Cinema

L’annonce de la sélection de Cannes 2015 en direct

L’annonce de la sélection de Cannes 2015 en direct

16 avril 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

Thierry Frémaux, délégué général du Festival depuis 2007, et Pierre Lescure, nouveau président, sont sur scène, pour nous révéler le contenu du plus grand festival de cinéma du monde, qui se tiendra du 13 au 24 mai prochains. C’est parti ! Quelques heures plus tard, ce festival s’annonce à la fois pointu, et plein de stars…

Palme d'orDès l’entrée, Pierre Lescure nous révèle des surprises. Cannes a deux nouveaux partenaires cette année : Kering, avec lequel un partenariat de « contenu complémentaire extrêmement féminin » sera mis en place (des « women talkings« , avec des artistes femmes) ; et EuroCard MasterCard. Chopard, partenaire fidèle, permettra, lui, la réalisation d’un film sur l’histoire de la Palme d’or. Et Canal+ sera plus que jamais là… Enfin, un hommage sera rendu cette année à Ingrid Bergman par sa fille, Isabella Rossellini, présente tout du long.

On guette ensuite l’annonce des membres du jury officiel, présidé par Joel et Ethan Cohen. Las, on les connaîtra « dans quelques jours » (Thierry Frémaux)…

Alors, passons aux films !
Une sélection « belle, nouvelle, qui prend des risques, et dit des choses sur la création mondiale » (Thierry Frémaux).

En séance de minuit :
Office, de Hong Won-chan (Corée du Sud)
Amy, le film sur Amy Winehouse, d’Asif Kapadia (Grande-Bretagne)

Séances spéciales (hors compétition) :
Asphalte, de Samuel Benchetrit (France). Avec Isabelle Huppert, mais aussi Michael Pitt.
Oka, de Souleymane Cissé (Mali)
Amnesia, de Barbet Schroeder. Tourné à Ibiza, avec Marthe Keller.
Une histoire d’amour et de ténèbres, de Natalie Portman, d’après Amos Oz (Israël)
L’Esprit de l’escalier, d’Elad Keidan (Israël). Réalisateur qui fut lauréat de la Cinéfondation.
Panama, de Pavle Vuckovic (Serbie). Lauréat lui aussi de la Cinéfondation.

Hors compétition :
La Tête haute, d’Emmanuelle Bercot (film d’ouverture)
Mad Max : Fury road, de George Miller (un remake fait par le réalisateur du premier Mad Max, en 1979)
Irrational Man, de Woody Allen. Avec Joaquin Phoenix.
Vice-versa, de Pete Docter. Un film d’animation Pixar.
Le Petit Prince, de Mark Osborne. Une variation d’après le célèbre livre.

Un certain regard :
Fly away solo, de Neeraj Ghaywan (Inde)
Rams, de Grimur Hakonarson (Islande)
Voyage sur l’autre rive, de Kiyoshi Kurosawa (Japon)
Je suis un soldat, de Laurent Larivière (France). Avec Louise Bourgoin et Jean-Hugues Anglade.
Soleil de plomb, de Dalibor Matanic (Croatie)
The other side, de Roberto Minervini (Etats-Unis)
L’Etage du dessous, de Radu Muntean (Roumanie)
The Shameless, de Oh Seung-uk (Corée du Sud)
The chosen ones, de David Pablos (Mexique). Un film produit par l’acteur Diego Luna.
Nahid, d’Ida Panahandeh (Iran)
Le Trésor, de Corneliu Porumboiu (Roumanie)
La Quatrième Voie, de Gurvinder Singh (Inde)
Madonna, de Shin Su-won (Corée du Sud)
Maryland, d’Alice Winocour (France)

Et…
La Compétition, pour la Palme d’or !

Les français :
Dheepan, de Jacques Audiard
La Loi du marché, de Stéphane Brizé. Avec Vincent Lindon.
Marguerite et Julien, de Valérie Donzelli
Mon roi, de Maïwenn. Avec Vincent Cassel et… Emmanuelle Bercot.

L’Europe :
Macbeth, de Justin Kurzel (Grande-Bretagne). Avec Michael Fassbender, et Marion Cotillard.
Mia madre, de Nanni Moretti (Italie). Aura-t-il une deuxième Palme, après son succès en 2001 pour La Chambre du fils ?
Le Fils de Saul, de Laszlo Nemes (Hongrie)
Le Conte des contes, de Matteo Garrone (Italie, tourné en anglais). Une incursion du réalisateur de Gomorra dans le conte merveilleux, avec, à nouveau, Vincent Cassel, et Salma Hayek, John C. Reilly, Stacy Martin et Alba Rohrwacher.
Youth, de l’italien Paolo Sorrentino (tourné aux Etats-Unis). Avec Michael Caine, Harvey Keitel, et Rachel Weisz.
The Lobster, du grec Yorgos Lanthimos (tourné avec une équipe internationale). Avec Colin Farrell, Léa Seydoux, et Rachel Weisz et John C. Reilly.
Louder than bombs, du norvégien Joachim Trier, l’auteur d’Oslo, 31 août (tourné avec une équipe internationale). Avec Isabelle Huppert, Jesse Eisenberg, Gabriel Byrne.

Le Canada :
Sicario, de Denis Villeneuve (tourné aux Etats-Unis). Avec Emily Blunt, Benicio del Toro et Josh Brolin.

Les américains :
Carol, de l’excellent Todd Haynes. Avec Cate Blanchett et Rooney Mara.
The sea of trees, de Gus van Sant (déjà palmé en 2003 pour Elephant). Avec Matthew McConaughey et Ken Watanabe.

L’Asie :
The Assassin, de Hou Hsiao-hsien (Taïwan)
Mountains may depart, de Jia Zhangke (Chine) (prix du scénario en 2013 pour A touch of sin)
Notre petite soeur, d’Hirokazu Kore-eda (Japon)

Si vous avez bien lu, vous avez vu que cette compétition mettait à l’honneur, peut-être indirectement, certains interprètes. Seront là à deux reprises Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot (en comptant le film, hors compétition), qu’elle réalise, et surtout, les excellents John C. Reilly et Rachel Weisz. De quoi donner envie d’aimer les stars… et les acteurs !

Visuel : © FdC

Les vernissages de la semaine du 16 avril
Il y a quarante ans disparaissait Mike Brant
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia