Cinema
Cannes 2022, Compétition : Les Amandiers, belle chronique respirante d’années de théâtre

Cannes 2022, Compétition : Les Amandiers, belle chronique respirante d’années de théâtre

26 mai 2022 | PAR Geoffrey Nabavian

Dans ce film qu’elle réalise, au sein duquel elle raconte ses années de formation en tant que jeune comédienne comme élève dans l’école du Théâtre des Amandiers, à Nanterre, Valeria Bruni Tedeschi trouve un rythme et un souffle parfaits, lui permettant de traverser plusieurs thèmes avec agilité.

A la fin des années 80, l’école du Théâtre des Amandiers, à Nanterre, fait rêver de nombreux jeunes aspirants comédiennes et comédiens. C’est un groupe de jeunes admis que s’échine à suivre ce film, élèves aux très forts tempéraments mis en scène par Patrice Chéreau (ici joué par Louis Garrel, pas ressemblant physiquement mais bon acteur donc très engagé dans son rôle) et Pierre Romans (magnifique Micha Lescot, à la voix toute douce et aux tremblements géniaux). Au sein de ce groupe, le personnage central sera donc Stella (Nadia Tereszkiewicz), avide d’aventure, et entourée notamment d’Etienne, très en perdition (joué par Sofiane Bennacer, éblouissant dans un rôle difficile), Franck, en apparence plein de fougue mais vivant peut-être trop dangereusement (Noham Edje, charismatique)…

Dans ce film, Valeria Bruni Tedeschi trouve un vrai souffle, une vraie respiration pour évoquer la jeunesse et son élan. On aime pour commencer que la photographie du film, signée par Julien Poupard, soit granuleuse et un peu grise : les images apparaissent par là-même réalistes, et un sentiment de proximité se crée vite, donc. D’autre part, la multiplicité des personnages se trouve particulièrement bien exploitée : ils sont, surtout, mis au centre de scènes très bien écrites. Toutes pas trop longues, elles apparaissent toutes sous-tendues par un enjeu clair, et tenu, à chaque fois. Ce qui fait que les protagonistes et leurs interprètes ont toute la place pour y faire surgir leur profondeur et leur vérité. Une foule de thèmes peut dès lors être traversée, de la direction des jeunes actrices et acteurs – peinte en des scènes intéressantes, pas clichées, où l’essence de la démarche de Chéreau et Romans est bien rendue – à la drogue, du sida et de sa peur aux rêves artistiques et amoureux.

Qu’importe dès lors si des défauts s’invitent : une scène dans un confessionnal un peu ridicule car trop longue, une insistance sur les cours à New York au début (la méthode de l’Actor’s Studio ayant fait l’objet de nombreuses critiques artistiques, depuis plusieurs décennies… ces rêves étaient-ils ceux des jeunes dans les années 80 ?)… Le film respire, et fait respirer tous ses protagonistes. Il apparaît donc très entraînant au final.

Les Amandiers sortira dans les salles de cinéma françaises le 9 novembre.  

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2022

*

Visuel : © 2022 – Ad Vitam Production – Agat Films et Cie – Bibi Film TV – Arte France Cinéma

L’agenda classique et lyrique de la semaine du 23 mai
Cannes 2022, Compétition : Les Nuits de Mashhad, thriller entre classicisme et touches marquantes
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture