Pop / Rock
Le plasticien Damien Hirst se charge de la pochette du prochain album des Babyshambles

Le plasticien Damien Hirst se charge de la pochette du prochain album des Babyshambles

20 juillet 2013 | PAR Bastien Stisi

Babyshambles1Après la parution d’un premier extrait sonore (« Nothing Comes To Nothing ») et après l’annonce d’une date de sortie pour le 2 septembre prochain, les Babyshambles ont dévoilé la pochette qui ornementera le devant de Sequel To Prequel, leur troisième album studio : savoureuse surprise, le visuel est signé par l’immense plasticien britannique Damien Hirst, et est empli d’un coloris chatoyant que l’on n’est guère accoutumé à voir du côté de l’univers morbide et écorché du second groupe de Peter Doherty

L’ex-chanteur des Libertines n’a cessé de le répéter ces dernières semaines : ce nouvel album, le premier depuis son (très bon) opus personnel paru en 2009 (Grace/Wastelands), doit lui permettre de se relancer et de cesser de broyer du noir, de quitter cette phase de dépression chronique et d’autodestruction cérébrale qui le poursuit sans relâche et qui l’a même conduit à débuter récemment une nouvelle cure de désintoxication…Cette démarche occasionnellement optimiste du poète maudit de la britpop d’outre-Manche, si elle en fera au premier abord sourire et rendre perplexe plus d’un tant la mélancolie emphatique paraît faire partie intégrante du quotidien de l’artiste, semble toutefois se matérialiser et se ressentir jusque dans le coloris étonnamment réchauffé et lumineux appliqué sur la pochette de ce Sequel To The Preque, qui voit apparaître les silhouettes de Peter Doherty et de ses deux acolytes des Babyshambles entourées d’un halo multicolore et maquilleur follement enthousiasmant.

damien_hirst_crane_diamantS’associer à la gestuelle créative de l’omnipotent Damien Hirst, spécialiste émérite d’un esthétisme morbide et cadavérique diffusé depuis une vingtaine d’années dans une interrogation perpétuelle du rapport entre la vie et la mort, ne paraissait pourtant a priori pas être la démarche la plus pertinente pour redonner à Pete le terrible l’envie d’aborder son existence avec la jovialité la plus aboutie….Pourtant, après avoir dernièrement agité la polémique en confectionnant la réplique en platine d’un crâne d’un homme décédé au Siècle des Lumières et en l’incrustant de 8 600 diamants étincelants, la star de l’art contemporain abandonne l’espace d’une collaboration ses relents glauques d’outre-tombe pour redonner un souffle de vie probant et jovial aux rockeurs insoumis de la capitale londonienne, en teintant de pigments gouachés et bariolés les figures éclairées du groupe et en s’appuyant sur une photo anciennement prise par Penny Smith, le photographe des Clash.

De la lumière dans l’image, de la lumière dans le son, une résurrection à l’horizon pour les Babyshambles, dont vous pouvez également écouter le premier flamboyant extrait de Sequel To Prequel ici :

Visuel : © pochette de Sequel To Prequel des Babyshmables; Crane de Diamant de Damien Hirst

Requiem pour un cafard, un premier roman énergique aux éditions Bleu Pétrole
Royale attente au Royaume-Uni
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture