People
Royale attente au Royaume-Uni

Royale attente au Royaume-Uni

20 juillet 2013 | PAR Audrey Chaix

DSCN5373Depuis plusieurs jours, déjà, le Royaume-Uni retient son souffle, les yeux braqués sur l’aile Lindo de l’hôpital Saint Mary’s, à Londres. Littéralement. Car c’est ici que doivent arriver le Duc et la Duchesse de Cambridge à l’heure H pour la naissance du nourrisson le plus attendu de l’année 2013, plus connu ces derniers temps sous le nom de code « Royal Baby ».

Camilla Parker-Bowles a annoncé en début de semaine qu’elle était sûre que l’enfant royal serait là d’ici quelques jours. Sauf qu’on est samedi, et qu’il n’a toujours pas pointé le bout de son nez. Quant à la reine Elizabeth II, elle a déclaré avec humour, alors qu’une fillette lui demandait si elle préférait un garçon ou une fille : « I don’t think I mind. I would very much like it to arrive. I’m going on holiday. » (Je n’ai pas de préférence. J’aimerais vraiment qu’il naisse. Je pars en vacances.) Espérons donc que le suspense s’achève rapidement, que sa majesté la reine puisse partir en vacances sereinement… et arrière-grand-mère de l’héritier royal.

Pour patienter, florilège des initiatives les plus farfelues en lien avec cette naissance royale chez nos cousins britanniques :

– parce qu’on parie sur tout, au Royaume-Uni, tout est sujet à se rendre chez son bookmaker préféré pour mettre un petit billet sur une donnée en lien avec l’héritier du trône : son sexe, son prénom, la date exacte de sa naissance, mais aussi son poids, sa taille, la couleur de ses cheveux, si Kate accouchera sous péridurale ou non… Sachez que selon les parieurs anglais, l’héritier sera plus probablement une héritière et elle s’appellera Alexandra. Sachez quand même que selon les bookmakers, plus d’un million de livres ont déjà été engagées par les parieurs – et ce chiffre augmentera alors que la Duchesse de Cambridge entrera à l’hôpital…

– afin d’être surs d’êtres les premiers sur le coup, les journalistes du Sun ont installé une caméra devant l’entrée par laquelle la future maman doit passer pour se rendre en salle de travail. Vous pouvez aller y faire un tour, mais soyez prévenus, c’est d’un ennui sans nom. Pour pimenter un peu l’attente, ce même tabloïd a envoyé deux sosies de Kate et William aux abords de l’hôpital – quand on sait que cela fait plus de deux semaines que tout ce petit monde poireaute dans la rue, on se demande comment il n’y a pas eu de blessés.

– au delà de l’aspect people et presse à sensation, la naissance du royal baby est aussi très attendue pour la simple et bonne raison qu’elle est un facteur dopant de l’économie nationale – au même titre que le mariage royal il y a deux ans. On estime à 280 millions d’euros le chiffre d’affaires des commerçants britanniques. Entre les souvenirs édités pour marquer l’événement d’une pierre blanche et les streets parties dont les Britanniques sont si friands dès qu’un événement important arrive chez la famille royale, le champagne va couler à flots. En période de crise, ça rend les commerçants heureux. On aura bien sûr droit à une pièce de monnaie éditée spécialement pour l’occasion (à l’effigie de St George, saint patron de l’Angleterre).

– petite subtilité : ne restez pas pendus à votre fil Twitter entre 23h et 9h (entre minuit et 10h, heure française), cela ne servirait à rien. La reine aura la primeur de la nouvelle, on ne dérange pas sa Majesté en pleine nuit, même pour lui annoncer la naissance de son arrière-petit-enfant. Ensuite, le reste du pays sera prévenu par 103 coups de canons.

– Enfin, sachez qu’il serait temps qu’il arrive, ce bébé : un bon nombre de jeunes mères anglaises attendent sa naissance afin de nommer leur propre bébé…

Pour finir, un petit site bien utile pour savoir si oui ou non cet enfant est enfin né : www.hastheroyalbabybeenbornyet.com. Efficace.

Le plasticien Damien Hirst se charge de la pochette du prochain album des Babyshambles
[Live Report] Un vendredi muy caliente à Dour Festival (Belgique)
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *