage interieur

« Le vrai spectacle » hypnose collective pour un voyage interieur

10 novembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Dans le cadre du festival d’automne, le chercheur de paroles Joris Lacoste dont nous avions adoré Parlement propose une experience irréelle aux spectateurs du Vrai Spectacle. A ne proposer qu’à un public averti, avide de performances et de cheminements étranges. Pas d’arnaque, « ça » marche, c’est puissant et au final, destructeur.

Depuis plusieurs années, Joris Lacoste aborde l’hypnose en tant qu’art. L’idée est d’autoriser le lâcher prise au théâtre, laissez venir le sommeil sans lutter. Dormir ? Absolument pas, il s’agit en réalité d’entrer dans un état proche de celui qui précède le sommeil. Pour Joris Lacoste, la puissance théâtrale réside dans le processus même : quelqu’un parle, d’autres l’écoutent. Si le quelqu’un est un comédien et que les autres sont assis dans une salle de spectacle, cela semble évident.

Seul en scène, Rodolphe Congé, en pleine lumière nous rassure, nous explique, pendant que nous spectateurs assis confortablement, entourés chacun de deux fauteuils vides et réchauffés par une couverture, nous commençons à l’écouter sans prendre garde. Il nous prépare à une séance d’hypnose nous permettant d’accéder à un spectacle qui se passera non pas sur scène mais dans nos cerveaux. Sur le plateau, il ne se passe pas rien pour autant. Lui, progresse dans son discours tout en introduisant des leitmotivs : « un homme seul », « il n’est pas une danseuse ». Entre, il installe des mots appelant des images : la mer, l’océan…Puis la lumière se modifie au point que l’acteur semble disparaitre dans un halo. Une musique, plutôt une vibration vient enrober la voix. A ce moment, nous avions déjà les yeux fermés, nous avions déjà commencés à avoir les paupières immensément lourdes.

La suite est un voyage qui est suggéré par le comédien, aidé par une lumière parfois stroboscopique, chacun se fera réellement son propre spectacle sur la route décidée et tracée par Joris Lacoste. On passera par une ville immense, ce sera New York pour nous, on retrouvera une plage dont on a foulé le sable pendant l’enfance. On vivra des moments cauchemardesques quand la lumière devient trop agressive, appelant, pour nous, des images absolument morbides. Oui, de la lumière alors que les spectateurs ont les yeux fermés, cela donne des flashs blancs, des fourmillements. Cela agit.

Le vrai spectacle n’est pas de l’hypno thérapie, il ne soigne pas, il vient utiliser l’hypnose comme outil de performance en transformant nos cerveaux en machines incontrôlables à fabriquer de la fiction. La sensation étrange de sentir sa conscience prendre son indépendance vis à vis de son corps tout en gardant le sens du réel est absolument déroutante. Joris Lacoste présente la chose ainsi :  » L’hypnose suscite (…) chez le spectateur endormi une fiction vécue. C’est un rêve scénarisé, guidé par la voix, mais qui déborde sans cesse son propre cadre ». Et ? Vécu !

Pour nous la sensation au réveil fut celle d’un bad trip. Le comédien à un moment qualifie ce spectacle de « drogue ». C’est juste, comme toute substance hallucinogène, elle suscite l’addiction en même temps que la répulsion.

 

Marien Delfavard lauréat du Prix de Flore 2011
Simon Liberati prix Femina pour Jayne Mansfield 1967
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 réflexions au sujet de « « Le vrai spectacle » hypnose collective pour un voyage interieur »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *