Actu
Les prix du syndicat de la critique récompensent Stanislas Nordey et Hofesh Schechter

Les prix du syndicat de la critique récompensent Stanislas Nordey et Hofesh Schechter

23 juin 2015 | PAR Milena Landre

La remise des prix du Syndicat de la critique a eu lieu ce lundi 22 juin à la Philharmonie de Paris sous la présidence de Jacques Nerson, critique au Nouvel Observateur et au Masque de la Plume. Les Grands Prix de la critique récompensent chaque année les spectacles et les personnalités artistiques issues du théâtre, de la musique et de la danse qui ont marqué la saison. Toute la Culture vous propose de découvrir le palmarès 2015. 

Théâtre :

L’évènement important de cette remise de prix a été la remise du Grand Prix (meilleur spectacle théâtral de l’année) au jeune Thomas Jolly pour son adaptation de Henri VI de Shakespeare, déjà recompensée d’un Molière. Un spectacle né il y a quatre ans avec une consécration l’été dernier à Avignon. Le spectacle a été récompensé une deuxième fois avec le Prix Jean-Jacques Lerrant (révélation théâtrale de l’année) pour Manon Thorel qui incarne « La Rhapsode » dans cette adaptation d’Henri VI. Le prix de la meilleure création d’une pièce en langue française a été décerné à Vanishing Point de Marc Lainé. Autre récompense pour cette pièce : le prix de meilleur compositeur de musique de scène pour le groupe franco-américian Moriarty. Emmanuelle Devos et Micha Lescot se sont vus remettre les prix des meilleur comédien et meilleure comédienne. Le théâtre russe entre également dans le palmarès avec le prix du meilleur spectacle étranger pour La Cerisaie de Tchekhov, mis en scène par Lev Dodine, directeur actuel du Maly Drama Théâtre à Saint-Pétersbourg. Le syndicat de la critique a également sacré le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey pour sa mise en scène de Affabulazione, pièce forteresse du grand Pier Paolo Pasolini.

Musique :

Si le Syndicat de la critique met à l’honneur le théâtre, les musiciens et créateurs musicaux sont également récompensés. Le Grand Prix musique, qui récompense le meilleur spectacle lyrique de l’année a été remis à l’opéra de Jean-Philippe Rameau, Dardanus avec l’Ensemble Pygmalion. Les caprices de Marianne, opéra-comique d’Henri Sauguet a reçu le prix Claude Rostand pour le meilleur spectacle lyrique créé en province avec à la direction musicale Claude Schnitzler et Gwennolé Rufet. Laurent Bayle, directeur général de la Cité de la Musique et Président de la Philarmonie de Paris a reçu le prix de la personnalité musicale de l’année. Côté révélations musicales de cette saison, les prix ont été decernés au Quatuor Hermès et au ténor Stanislas de Barbeyrac.

Danse :

Le verdict est également tombé pour les critiques de danse : le Grand Prix pour Disappearing Act du chorégraphe israélien Hofesh Schechter, prix de la meilleure interprète pour Aurélie Dupont avec ses adieux à l’Opéra de Paris dans L’Histoire de Manon. Le prix du meilleur film sur la danse a été remis à Marlène Ionesco pour son film sur Uliana Lopatkina, danseuse étoile russe. Le palmarès s’est achevé avec le prix du meilleur livre sur la danse, decerné à Nadège Maruta pour L’incroyable histoire du cancan.

Découvrez le palmarès complet ici.

Visuel : Philarmonie de Paris, lieu de la remise des prix. (CC)

Céleste Boursier-Mougenot & Tianzhuo Chen maîtres du « Bel aujourd’hui » au Palais de Tokyo
La « Pride de Nuit » s’installe à Paris
Milena Landre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *