Mode

Les tendances que l’on va s’arracher après la levée du confinement

Les tendances que l’on va s’arracher après la levée du confinement

28 mars 2020 | PAR Cloe Assire

L’industrie de la mode s’apprête donc à prendre un tournant historique d’autant que la Fédération de la Haute Couture et de la Mode a annoncé, pas plus tard qu’hier, l’annulation de la Fashion Week Homme et de la Fashion Week Haute Couture qui devaient se tenir du 23 au 28 juin puis du 5 au 9 juillet. L’Italie a également fait part de l’annulation de sa semaine de la mode masculine, laissant supposer que des réflexions sur la création de nouveaux formats vont être mis en place. 

En attendant, la mode doit continuer à vivre alors intéressons-nous aux tendances prévisibles pour l’hiver prochain suite aux défilés vus au cours de la Fashion Week parisienne peu de temps avant la propagation du coronavirus dans le pays. Marre des sacs miniatures où l’on ne peut rien mettre à part un rouge à lèvres ? Dans ce cas, vous voilà ravies d’apprendre que les fourre-tout de grande taille signent leur imposant retour. Victoria/Tomas en propose un rectangulaire, très structuré, tandis que celui vu chez Joseph affiche une attitude plus souple et décontractée. Si vous êtes adeptes de pratiques sportives, mieux vaut vous tourner vers les sacs unisexes à bandoulière d’Heliot Emil. L’autre accessoire visible sur beaucoup de podiums, c’est la mono boucle d’oreille. Imposante, brillante, élégante : peu importe le style ou les matériaux utilisés, le but est qu’elle se fasse remarquer sans pour autant en faire trop. Coup de cœur pour celle présentée sur chacun des looks de Kevin Germanier.

Du côté des vêtements, retenons l’importance des franges apportant raffinement et mouvement quel que soit votre look. Les tissus noirs matelassés, évoquant ceux des doudounes, ont également remporté un vif succès auprès des créateurs pour l’hiver prochain tout comme les corsets et la maille. Notons également le nombre conséquent de créateurs ayant sublimé leurs habits à coup de métal, de chaînettes, d’incrustations de strass ou de bijoux en tout genre. Le résultat ? Une allure rutilante pour une féminité exacerbée. La gamme colorée quant à elle s’est souvent vu associée à de graphiques juxtapositions de noir et blanc, de doré, mais aussi de bleu, qu’il soit électrique ou pastel.

Plus globalement, s’il y a trois mots à retenir de cette semaine de la mode parisienne c’est sans aucun doute androgyne, écoresponsable mais surtout intemporel. Une notion ô combien comprise par Geoffrey B. Small ou encore Rahul Mishra. Mais la leçon que nous retenons tous, c’est à quel point Marine Serre voit juste depuis de nombreuses saisons, ses masques luttant contre les agressions extérieures n’ayant jamais été autant d’actualité qu’en ce moment alors que le coronavirus fait rage. Une chose est sûre, la période que nous vivons inspirera sans aucun doute les designers : il nous tarde de voir leurs propositions entre optimisme ou sonnette d’alarme…

Visuel : IC Insight Communication pour Rahul Mishra

Coronavirus : le point sur les festivals reportés
Cinquantenaire de la mort du poète israélien Nathan Alterman
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *