Musique

Grammy Awards 2014 : consécration pour les Daft Punk, d’autres belles surprises

Grammy Awards 2014 : consécration pour les Daft Punk, d’autres belles surprises

27 janvier 2014 | PAR Céline Duverne

La 56e cérémonie des Grammy Awards s’est déroulée la nuit dernière au Staples Center de Los Angeles. Chaque année depuis 1958, La National Academy of Recording Arts and Sciences attribue aux meilleurs artistes et techniciens quelque 82 prix, dont les dix plus prestigieux sont remis en direct au cours d’un grand show télévisé. Résultat des courses, les Daft Punk sortent grands gagnants de la cérémonie. D’autres bonnes surprises et de grands moments musicaux étaient au rendez-vous.

Daft Punk

Sans surprise, ce sont les Daft Punk qui raflent la mise avec cinq trophées. Moins d’un an après sa sortie, Random Access Memories est sacré « meilleur album » et « meilleur album dance/électronica ». Le titre phare « Get Lucky », interprété en compagnie de Pharrell Williams et Nile Rodgers, est gratifié des prix de « meilleur enregistrement » et « meilleur duo ». Leurs ingénieurs du son ont enfin été récompensés pour leur travail sur l’album. Ce vaste palmarès vient compléter les deux Grammies obtenus en 2008 pour leur chanson « Harder, Better, Faster, Stronger », et en 2007 pour l’album Alive. « Honnêtement, je crois que la France est très fière de ces deux gars », s’est réjoui leur interprète Pharrell Williams – les deux Versaillais observant leur mutisme habituel, soustraits au regard du public par leurs casques de moto.

A leurs côtés, le duo Macklemore & Ryan Lewis s’impose comme le deuxième grand gagnant de la soirée avec quatre trophées à son actif : celui de la révélation de l’année et ceux des meilleurs album, chanson et interprétation pour The Heist.

Du haut de ses 17 ans, la jeune Néo-Zélandaise Lorde s’impose comme la révélation de la soirée – malgré son échec dans cette catégorie, où elle avait pourtant de bonnes chances de l’emporter. Elle se console en s’arrogeant les trophées de meilleure chanson et meilleure interprétation pop pour son tube Royals.

Le rappeur Jay-Z, qui détenait le record du nombre de nominations (neuf au total), recueille sa seule récompense dans la catégorie « meilleure collaboration rap » pour Holy Grail, avec Justin Timberlake.

Et les grands perdants ? Dans la catégorie Country, Taylor Swift se fait damer le pion par Kelsey Musgrave. Beyoncé rentre également bredouille de la cérémonie, où elle était nominée pour sa collaboration rap avec Jay-Z. Enfin, la jeune chanteuse Miley Cirus n’a pas été nominée ; une pilule dure à avaler.

Les Grammy Awards sont également réputés pour réunir de grands noms de la musique, à l’occasion d’un show unique. Au programme des festivités, le couple Beyoncé/Jay-Z a ouvert le bal avec une interprétation très sulfureuse de leur titre « Drunk in love ». Les Daft Punk se sont produits en direct pour la première fois depuis six ans, Lady Gaga a fait honneur à son titre de Reine de la provoc’ et Madonna a fait une apparition très remarquée avec son tube « Open your Heart ». Sous le regard attendri d’Yoko Ono, les spectateurs ont vu se réunir Paul McCartney et Ringo Starr, récompensés d’un trophée d’honneur pour l’ensemble de leur carrière. Des collaborations inédites ont enfin enflammé la scène du Staples Center, pour le plus grand plaisir du public en présence : le pianiste classique Lang Lang avec le groupe de hard rock Metallica, Robin Thicke avec Chicago et, duo très attendu, Imagine Dragons avec Kendrick Lamar.

Visuels : © Site officiel des Grammy Awards. 

« La maison de terre », le chef-d’oeuvre de Woody Guthrie arrive en France
Gagnez des places pour « Macbeth : Leïla and Ben A bloody history » le 01/02 au Tarmac
Céline Duverne

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *