A l'affiche
[Critique] « Hippocrate » de Thomas Lilti : une comédie française plus vraie que nature sur les coulisses de l’Hôpital

[Critique] « Hippocrate » de Thomas Lilti : une comédie française plus vraie que nature sur les coulisses de l’Hôpital

03 juillet 2014 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur des Yeux bandés (2008) poursuit toujours, en parallèle de sa carrière cinématographique, sa vocation de médecin généraliste. Dans Hippocrate qui est un peu un « anti » Doctor House, il allie les deux avec talent. Un casting formidable (Vincent Lacoste, Réda Kateb, Jacques Gamblin) pour un film qui a clos la Semaine de la Critique et qui fait réfléchir… Sortie le 2 septembre et avant-première samedi 5 juillet, dans le cadre du Festival Paris-Cinéma.

[rating=4]
Benjamin (Vincent Lacoste) a 23 ans et choisit l’hôpital que dirige son père pour faire son internat. Sérieux, appliqué et tentant de faire oublier qu’il vient d’un milieu privilégié, il se trouve confronté très brutalement à la réalité du métier : à la fois très prosaïque avec des questions humaines et éthiques très lourdes. Entre le décès d’un de ses patients, la fatigue des gardes, le cas de conscience de savoir s’il faut soulager à hautes doses de morphine une toute vieille dame en fin de cancer qui s’est cassé le col du fémur et les repas carabins en sous-sol de l’hôpital, il se confronte et se lie avec l’autre interne de son service, Abdel (Réda Kateb), médecin chevronné en Algérie mais obligé de redevenir interne en espérant d’avoir son équivalence et de pouvoir pleinement exercer en France.

Dans une sorte de grande vague de mouvement permanent aussi épuisante qu’une lame de fond, on suit ces deux personnages assez divers dans leurs parcours. Derrière eux, patients dociles ou exaltés, infirmiers débordés et managers zélés livrent un portrait à la fois vivant et angoissant des coulisses de la Santé en France. Les mots sont justes, les comédiens aussi, les faits sont brusques et l’on sort du film à la fois ému, conscient qu’être médecins « C’est pas une profession, c’est une malédiction ». Mais aussi avec l’impression qu’on nous a volé un peu de la magie de la médecine si bien entretenue par les séries américaines…

Hippocrate, de Thomas Lilti avec Vincent Lacoste, Reda Kateb, Félix Moati, Jacques Gamblin, Marianne Denicourt, France, 2014, 1h42. Le Pacte.Sortie le 2 septembre.

https://www.youtube.com/watch?v=ipXVRy6ZEM4

Visuels : (c) photo et affiche officielle du film

« La métaphore, voie royale de la communication », par Gérard Szymanski,
Les soirées du week-end du 3 juillet
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *