Théâtre

« Henry VI » : une grande pièce, servie par une mise en scène prenante

« Henry VI » : une grande pièce, servie par une mise en scène prenante

16 mai 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

L’entreprise fleuve est enfin là, réalisée. Onze heures et demie de spectacle (sans compter les entractes). Risquez-vous-y : la mise en scène de Thomas Jolly sait rendre prenante, tout du long, cette grande peinture d’un XVème siècle sanglant.

Le défi était de taille. On doit le prendre en compte. Force nous est de reconnaître, au final, que ces onze heures et demie de représentation sont vibrantes. Qu’on s’attache au destin de ce monarque anglais, et à ses luttes permanentes pour arriver à être roi, dans un XVème siècle tumultueux. La guerre contre les français : Orléans, le dauphin Charles VII, et Jeanne d’Arc ; l’abandon par l’Angleterre de possessions importantes à la France ; la guerre intestine au cœur de la cour, qui verra émerger l’ennemi Richard Plantagenêt ; et la sanglante Guerre des Deux-Roses. Autant de situations décrites avec lyrisme et humanité par William Shakespeare. Au fil de scènes dans lesquelles la durée reste essentielle, tant elle donne à sentir l’éternel travail de conquête du trône de nos personnages.

Une pièce grande et belle, donc. Et une mise en scène de Thomas Jolly dont la plus belle qualité reste sans aucun doute son rythme. On ne cesse pas, au fil des huit parties, d’être pris par ces luttes. Chaque protagoniste marque. La durée a son importance : le passage où Jack Cade (Nathan Bernat) tente de soulever le peuple atteint à la puissance et au lyrisme du fait de sa longueur. Et au bout d’un moment, on est tenté de faire résonner la pièce avec des situations politiques actuelles. La musique enregistrée, elle, fait pendant au décor épuré, où le peu d’éléments suffit à suggérer admirablement.

Parfois, le jeu en force dure trop, chez certains interprètes. Et les gestes brusques et les coups donnés finissent par déranger. Mais la troupe a de la ressource, et participe de l’excellent rythme. Ainsi, Flora Diguet, déchaînée dans le rôle de Jeanne d’Arc, sait instantanément passer de l’entrain à l’émotion, lorsqu’elle demande au duc de Bourgogne (Johann Abiola) de contempler l’état de son pays, qu’il est en train de trahir.

Au premier rang de nos comédiens, Eric Challier s’impose, en Richard Plantagenet à l’humanité touchante, que l’on voit évoluer au fil des parties. Jean-Marc Talbot, dans le rôle de Lord John… Talbot, impressionne aussi. Notamment lors de son dialogue avant la mort avec son fils (joué par… Thomas Jolly lui-même). Dans le rôle d’Henry VI, Thomas Germaine, lyrique à souhait, empoigne sa partition avec une ardeur communicative. A leur suite, on traverse l’histoire. Et on est bien content de voir, à l’issue des dix premières heures, une salle pleine et des spectateurs qui tapent du pied, impatients de connaître la fin. Vous aussi, « faites »-le.

*

Henry VI, de William Shakespeare. Mise en scène de Thomas Jolly. Avec Johann Abiola, Damien Avice, Bruno Bayeux, Nathan Bernat, Geoffrey Carey, Gilles Chabrier, Eric Challier, Alexandre Dain, Flora Diguet, Anne Dupuis, Antonin Durand, Emeline Frémont, Damien Gabriac, Thomas Germaine, Thomas Jolly, Nicolas Jullien, Pier Lamandé, Martin Legros, Charline Porrone, Jean-Marc Talbot, Manon Thorel. Assistant à la mise en scène : Alexandre Dain. Traduction : Line Cottegnies. Durée du spectacle, entractes non compris : 11h30. Temps de présence total nécessaire : 17h. Jusqu’au 17 mai au Théâtre de l’Odéon, Ateliers Berthier, uniquement les week-ends (horaires : samedi, de 14h à 22h30 + dimanche, de 14h à 22h30).

Visuels : © la Piccola Familia

[Quinzaine Des Réalisateurs] « El Abrazo de la serpiente » : belle expédition onirique dans la jungle amazonienne
[Semaine de la Critique] « Les Anarchistes », un film d’ouverture plein de désirs mais un peu inabouti
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *