L’ogre Youtube veut manger les petits

23 juin 2014 Par
Alexander Mora-Mir
| 0 commentaires

Beaucoup d’artistes comme Adèle ou les Arctic Monkeys pourraient disparaître du site de musique gratuite en ligne Youtube ! Le géant du clip veut instaurer un abonnement payant que les petits labels refusent de payer, selon le Financial Times.

Le site créé en 2005, racheté par Google en 2006 entend aujourd’hui bloquer les vidéos d’artistes internationaux comme Adèle ou les Arctic Monkeys suite au refus de leurs maisons de disques de signer les conditions tarifaires du système d’abonnement payant du groupe. La plateforme entend bloquer « dans les jours qui viennent » ces vidéos, a déclaré Robert Kyncl, directeur des opérations commerciales de la filiale de Google, d’après le Financial Times.

youtube

Une décision qui ne surprend pas, puisque Amazon a lancé la semaine dernière son propre service de musique en ligne, Apple l’est aussi après le rachat de Beats Musique il y a un mois. C’est à Youtube de montrer sa détermination en investissant sur le marché de l’abonnement musical.
Robert Kyncl a affirmé au journal que les labels ayant signé ses nouvelles conditions tarifaires représentaient 95% de l’industrie musicale (trois géants, Universal Music, Warner Music, et Sony Music ont signé l’accord). Néanmoins, certains labels indépendants comme XL Recordings refusent pour le moment de signer, entraînant ainsi le blocage des vidéos des artistes qu’ils produisent. On peut compter parmi ces labels, des stars et groupes très célèbres comme Adèle, les Arctic Monkeys, The XX ou encore Jack White. Des milliers d’autres sont sur la sellette et représentent 10% de la production musicale du site, peu pour que papa Google fasse un geste.

Des conditions jugées déloyales par des labels indépendants qui avaient accusé Youtube de les menacer d’enlever leur catalogue s’ils refusaient des conditions tarifaires qu’ils jugeaient « fortement défavorables » et « non négociables ». Le syndicat français des producteurs indépendants avait alors déclaré que si Youtube ne reconsidérait pas sa position « les organisations professionnelles représentant les intérêts de ce secteur seront contraintes de saisir la Commission européenne ». Selon Robert Kyncl, « l’objectif d’avoir 100% (du catalogue) n’est probablement pas réalisable » mais s’en accommode toutefois.

Avec 1 milliard de visites par mois, l’offre d’abonnement est en préparation tout l’été. Les internautes, d’ici quelques mois auront donc accès, moyennant un abonnement, à une plateforme d’écoute de musique Youtube (avec ou sans vidéo) rejoignant le principe de Deezer ou Spotify. Et selon les formules, vous aurez de la publicité ou non. En d’autres termes plus vous payerez cher, moins vous en verrez. Il sera aussi possible de stocker de la musique pour l’écouter hors connexion, de quoi avoir des playlists stockées sur l’ordinateur.

© Visuel : Creative Comments Wikipedia