Cinema
Cannes 2017 : le Jury de la Compétition

Cannes 2017 : le Jury de la Compétition

25 avril 2017 | PAR Geoffrey Nabavian

La Palme d’or, et les six autres prix qui l’entourent – plus, peut-être, un Prix du 70e Festival ? – seront remis le 28 mai prochain par un jury de neuf membres, révélé aujourd’hui en fin d’après-midi. A la présidence : Pedro Almodóvar. Pour l’entourer : prestige, grands talents, belles carrières… et points de vue forts, a priori.

cannes-2017-annonce-juryL’ouverture du Festival de Cannes approche, et les informations tombent. En attendant de savoir qui composera le jury chargé de décerner la Caméra d’or, sous la présidence de Sandrine Kiberlain, on a pu avoir connaissance, aujourd’hui, du jury de la Compétition 2017. Chargé de départager dix-huit longs-métrages – plus un, peut-être – dont les titres et les auteurs furent révélés le 13 mai. Et sont à retrouver ici

L’info avait filtré : Jessica Chastain sera là, en cette édition 2017, pour juger les films. Elle est une star, qui compte beaucoup actuellement, et dont la présence sensible s’est illustrée dans une suite de films très, très marquants, et très, très bien choisis.  Take shelter, The tree of life, The disappearance of Eleanor Rigby – qu’on avait jugé un peu trop durement – Mademoiselle Julie, Interstellar, A most violent year, Crimson Peak, Seul sur mars… Du goût, du vrai, du bon. Park Chan-wook, et Paolo Sorrentino, à ses côtés, feront sans doute valoir leurs critères à eux, en termes de cinéphilie : ils sont deux réalisateurs qu’on peut dire grands. Le culte Old boy – Grand Prix à Cannes 2004 – et le magnifique La Grande Bellezza – Oscar du Meilleur film étranger en 2014, après des échecs à Cannes et aux Césars – comptent parmi leurs faits d’arme… On attend leurs points de vue.

Et on se surprend à être excité par la présence de Will Smith au sein de ce jury. Un petit peu en perte de vitesse, depuis quelques années, il n’en a pas moins mené, auparavant, une carrière intelligente, jalonnée de succès : Je suis une légende, À la recherche du bonheur, Ali… Qu’apportera sa présence ? Exigence ? Charme ? Surprise ? Légèreté ? Difficile à prévoir… Deux points de vue féminins, et doucement ironiques, peut-être, siégeront aussi dans cet ensemble : celui des réalisatrices très remarquées Maren Ade (Everyone else, Toni Erdmann) et Agnès Jaoui Le Goût des autres, et ses quatre Césars en 2001; Comme une image, Prix du scénario à Cannes 2004 ; Parlez-moi de la pluie ; Au bout du conte – par ailleurs comédienne également. On espère apercevoir un peu de leur dinguerie discrète dans les choix finaux.

Et si la star asiatique Fan Bingbing, d’origine chinoise, reste assez peu connue en France – elle a pu devenir célèbre grâce aux séries My Fair Princess, ou The Empress of China – on ne peut qu’apprécier le choix de Gabriel Yared pour occuper l’un des sièges, aussi. Le compositeur des bandes originales de 37°2 le matinCamille Claudel, L’Amant ou Le Patient anglais – qui lui valurent respectivement un César et un Oscar – en passant par La Vie des autres, sera là avec sa discipline de prédilection, pas toujours présente au sein des jurys de Cannes. Comme d’autres domaines… On le répète : on voudra voir s’exprimer des points de vue. Ouverts aux autres, certes, mais forts, tranchés, stimulants aussi !

*

Crédit Photo : © Louis Fauquembergue / FDC

Les Disques classiques et lyriques d’avril 2017 : Musique & Histoire
Art / Afrique à la Fondation Louis Vuitton
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *