A l'affiche
Mélanie Laurent adapte avec justesse et humanisme « Le Bal des folles » de Victoria Mas

Mélanie Laurent adapte avec justesse et humanisme « Le Bal des folles » de Victoria Mas

03 octobre 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

L’actrice et réalisatrice Mélanie Laurent adapte Le Bal des folles sur petit écran et offre un film aussi troublant et sensible que sa version originale. Prix Renaudot des lycéens en 2019, le roman de Victoria Mas avait convaincu la critique lors de sa publication en racontant les femmes internées à la Salpêtrière au temps du professeur Charcot. 

Fidèle au roman de Victoria Mas, le film suit le parcours d’Eugénie, jeune femme de bonne famille capable de parler avec les morts. Alors qu’elle aspire à une vie émancipée de la tutelle de son père, celui-ci l’interne de force à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, célèbre en ce temps-là pour son service exclusivement féminin et dirigé par le professeur Charcot, un service spécialisé dans « l’hystérie » où toutes les malades sont considérées comme folles. Eugénie découvre l’horreur des techniques utilisées pour les « guérir » mais aussi une sororité bienveillante où toutes les femmes s’entraident. 

Premier film français d’Amazon Original, Le Bal des folles dépeint l’ambiance glaciale d’un hôpital aux pratiques archaïques et profondément misogynes. Aucune femme n’y est de son plein gré et se sait intrinsèquement incomprise. Elles sont dépressives, handicapées mentales, traumatisées par les mauvais traitements d’un homme ou ne rentrent simplement pas dans les codes de la société de l’époque. Le professeur Charcot, aidé de médecins et d’infirmières, les soignent à coup de bain de glace, d’éther et de séances d’hypnose en public. Le malaise règne par les regards impudiques et les corps nus, animalisés, réduits à un terrain d’expérimentations médicales dont le fondement n’est jamais remis en cause. Ridicule et anxiogène, la scène du fameux « bal des folles » arrive en point d’orgue de la démonstration de l’absurdité des pratiques. 

Le récit met finalement en lumière un univers d’hommes dominant celui des femmes. Opposition criante grâce à des costumes féminins essentiellement blancs face à des hommes vêtus de noir jusqu’à leurs chapeaux hauts de forme, elle est mise en scène par des plans de groupe accentuant les effets de face-à-face et d’incompréhension. Mélanie Laurent en fait ainsi un film choral, gracieusement mené par Lou de Laâge qui y incarne Eugénie avec brio, et réussit, au travers d’un formidable portrait de femmes, à retranscrire l’atmosphère aussi effrayante qu’humaniste de l’écriture de Victoria Mas. 

 

 

Le Bal des folles de Mélanie Laurent, avec Lou de Laâge, Mélanie Laurent, Emmanuelle Bercot, Benjamin Voisin. Adapté du roman de Victoria Mas (Albin Michel, 2019). 2h01. Disponible sur Amazon Prime Video

 

Visuel © affiche du film 

« Devenir imperceptible » de Clément Vercelletto : leçon de l’engoulevent
Stephan Eicher « Engelberg » : 30 ans déjà !
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture