Actu
L’agenda culture de la semaine du 20 janvier

L’agenda culture de la semaine du 20 janvier

19 janvier 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Janvier avance, le froid se rapproche, mais ce ne sont pas quelques flocons qui vous empêcheront de sortir de chez vous pour vous distraire et vous cultiver ! Enfilez votre manteau, votre écharpe, et c’est parti !

Quatuor cordesLundi 20, début de la semaine de la haute couture à Paris. La capitale verra se succéder des défilés de Jean-Paul Gaultier, de Yiqing Yin, au Palais de Tokyo, d’Alexis Mabille  à l’hôtel d’Evreux, de la maison Schiaparelli, dirigée par Marco Zanini…
Le soir, rendez-vous à 20h30 au MK2 Quai de Seine, métro Stalingrad, pour rencontrer Stéphane Braunschweig, grand metteur en scène de théâtre contemporain, directeur du Théâtre de la Colline, où est actuellement à l’affiche sa dernière création, Le Canard sauvage. Avec la projection de A history of violence, film culte sur le secret. Beau dialogue entre les arts en perspective, qui sera prolongé par un autre dialogue entre Braunschweig et…Christophe Honoré ! De quoi stimuler votre matière grise.

Mardi 21, dernier jour du Festival Cinéma organisé par Télérama. L’occasion pour vous de revoir ou voir tout simplement quelques-uns des très bons films de l’an passé, pour 3 euros seulement. On vous conseille de découvrir, si ce n’est pas déjà fait, Frances Ha, Snowpiercer et le grand, très très grand film de Paolo Sorrentino, La Grande Bellezza.
Et le soir, place au violon ! Rendez-vous à la Cité de la musique pour la Biennale de Quatuors à cordes. Avec à 19h, Cuarteto Casals, célèbre quatuor espagnol qui interprétera Mozart, Chostakovitch et Anton Webern. Suivi, à 20h30, du non moins célèbre Quatuor Arditti, fondé en 1974, et accompagné par l’Orchestre Philarmonique de Radio France.

Mercredi 22, venez à la Cinémathèque française découvrir l’œuvre singulière du réalisateur Jean-Charles Fitoussi. De l’histoire d’Antoine, qui « n’existe qu’un jour sur deux » dans Les Jours où je n’existe pas (2003), à Nocturnes pour le roi de Rome, film sur la musique classique tourné en 2010, entièrement grâce à la caméra d’un téléphone portable, il aime à proposer des contes étranges. Ce mercredi, projection d’un film rare, Je ne suis pas morte, histoire d’une jeune fille qui démarre sa vie à 27 ans. Un univers à part, on vous dit.

MoodoidJeudi 23, autre univers, plus pop mais pas moins marqué : le groupe français Moodoïd à la Gaîté Lyrique. On parie que pas mal de fans seront au rendez-vous. Si vous ne connaissez pas encore la musique psychédélique aux rythmiques parfaitement agencées de cette jeune formation parisienne, rattrapez votre retard et laissez-vous prendre.

Vendredi 24, l’exposition L’Envers des corps, installée à l’Institut du monde arabe jusqu’au 9 mars, propose une conférence titrée « Art, artisanat et design : design textile en Tunisie, perspective ? » Mariem Besbes, créatrice de vêtements et Diana Lui, photographe, débattront des perspectives de développement en matière de textile pour la Tunisie. Question qui tient à cœur à ces deux femmes, pour lesquelles le vêtement tient lieu de vecteur de communication entre son fabricant et celui qui le porte. A écouter entre 12h et 14h.
Notez également, à Mains d’œuvres (Saint-Ouen), l’ouverture du festival Mo’fo. Initié par Herman Düne en 2001, il voit passer du rock « indépendant » qui prodigue une énergie contagieuse. Qu’ y a-t-on vu ces dernières années ? Gossip, French Cowboy, Winter Family, The Pastels, Shannon Wright… Cette année, 22 groupes au programme. Dont Tv Ghost, Lucky Dragons, Alice Lewis… Avec ce premier soir, rien que pour vous, un ton folk !

Samedi 25, pas envie de danser mais de regarder les autres danser ? le nouveau spectacle de danse d’Alain Platel, tauerbach, débute au Théâtre national de Chaillot. Alain Platel, c’est une danse décrite comme « bâtarde » en ce qu’elle cherche à donner une place aux êtres marginalisés et à établir un dialogue avec eux. Question posée : « comment survivre avec dignité quand il nous reste très peu ? » Immanquable.

Dimanche 26, serez-vous piano ou théâtre ? Aux Bouffes du Nord se tient Beyond my Piano, festival des « pianistes affranchis ». Préparez-vous : à 14h, Vanessa Wagner, ou Satie et Ravel an dialogue avec la musique électronique ; à 16h30, Bojan Z, pianiste de jazz qui prise tous les genres, du classique à la musique brésilienne ; à 20h30, Francesco Tristano.
Trop atypiques pour vous, ces propositions ? Rendez-vous donc au Théâtre de l’Epée-de-bois, l’un des cinq lieux de la Cartoucherie de Vincennes, pour un spectacle pas comme les autres. Perrault, contes baroques, repris exceptionnellement ce dimanche, et à ne manquer sous aucun prétexte. Des contes de Charles Perrault ? Oui, mais interprétés, sous la direction de Jean-Denis Monory, avec le parler et les gestes du théâtre…du XVIIème siècle. Roulements des « r », postures stylisées à l’extrême des corps …et clavecin, bien entendu ! Allez-y avec vos enfants. Si le cœur vous en dit, restez le soir pour Les Fâcheux : Molière comme au XVIIème. Et surtout, tant pis s’il neige !

« Mort à Venise », les désirs fous d’Ostermeier
« Mer agitée à très agitée », hystérie joyeuse en station balnéaire par Sophie Bassignac
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture