Actu
Le monde culturel interpelle Emmanuel Macron face à sa « surdité » et son « mutisme »

Le monde culturel interpelle Emmanuel Macron face à sa « surdité » et son « mutisme »

21 avril 2021 | PAR Laura Rousseau

Depuis l’allocution d’Emmanuel Macron et l’annonce de la réouverture des lieux culturels à la mi-mai, les acteurs du monde de la culture  manifestent leur colère vis-à-vis du mutisme du gouvernement et de la réforme de l’assurance chômage.

Dans son allocution du 31 mars dernier, le Président de la République annonçait la réouverture progressive des lieux de culture dès la mi-mai 2021 si les conditions sanitaires le permettaient. Mais c’est dans le « si » que réside les problèmes. Le gouvernement multiplie les promesses de réouvertures pour ensuite les décaler, et ce depuis le début du deuxième confinement. Les acteurs de la culture interpellent les uns après les autres, le gouvernement, pour demander de la cohérence, et de la pertinence dans le calendrier de réouverture.

Un calendrier pour les musées

Après la lettre ouverte des soixante et un maires de grandes villes qui demandaient des perspectives précises quant à la réouvertures, cinq réseaux nationaux de musées et d’art contemporain – la Fédération des écomusées et musées des sociétés, le CIPAC, l’Amcsti, le Comité national français de l’ICOM France et le Réseau Plein Sud – ont adressé, à leur tour une lettre ouverte au Président.

Les membres des organisations de ces musées déplorent l’absence de discussion et de dialogue concernant la réouverture de leurs établissements culturels. « Il avait été annoncé il y a deux mois que les musées et lieux d’exposition, fermés depuis le 30 octobre dernier, seraient « les premiers convoqués à la réouverture » dès qu’une décrue du COVID serait assurée » rappellent-ils.

Les représentants des musées estiment être mis à l’écart des décisions et maintenus dans le flou depuis fin mars. S’ils s’interrogent déjà sur le calendrier promis par le gouvernement, la lettre fait surtout mention de l’incohérence vis-à-vis des réouvertures. Le gouvernement a manifesté à plusieurs reprises le souhait de d’ouvrir les secteurs culturels en même temps, en trois temps. Un plan pour les salles accueillant du public détaille un rétro planning en trois temps : une jauge à 35% dans un premier temps, 65% un mois plus tard pour atteindre les 100% à la mi-juillet. Mais pourquoi rouvrir tous les lieux culturels au public en même temps, alors qu’il est beaucoup plus simple d’appliquer des règles sanitaires dans les musées plutôt que dans les auditoriums par exemple ? « À l’été 2020, nous avons été les premiers à rouvrir sans qu’un quelconque « feu » ne se déclenche. » écrivent-ils.

Ils ne sont bien évidement pas les seuls à s’interroger sur ces incohérences et sur le manque de dialogue avec les institutions culturelles.

« Non à la mise à l’arrêt du monde culturel »

Dans une tribune, publiée dans Libération plus de 200 artistes et responsables culturels dont Corinne Masiero, Christophe Honoré, Vincent Dedienne, Jeanne Balibar, Boris Charmatz ou encore Anne Alvaro dénoncent la « surdité » et le « mutisme » du gouvernement face à la crise du monde culturel.

« Nous pensions alors, «qu’apprendre à vivre avec le virus» consisterait à concevoir ensemble les modalités du maintien d’un service public des arts et de la culture en toutes circonstances. » Ils déplorent également la reculade permanente de la réouverture des établissements culturels, et le manque de dialogue latent.

Au delà, du manque de précision face au calendrier de reprise de l’activité culturelle, les artistes condamnent les « projets de réformes des droits sociaux injustes et incompréhensibles dans ce contexte. » Cette réforme de l’assurance chômage aggraverait la précarité des intermittents du spectacles, de la jeunesse en recherche d’emploi et des salariés au statut déjà fragilisés. L’étude réalisée par l’Unédic à la demande de Force Ouvrière estime que près d’1,15 millions de demandeurs d’emploi pourraient voir leur allocation réduite de 17% en moyenne au 1er juillet.

« Entendez-vous ? » adressent les signataires de la tribune à Emmanuel Macron, alors que le mouvement d’occupation des théâtres s’est élargi aux établissements culturels, partout en France, que les acteurs du monde culturel prennent la parole pour exprimer à la fois leur colère et leur désespoir face à la situation.

Les vendredis de la colère

Vendredi dernier, pour dénoncer la réforme de l’assurance-chômage, des manifestations ont été organisées dans toute la France. A Poitiers, des manifestants ont simulé la mort de la culture et des services publics dans un « die-in » Plusieurs syndicats dont la CGT et le NPA, ont appelé à manifester une nouvelle fois pour le retrait définitif de la réforme de l’assurance chômage, la prolongation pour tous les intermittents du spectacle de l’année blanche, un plan massif de soutien à l’emploi pour la reprise du secteur culturel entre autres.

A moins d’un mois de la date (prévue) de réouverture, il est vrai qu’il serait temps d’entendre la détresse du monde culturel, ainsi que ses propositions mûrement réfléchies.

Visuel: ©André ALLIOT // Muséum national d’histoire naturelle, adhérent à l’Amcsti, l’une des organisations signataires du courrier. 

Une vie de poupée d’Erik Axl Sund : Deux adolescentes dans un monde de pervers
Fleetwood Mac « Live » : une setlist de rêve truffée de tubes planétaires.
Laura Rousseau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture