Vincent Lacoste et Lou de Laâge lauréats 2016 du prix Romy Schneider et Patrick Dewaere

3 mai 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Vincent Lacoste et Lou de Laâge sont les lauréats 2016 des prix Romy Schneider et Patrick Dewaere, qui récompensent les espoirs du cinéma français / francophone. Portrait de deux comédiens talentueux, dont la carrière a connu un sérieux coup d’accélérateur depuis quelques années, des Beaux Gosses à Hippocrate, de Respire aux Innocentes.

Les prix Romy Schneider et Patrick Dewaere (anciennement Jean Gabin) récompensent chaque année deux jeunes comédiens francophones prometteurs. Depuis 2010, cette distinction prestigieuse a été accordée à Marie-Josée Croze, Anaïs Demoustier, Bérénice Bejo, Céline Sallette, Adèle Exarchopoulos et Adèle Haenel pour les comédiennes et Tahar Rahim, Gilles Lellouche, Joey Starr, Raphaël Personnaz, Pierre Niney et Reda Kateb pour les acteurs. Un palmarès impressionnant, qui s’est  rarement trompé et a souvent été annonciateur d’une accélération pour la carrière des intéressés. Les organisateurs ont annoncé aujourd’hui le nom des deux lauréats 2016, Vincent Lacoste et Lou de Laâge qui ont remporté la partie face à  Pio Marmai, Matthias Schoenaerts, Zita Hanrot (César du meilleur espoir féminin pour Fatima) et Christa Théret.

Lou de Laage débute sa carrière cinématographique en 2011 dans J’aime regarder les filles (avec un certain Pierre Niney) et se fait remarquer dans Respire de Mélanie Laurent et Le Tournoi d’ Elodie Namer. 2016 lui permet de rencontrer un large succès public en tant que premier rôle avec Les Innocentes d’Anne Fontaine, excellente surprise du cinéma d’auteur cette année avec plus de 600.000 entrées en salles. La comédienne y dévoilait un charme obsédant et une vraie modernité, héritant d’un rôle magnifique questionnant la foi et la féminité.

Depuis Les beaux gosses, comédie culte de Riad Sattouf où il incarnait l’ado boutonneux par excellence, Vincent Lacoste a enchaîné les seconds rôles comiques dans des films plus (Jacky au royaume des filles, Camille redouble) ou moins réussis (Au bistro du coin, Lolo). Le comédien s’est récemment dévoilé dans des partitions plus complexes, au sein de comédies dramatiques lui permettant d’explorer une veine nonchalamment mélancolique. Il tient tête au duo Poelvoorde/Depardieu dans Saint Amour, forme un couple flamboyant avec Félix Moati dans La vie très privée de Monsieur Simétonne dans Peur de rien de Danielle Arbid et brille en jeune interne un peu paumé dans HippocrateOn le retrouvera très bientôt au cinéma dans Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer et Victoria de Justine Triet.

Gilles Hérail


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: