Musique

Playlist de la semaine (26)

Playlist de la semaine (26)

27 juillet 2013 | PAR Bastien Stisi

Benjamin Diamond - Love OverdoseLe retour d’Étienne Daho, celui de Peter Doherty et des Babyshambles, et la nostalgie raveuse de Paul Kalkbrenner…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute la Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants : 

1. Étienne Daho, « Les Chansons de l’Innocence »

Chansons de l’innocence, et plus encore, de la résurrection pour Étienne Daho, de retour avec un nouvel album (L’Invitation) en octobre, parrain musical panthéonisé par toute une génération d’artistes hexagonaux (Aline, Granville, La Femme, Lescop…) faisant leur le maniement de la pop interprétée en français.

2. Babyshambles, « Nothing come to Nothing »

Autre retour, autre époque, autre genre, mais pareil impact pour l’arrivée du nouveau Babyshambles Sequel To Prequel début septembre, un album dont le turbulent Peter Doherty a déjà annoncé qu’il devait être pour lui une manière de se relancer après une période pour le moins compliquée. Cerise sur le gâteau et couleur sur la pochette, le visuel de l’album est signé par l’immense  plasticien britannique Damien Hirst. Alors, curieusement coloré, le prochain Babyshambles ?

3. Benjamin Diamond, « Assassin Assassine »

Derrière les platines, Thomas Bangalter des Daft Punk, et Alan Braxe, l’un des piliers de la french touch première génération. À la réalisation du clip, Michel Gondry, décidément immuablement associé aux premiers soubresauts musicaux des deux robots français. Au chant, Benjamin Diamond. Qui ça ? Sand Diamond, pas de « Music Sounds Better With You », le titre phare de l’année 1998 et référence absolue en matière de house de dance-floor. Si les deux businessmen à casques ne cessent d’affoler les chars depuis la parution de Random Access Memories, Benjamin Diamond, de son côté, sort un ep autoproduit et s’essaye pour la première fois à l’interprétation en français. Dans un monde autre, loin des paillettes et du mainstream, le pari est réussi.

4. The Toxic Avenger, « Romance & Cigarettes »

Un album prévu pour le 4 octobre prochain, une ribambelle de guests dans le clip réalisé par Stéphane Benini (Orelsan, Disiz, Cartman, Merwan Rim), et une armée de gamins devenus de (faux) adultes qui se déchaînent dans les travées d’un supermarché totalement déserté pour illustrer le « Romance & Cigarettes » du dj français Toxic Avenger. L’électro du français se teinte de pop, et le clip d’une légèreté inattendue.

5. AlunaGeorge, « Bad Idea »

À côté des frangins printaniers Disclosure, qui n’ont pas attendu de dépasser leur vingtième année pour bouleverser les dancefloors du monde entier à l’aide de leur électro placée sous le filtre cohérent d’une house désuète et moderne, il y a AlunaGeorge, l’autre duo émergent de la scène électro britannique, qui a décidé de mélanger le R&B avec le dubstep, la soul avec l’électro, la voix d’ange d’Aluna avec les arrangements experts de George, et les bonnes idées avec les très bons morceaux. On écoutera justement leur duo avec les Disclosure (le tubesque « White Noise »), et leur dernier extrait, le très judicieux « Bad Idea ».

https://soundcloud.com/alunageorge/bad-idea

6. Von Pariah, « Someone New »

Des guitares vrombissantes, des mélodies parfaitement agencées, une vocalité furieusement rock, voilà le rugissement de nantais sans compromis, relève émergente d’une scène rock hexagonale à qui quelques riffes guitareux bien sentis ne pourront assurément faire aucun mal.

7. Paul Kalkbrenner, « Der Buhold »

Paul Kalkbrenner est un grand nostalgique. Afin de célébrer et de pérenniser la mémoire d’un temps résolument révolu, l’icône technoïde berlinoise a choisi d’ornementer les plages électro dance de son morceau « Der Buhold », extrait de son dernier album Guten Tag, d’une fusion d’images tirées de sa dernière tournée européennes ainsi que d’images d’archives émanant directement de rave party de l’Est berlinois des années 90. Lâchons les sens, lâchons la morale, et dansons.

Gaîté Lyrique : Say watt ?… Say what ???
Kabaret Warszawski, l’épatant cabaret varsovien de Warlikowski
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *