Mode
Joseph : des vêtements rassurants en dehors du temps

Joseph : des vêtements rassurants en dehors du temps

11 mars 2020 | PAR Cloe Assire

Le 25 février, la marque britannique Joseph présentait sa collection automne-hiver 2020-2021 au sein du Bastille Design Center, un ancien magasin de quincaillerie construit au milieu du XIXème siècle dans le 11ème arrondissement de Paris. Susana Clayton, directrice artistique de la maison depuis 2018, y propose une ligne de vêtements intemporels, empreints de cocooning, et particulièrement luxueux. 

Le lieu choisi pour cette présentation ne peut qu’éblouir, véritable écrin au sol pavé de bois nous invitant à un délicieux voyage dans le passé. Il est pourtant bel et bien question de mode contemporaine pour la marque Joseph – fondée en 1985 par Joseph Ettedgui – visionnaire axant son univers sur la création d’essentiels. La maison a en effet toujours eu pour but de proposer une garde-robe complète et moderne aux femmes tout en s’engageant pour un savoir-faire d’exception. Dans cette lignée, Susana Clayton propose pour cette saison une ligne de vêtements simples et raffinés aux généreux volumes, poursuivant ainsi la volonté du fondateur. 

C’est d’ailleurs l’emblématique costume à rayures de ce dernier qui initia l’inspiration de l’actuelle directrice artistique pour cette collection puisant directement  dans les coloris et textures de la garde-robe masculine. Ainsi, les tons neutres – noir, gris et camel – se voient prolongés dans un univers plus féminin au travers d’un camaïeu d’ocres, de terre de Sienne, de pêche ou encore de beige. Cette palette restreinte est explorée  dans ce que Clayton appelle « une richesse de textures de laine » : tweed bouclé, mohair, laine bouillie, satin de laine, cachemire double face, ou encore mérinos extra fin. Parmi les autres textures, on trouve le cuir nappa dans les robes à ceinture, les tops coquillages, les bermudas et les pantalons. Les vêtements d’extérieur saisonniers sont volumineux et protecteurs, en cuir rembourré et en cachemire compact. 

La qualité des tissus choisis n’est d’ailleurs pas à négliger, d’autant que Susana Clayton fait le choix de les accumuler par  le biais de nombreuses superpositions. Le corps est emmitouflé, protégé, à tel point que la peau des mannequins est rarement visible : cela ne fait aucun doute, il s’agit bien d’une ligne de vêtements destinés à la saison hivernale. Tout est volontairement rallongé, amplifié, à l’image de ces châles démesurés ou de ces pantalons traînant au sol, comme directement sortis de l’armoire d’un petit-ami. Les silhouettes, créées par la superposition elle-même, sont empreintes d’un esprit cocooning mais destiné à des femmes chics et élégantes.

Les lignes masculines des pantalons à coupe large, des blazers aux épaules carrées et des chemises boutonnées rivalisent quant à elles avec la féminité des robes en soie et des manteaux ceinturés, des longues jupes plissées et des chemisiers à col noué.  Les chaussures poursuivent elles aussi ce contraste entre le masculin et le féminin : la botte Chelsea longue et courte à semelle épaisse, la botte aux genoux, le mocassin cubain à boucle et la pompe pointue. En somme, une collection au summum du minimalisme en apparence où les détails dissimulent une sophistication importante pour l’obtention de coupes aussi élégantes.

Le confort des pièces est visible au premier coup d’œil, donnant l’impression que les mannequins ont pris leur luxueux plaid au coin du feu pour s’en parer avant de sortir. Une relation intime semble même se nouer entre le vêtement et celle qui la porte, en le métamorphosant en un refuge rassurant, comme la continuité directe d’un chez-soi où l’on a envie d’être. Parallèlement à cela, les sacs sont démesurément grands ou, à l’inverse, réduits à de petites pochettes portables autour du cou comme les pendentifs d’un sautoir. Leurs tailles semblent déterminées par la dimension et la quantité d’objets dont vous avez besoin hors de ce lieu que vous ne voulez quitter sous aucun prétexte. Dans le contexte actuel, on peut se demander si Susana Clayton ne fait pas allusion à la menace de confinement planant sur nos vies. Comme quoi des pièces se voulant intemporelles peuvent avoir un écho différent selon le moment…

Susana Clayton signe donc pour Joseph une collection de vêtements intemporels pour une période donnée – l’automne-hiver – en consolidant l’esprit de la marque par le biais d’une confection rigoureuse, d’une variété de textures  et d’une palette neutre sophistiquée. Elle réussit ici à trouver un équilibre intéressant entre tendance et garde-robe intemporelle, le tout en accord avec les codes d’élégance et le savoir-faire empreint de passé propres à l’histoire de Joseph. 

Visuels : service de presse de Joseph

L’agenda du cinéma de la semaine du 11 mars.
« Les Sorcières de Salem » au Théâtre de la Ville : Emmanuel Demarcy-Mota nous offre une vision onirique de la pièce d’Arthur Miller
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *