Actu
Damien Hirst brûle ses oeuvres, des NFT en jeu

Damien Hirst brûle ses oeuvres, des NFT en jeu

21 octobre 2022 | PAR Noemie Wuchsa

Raviver la flamme, éteindre son œuvre. Mardi 11 octobre, l’artiste Damien Hirst a brûlé quelques centaines de ses œuvres chez lui, par la cheminée de sa galerie, à Londres. Cet événement s’inscrit dans la continuité d’une démarche entamée, abstraite et conséquente. Mais de ces tableaux, un souvenir crypté en restera … 

 

Le tableau se consume, les NFT restent

En ce moment, près de 5 000 œuvres ont disparu ou s’apprêtent à disparaître. Ce ne sont autres que les peintures en format A4 de la série Spot Paintings, hautes en couleur et saturées de points, de Damien Hirst. Loin d’être approximative, cette combustion généralisée est le fruit d’un choix, d’un processus particulier. 

 

Il y a un an de cela, à la fin de son exposition temporaire à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, l’artiste lance The Currency (“La Monnaie” en français), un nouveau projet audacieux. Les propriétaires de ses œuvres ont alors eu le choix : celui de garder matériellement leur tableau acquis, ou de conserver son équivalent … en NFT – un certificat d’authenticité numérique, exclusif et irremplaçable. Le verdict : la moitié a préféré conserver le tableau, l’autre le NFT, soit l’œuvre immatérielle, résistante à la destruction. Dès lors, depuis le 9 septembre, 4 851 peintures précisément se consument, progressivement, chaque jour, sous l’orchestration de l’artiste. 

 

Mardi dernier, cette démarche a été effectuée en direct sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram, spectateurs à l’affût. Hirst entend remettre en cause la marchandisation des œuvres d’art. Ici, cela se traduit par la monnaie numérisée, en contrepartie de ce jeu symbolique de l’autodafé. Brûler sa propre création.

 

Pour en savoir plus : Damien Hirst – The Currency

Visuel : Damien Hirst at the exihibition Damien Hirst The Complete Spot Paintings © Wikimedia Commons

A l’Opéra National de Lorraine, le puissant Ballet de Lorraine est virtuose dans les pièces « NO OCO » de Loïc Touzé et « Static Shot » de Maud Le Pladec !
AKAA 2022 revient pour sa 7ème édition ! Voici les coups de cœur de la rédaction !
Noemie Wuchsa

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration