Musique
Playlist de la semaine (95)

Playlist de la semaine (95)

13 décembre 2014 | PAR Bastien Stisi

Le nouvel EP merveilleux du Londonien William Arcane, les arabesques toujours subversivement pop de Panda Bear, le retour tout en couleurs de Dan Deacon…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. William Arcane, « Sunfades »

Au sommet du très exigeant label londonien Pictures Music (Koreless, Lapalux, Chairman Kato…) trône William Arcane. Élément encore méconnu au sein d’une scène post-dubstep locale fleurissante (en tête de peloton : James Blake, SBRTKT, Deptdord Goth), le Londonien, que l’on avait vu au Café de la Danse cette année en première partie d’un autre faiseur de miracles (le bouleversant Son Lux) en est pourtant déjà, après Permanence et Reflected, à son troisième EP, un nouvel épisode discographique (Reckless) absolument essentiel. Il y a là une escapade synthético sensible conquérante, qui serre le cœur tout autant que la gorge, le ventre tout autant que l’esprit, et qui culmine, avec son chef-d’oeuvre « Sunfades », à des hauteurs d’émotivités indicibles. C’est peu dire que l’on attend l’album complet du jeune britannique (espérons pour l’année 2015) avec impatience.

2. Panda Bear, « Mr Noah »

Pand Bear, le leader d’Animal Collective (ici tout seul), livre le clip de « Mr Noah », au sein duquel la caméra, vivace et sans doute ivre, vrille autant que la pop psyché détraquée du morceau originel (ce n’est pas peu dire). La nausée pour tout le monde, et le bonheur pour les fans de cet animal en absolue voie de disparition (les véritables audaces sont rares dès lors que l’on parle de pop), puisque trois autres morceaux accompagnent la frénésie de ce « Mr Noah » (« Faces The Crowd », « Untying The Knot », « This Side Of Paradise »), qui confirme, bien sûr, la singularité absolue de ce maître de l’étrange et de la pop destinée à ne pas être véritablement écoutée (on sait que tous ceux l’ayant fait de manière un peu trop acharnée ont depuis été incarnés dans des espaces spatio-temporels largement détachés des réalités).

3. Thylacine, « Mountains »

Parce qu’il fallait bien célébrer le live (grandiose) qu’il devait livrer à Rennes, à l’occasion de l’édition 2014 des Transmusicales, Thylacine a livré la semaine dernière le très bon « Mountains », issu de son prochain EP Exil (sortie le 26 janvier), un morceau qui est peut-être le plus abouti de la toute jeune discographie d’un artiste dont on avait déjà pu découvrir la tendance à mêler l’électro de tribu, le jazz de cave, l’electronica de carnet de voyage. Et comme le jeune artiste reste encore un Angevin pas encore récupéré par le parisianisme acharné (en général, le tournant vient rapidement) c’est au Chabada d’Angers qu’il effectuera la realease party de ce nouveau disque, le 30 janvier prochain.

4. Cristobal and the Sea, « Disquiet »

On évoquait déjà il y a quelques semaines le très excitant « My Love (Ay Ay Ay) », premier single clipé de Cristobal and the Sea, ce groupe multinational mais basé à Londres hébergé chez City Slang, dont le premier EP, encore confidentiel, nous projetait déjà dans un futur plus ou moins proche, celui où l’univers entier sera pendu aux lèvres de ces gamins énergiques constructeurs de ponts entre la bossa de club, la pop de plage (peu fréquentée) et le psychédélisme de jungle. Dans le clip de « Disquiet », c’est une partouze sans sexe (quand on était petit, on appelait ça un « Twister ») au sein d’un pèlerinage biblique qui nous est proposée, une mise en scène drôle et cinématographiée qui met cette fois-ci en avant le versant surf-music d’un combo décidément plein de (très) bonnes idées (et comme les Beach Boys avant eux, de « Good Vibrations »). Hédonisme franchement gentil pour pop franchement passionnante.

5. Is Tropical, « Crawl »

Is Tropical se fait citoyen du Monde. Enregistré aux cinq coins de la planète (en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe, en Afrique, en Asie), leur troisième LP Black Anything sera divisé en cinq vinyles, dont chacun portera en lui l’esthétisme du continent sur lequel il aura été réalisé. La première étape est ainsi new yorkaise, et pioche dans les tropiques cold wave et pop noire afin de constituer « Crawl », dont on peut déjà découvrir le clip ethno disco par ici. Around the world, around the world, around the world, around the world, around the world.

6. Pond, « Elvis’ Flaming Star »

Sans Kevin Parker, les membres de Tame Impala se portent tout de même très bien. Ensemble, et parce que lorsque le chat n’est pas là, les souris continuent parfois à danser, ils ont formé le projet Pond (le nom est moins sexy que leur musique), ont sorti l’an dernier un album vivifiant et largement psychédélique (le curieusement nommé Hobo Rocket), et s’apprêtent à en faire de même cette année avec Man It Feels Like Space Again, prévu pour le 26 janvier 2015. Ce qui suit est le premier extrait de cet album, « Elvis’ Flaming Star », et laisse émerger une pop bipolaire, parfois proche d’un rock and roll 60’s, d’un garage mélodique, d’une mascarade structurée relativement semblable à ce qu’ils savent produire au sein du projet père Tame Impala. Les chiens ne font pas des chats. Ceux-là font en revanche de très bons albums.

7. Dan Deacon, « Feel The Lightning »

Au pays de l’électro pop surréaliste, joviale et quand même intelligente l’étasunien Dan Deacon occupe une position quasi régalienne. C’est son nouvel album Gliss Riffer que l’on annonce aujourd’hui pour le 23 février, et que l’on nous décrit déjà comme un disque à forte consonance électronique (version pop bien barrée) semblable à ce que l’on trouvait en 2007 sur son album Spiderman Of The Rings (culte pour les mélomanes). Dans le clip de son premier extrait « Feel The Lightning », sorte de Meuble Story pour public Haribo / averti dans lequel CHVRCHES ne serait pas dépaysé, les éléments ménagers se rebellent, se découvrent des pieds et des corps d’êtres humains, baisent gentiment dans un salon semblable à un huis clos façon Jeff Koons. Avec sa voix toujours plus trafiquée (le son féminin que l’on entend sur le morceau est bien le sien…) et ses machines magiques, on le retrouvera au Divan du Monde le 18 février.

Les morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de Reflekted de William Arcane

[Critique] »Amours cannibales », beau film d’amours mortes
[Live report ] le Rinken Band revisite la musique traditionnelle d’Okinawa à la MCJP
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *