Musique
Playlist de la semaine (62)

Playlist de la semaine (62)

12 avril 2014 | PAR Bastien Stisi

La nouvelle merveille du tandem Cats On Trees, le clip déluré des Bordelais de Pendentif, et le retour très attendu des Américains de The Brian Jonestown Massacre….la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Cats On Trees, « Jimmy »

Après le merveilleux frisson engendré par la pop folk symphonique de leur immense tube « Sirens Call », c’est d’abord par les images du clip de « Jimmy » que les deux Toulousains de Cats On Trees évoqueront aux âmes les plus sensibles les sensations du voyage réparateur. Sur ce deuxième extrait de leur album éponyme, c’est en effet du côté de l’Afrique du Sud que Nina Goern (chant et piano) et Yohan Hennequin (batterie) ont décidé de trimballer les caméras, et de réaliser un extrait clipé empli d’une poésie bucolique et toujours aussi joliment mélancolique. Loin du pays de Madiba, et aussi de la Ville Rose dont ils sont originaires, les Cats On Trees seront sur le boulevard de Rochechouart et à la Cigale le 6 mai prochain.

2. Pendentif, « La Nuit Dernière »

Une virée noctambule empreinte d’une gentille folie, une imagerie aussi superbement désuète que les synthés discoïdes qui accompagnent la voix de Cindy Callède et de Benoît Lambin…les Bordelais de Pendentif, incontestable révélation french pop de l’année écoulée, reviennent perpétuer la délicatesse légère de leur Mafia Douce à travers le clip de « La Nuit Dernière », l’un des plus enivrants morceaux de leur premier album.

3. The Brian Jonestown Massacre, « What You Isnt »

Les Américains de The Brian Jonestown Massacre nous ont délivré il y a quelques semaines « What You Isn’t », premier extrait de Revelation, futur album tant attendu et prévu pour le 19 mai, sur le label d’Anton Newcombe A records. On retrouve l’âme originale de BJM dans ce morceau de folk rock très ancré dans les 60’s, marqué par un psychédélisme toujours très affirmé. Prémices d’un album dessiné dans la lignée du difficilement égalable Take it From The Man ?

https://soundcloud.com/brian-jonestown-massacre/brian-jonestown-massacre-what

4. Le Vasco, « Les Indiens »

À bord de la caravelle qui les conduit irrémédiablement vers des territoires lointains sur lesquels cohabitent dans une harmonie dissonante le punk électronisé, le hip hop insolent, le rock hardcore et la pop camée, le turbulent équipage de Le Vasco, nouvelle trouvaille du label Pop Noire (Lescop, Savages) fait escale dans les réserves désertées des Cheyennes et autres Cherokee, et en ressort les cales pleines d’une pop tribale, apaisée et bouleversée, hébergé sur une mixtape (Passion Things) dont le format pourrait presque faire office de premier LP. Dans la brume scalpée de ces native americans, ce sont de nouvelles perspectives sonores, moins radicales et vénères que dans un passé récent, qui s’ouvrent pour le très alternatif groupe Francilien.

5. Quantic, « Magnetica »

Parti de Colombie et de la ville de Cali, dans laquelle il œuvrait depuis quelques années pour le bien d’une cumbia locale et performante, le producteur britannique Will Holland (aka Quantic) conçoit depuis New York, et avec un timbre soudainement redevenu très moderne, un album d’électro non pas quantique (on se demande bien ce que ça pourrait donner tient de « l’électro quantique »…), mais trempée dans une dose de soul synthétique et sinoque, de reggae ou de folk tout autant inspirée par les paysages de l’Amérique latine que par ceux de l’Afrique subsaharienne. Si les voyages forment la jeunesse, ils auront donc aussi permis à cet apatride exilé par-delà le monde de retrouver, avec Magnetica (sortie pour le mois de mai) la force jouvencelle de ses débuts.

https://soundcloud.com/tru-thoughts/quantic-magnetica

6. Jacob, « Kigali Is Calling »

Accompagné par la chanteuse Joe Bel, par Augustin et Clément de Kid Wise, par Jessy à la batterie, et surtout par une volonté de ne pas oublier l’inoubliable, l’auteur et compositeur Jacob rend hommage à sa manière à la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda (il y a tout juste vingt ans), une initiative soutenue par l’association Ibuka France et Survivors Fund. La philanthropie mémorielle par le biais d’une pop folk essentielle.

7. CUT_, « Papoutai (Stromae cover) »

Soudainement devenu camé et empreint d’un spleen synthétique, le « Papoutai » de Stromae connaît avec cette reprise par deux Néerlandais inspirés (et lookés façon Kraftwerk dans The Man Machine…) sa version la plus aboutie et la plus addictive, jeu de symétrie parfaitement réussi visant à retranscrire de manière littérale les paroles du morceau original en anglais, et reprenant jusqu’à l’esthétique du personnage figé propre au clip du maestro 2.0.

Merci à Eugenie Bellier pour The Brian Jonestown Massacre !

La plupart des morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de La Nuit Dernière EP de Pendentif

[DVD] Critique « Avant l’hiver » : Philippe Claudel réussit un thriller des petites choses, d’émotion et d’humain
Guide de l’autre France, Bourseiller indique des lieux décalés
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *