Musique

Playlist de la semaine (66)

Playlist de la semaine (66)

10 mai 2014 | PAR Bastien Stisi

L’arrivage, enfin, du nouvel album discoïde de Chromeo, un clip pastel et infantile pour Metronomy, et le retour dandy et électro pop des Frenchy de Nameless…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Chromeo, « Sexy Socialiste »

Quatre ans après Business Casual, le duo new-yorkais / montréalais Chromeo revient célébrer l’âge d’or de l’électro funk scintillante avec la parution le 12 mai de White Women, un album sur lequel on retrouve les pépites groovy et discoïdes éparpillées depuis quelques mois (« Sexy Socialiste », « Over You Shoulders », « Come Alive », en collaboration avec le très hype Toro y Moi) ainsi qu’une panoplie de tubes en puissance, héroïques et sexuels, qui raviront les amateurs de revival synthpop clairement étiqueté eighty. Des synthés, des boules à facettes dans les cieux, et un album déjà en écoute sur Deezer, par ici.

2. Metronomy, « Reservoir »

Après Michel Gondry, qui s’était collé à la réalisation du clip de « Love Letters » il y a quelques semaines, c’est au tour de Daniel Brereton (réalisateur pour Connan Mockasin, pour Django Django, pour Daniel Avery…) de venir illustrer le dernier album de la bande britannique de Joseph Mount, lui qui se charge d’ajuster une touche pastelle et joliment infantile aux contours du mélancolique et ensoleillé « Reservoir ». Une belle et complexe légèreté dans le son tout autant que dans les images.

3. Nameless, « 7 Days In The Sun »

Continuateurs d’une électro pop dandy façon Phoenix (et dont le chanteur aurait soudainement mué de manière conséquente…), les Français de Nameless poursuivent également leur propre discographie avec la sortie de Portrait, un EP marqué par l’efficacité rock et mélodique de « 7 Days In The Sun », tube de grands espaces, de petits bonheurs et de coups de soleil bienheureux dans la nuque.

4. Oiseaux-Tempête, « Buy Gold (Beat Song) »

Magnifique maelstrom de post-rock allongé alternant les phases psychés et les phases ravagées, « Buy Gold (Beat Song) » est extrait de Re-Works, une version remixée du premier album des Parisiens d’Oiseaux-Tempête, de nouveau sorti par le tandem Sub Rosa / Balades Sonores. Sur les immenses champs de ruines : la renaissance par le fait des guitares accentuées, des percussions diverses, et d’un saxophone enflammé.

5. Franklin, « Cold Dreamer »

Éthérée, langoureuse, synthétique et hypnotique, l’électro pop de Franklin (l’association de Frank Rabeyrolles et du producteur Lockhart) convoque, le ciel, le sol, et l’osmose idéale des éléments contraires. Cold Dreamer, le premier album du duo à paraître le 19 mai, dresse les poils sur les bras, puis les rabats de manière immédiate : c’est que l’angoisse peut aussi se combattre en occupant de plein gré les dancefloors les plus encombrés…

https://soundcloud.com/plugresearch-music/12-franklin-cold-dreamer-1

6. Aucan, « Riot »

Entre Mondkopf, Bot’Ox, les Crookers et les Bloody Beetroots (avec qui ils partagent un passeport italien et un hébergement chez le label Ultra Music), le duo transalpin Aucan (Jo Ferliga et Francesco D’Abbracio) engage la voix d’une électro punk dantesque et mal lunée, et abandonne pour de bon les sentiers maths rock qu’ils avaient engendrés jadis. EP1 et son virulent « Riot » viennent de paraître, il fait noir, il demeure des cendres, le monde est tombé.

7. Illangelo, « Clockwork »

Après s’être intéressé il y a quelques semaines au fondement de l’humanité en revisitant avec son timbre complexe et déstructuré la Genèse biblique (History Of Man), le Canadien Illangelo, jadis surtout connu pour son travail de producteur aux côtés de The Weeknd, signe la 16e sortie du label Bromance (celui de Brodinski) en faisant paraître « Clockwork », effluve musical d’un Monde où la jeunesse serait sous l’emprise d’un programme informatique réduisant peu à peu l’univers en cendres…Une critique acidulée et dystopique du XXIe siècle, par le biais d’une électro devenue une brin pop avec l’intervention sur le morceau de Phlo Finister et sa voix d’archange  torturé.

https://soundcloud.com/bromancerecords/bromance-16-illangelo-clockwork-feat-phlo-finister-1

La plupart des morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de White Women de Chromeo

L’Urban Films Festival à l’Etoile Lilas et au Centquatre
« Ainsi soit Olympe de Gouges » de Benoîte Groult: pour les femmes d’aujourd’hui et de demain
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *