Cinema

Cannes 2019, Compétition : « Douleur et gloire », bien scénarisé, lourdement réalisé

Cannes 2019, Compétition : « Douleur et gloire », bien scénarisé, lourdement réalisé

21 mai 2019 | PAR Geoffrey Nabavian

Ce devait être un grand rendez-vous : un film-bilan dans lequel Pedro Almodovar dirigerait son acteur fétiche Antonio Banderas, dans le rôle d’un réalisateur vieillissant. Mais si le scénario de Douleur et gloire intéresse, l’œuvre reste encombrée par trop de narcissisme…

Salvador Mallo est un réalisateur, à présent vieillissant, célibataire et en proie à des problèmes de dos et de moral. Cachets, attente d’on ne sait quoi, opération à subir bientôt peut-être : ses journées sont mornes. Mais parfois, il s’assied et couche sur l’écran de son ordinateur des textes qui parlent de lui… Cet autoportrait de Pedro Almodovar en artiste âgé, hésitant et fatigué par ses propres doutes est à peine déguisé. A tel point que, dès le début, un passage animé avec voix off donne à découvrir, en détails, tous les éléments qui constituent l’état de pensée du personnage principal, et tous les détails de la formation à l’existence qui l’a amené au cinéma. On se questionne : derrière cette voix récitante, est-ce le véritable Almodovar qui livre tout cela, et parle-t-il vraiment de lui-même ?

Fantômes du passé bien écrits, mais…

Plusieurs personnages refont surface, tour à tour, dans la vie de ce cinéaste. Et l’amènent progressivement à rouvrir son être au monde, un peu… Alberto l’acteur je-m’en-foutiste (Asier Etxeandia, très charismatique) lui fait découvrir une drogue et découvre aussi l’un de ses textes qu’il décide d’interpréter seul dans un théâtre afin de se stimuler lui-même. Federico l’ancien compagnon (magnifique Leonardo Sbaraglia), passe comme un météore le temps d’une heure un soir : le passé des deux hommes, qui s’aimèrent très fort et furent déchirés par la drogue remonte, le temps d’une bien belle scène où les deux personnages se sourient, bien que leurs expressions laissent aussi deviner de grandes fêlures anciennes…

Et Jacinta la mère de Salvador (Penélope Cruz, à vif et courageuse, splendide) revient visiter ses souvenirs : les choses qu’elle sut lui transmettre, mais aussi leur vie familiale difficile, y compris durant les années de vieillesse, sont au cœur de flash-backs. Refait surface également Albanil (César Vicente, à la fois très sensuel et très juste), jeune maçon illettré à qui Salvador enfant apprit à lire, et devant lequel il eut son premier émoi sexuel.

Scènes prenantes, pour certaines, et acteurs tous splendides : ce nouveau film de Pedro Almodovar devrait d’emblée s’imposer comme une réussite totale. Mais sa réalisation brillante, ses acteurs au sommet et son scénario bien écrit, émaillé de scènes-clés profondes, peuvent apparaître parasités par des complaisances et des ennuis de rythme. Certains passages s’attardent trop sur les problèmes de santé de Salvador, et sur son rapport à la drogue, censée l’aider : un certain narcissisme émerge, dans ces instants. En d’autres endroits, c’est la solennité qui guette, et rend le climat pesant.

Des instants fulgurants, et un peu légers

Réalisé d’une manière peu frénétique, à coups de scènes belles mais parfois trop étirées, Douleur et gloire peut ainsi sembler, parfois, noyer son sujet sous trop d’étalage de problèmes, ce qui amène à le prendre avec des réserves, et à s’y ennuyer un peu parfois. On eût aimé quelques autres scènes comme celle, formidable, où Salvador et Alberto, venus voir un film du premier, parlent au public d’une Cinémathèque à travers un portable après une prise de drogue : ici, l’humour grinçant à la Pedro Almodovar visite le film et lui amène de l’air, en n’oubliant pas de laisser les relations entre les personnages se développer et faire leur office (Salvador et Alberto se fâchent, à l’issue de cette masterclass par portable interposé).

Lors de tels moments, Antonio Banderas, acteur-double du réalisateur depuis des années – depuis Labyrinthe des passions (1982) – apparaît au meilleur, à la fois beau, engagé, et rigolard. Capable de s’amuser dans son rôle et d’être émouvant en même temps. On n’oubliera pas de féliciter également le jeune Asier Flores, qui incarne le personnage enfant avec un brio à saluer.

Dans les salles françaises depuis le 17 mai, Douleur et gloire est présenté en Compétition à Cannes 2019.

Geoffrey Nabavian

Retrouvez tous les films des différentes sections cannoises dans notre dossier Cannes 2019

Visuels : © STUDIOCANAL / El Deseo 2019

Revolution in the Head : En studio avec les Beatles, comme si vous y étiez !
«Hocus Pocus », les apparitions magiques de Philippe Saire aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *