A l'affiche

[Live-Report] : L’avant première de Frances Ha au Festival Paris Cinéma

[Live-Report] : L’avant première de Frances Ha au Festival Paris Cinéma

01 juillet 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

Après un départ en fanfare avec la projection de La « Venus à la fourrure » de Polanski le 27 juin pour l’ouverture et une ouverture du « Made in Belgïque » remarquée avec la projection du cultissime « C’est arrivé près de chez vous » au Louxor, le vendredi 28 juin, dimanche 30 juin, Paris Cinéma battait son plein dans 18 lieux à Paris dont la majestueuse esplanade de la BNF au MK2. Les rayons tellement attendus du soleil avaient détourné certains cinéphiles, mais la fête du cinéma rendait les avants-premières de ce dernier dimanche de juin tout à fait attractives. Parmi elles, l’irrésistible Greta Gerwig (qu’on a vue notamment dans « Damsels in distress« ) interprétait une chaplinienne danseuse folle d’amitié dans le arty et touchant « Frances Ha » de Noah Baumbach. Un film-vitamine en noir et blanc, en salles le 3 juillet.

Frances (Greta Gerwig) vit à New-York avec sa meilleure amie depuis l’université, l’intellectuelle Sophie (Mickey Sumner). On dit d’elles qu’elles sont la même personne sauf les cheveux (Frances est blonde, Sophie Brune) ou encore qu’elles sont comme un vieux couple d’homosexuelles qui ne coucheraient plus ensemble.Le jour où Sophie part vivre dans l’appartement de ses rêve à Tribeca et où Frances n’a pas assez d’argent pour vivre, la vie de cette dernière s’effondre, surtout que son stage dans une compagnie de danse ne semble pas lui ouvrir la porte de la carrière de danseuse… Rêveuse, fidèle, solide, gaffeuse et travailleuse, Frances a aussi des talents de chorgraphes.

Dans un noir et blanc arty de Williamsburg qui rappelle celui de « The Color Wheel » de Alex Ross Perry, « Frances Ha » ne se prend jamais très au sérieux. Avec un mouvement de caméra qui a la précision et la beauté d’un coup de crayon, le film  développe tout en fraicheur une intrigue simple et pleine de moment tendres et beau. La photo porte gaiment son noir et blanc sur le visage de quasi-mime qu’arbore avec grâce et génie Greta Gerwig, une jeune actrice tout à fait géniale et résolument à suivre. Un essai souriant de métissage entre les » Temps modernes » et la série « Girls »… et qui fonctionne.

« Frances Ha » de Noah Baumbach, avec Greta Gerwig, Mickey Sumner, Adam Driver, Michael Zegen, USA, 2013, 1h26, Memento films, Sortie le 3 juillet 2013.

Tout le programme de Paris Cinéma.

® Pine District

[ Interview ] Lazare Herson-Macarel : « Le NTP défend un idéal de solidarité, de partage et de démocratisation culturelle »
La fleur millénaire T2 : rouge comme le sang
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *