Beaux-Livres
« Le Manuel de survie du vidéaste » de Ludoc : Comment réaliser sans budget ?

« Le Manuel de survie du vidéaste » de Ludoc : Comment réaliser sans budget ?

29 novembre 2020 | PAR Julien Coquet

Réalisateur de nombreuses vidéos sur Internet pour les plus importants Youtubeurs français, Ludoc présente ici une encyclopédie technique de ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour réaliser une bonne vidéo. Pédagogique et ludique.

A l’ouverture de ce beau livre, les vieux de la vieille pourraient grincer des dents : un simple réalisateur de vidéos pour Youtube serait à même de nous donner des conseils de réalisation ? Sauf que Ludoc n’est pas qu’un simple réalisateur de vidéos Youtube (il a signé des campagnes de publicité et réalisé des séries pour Amazon Prime et GQ) et que Youtube ne recèle pas que des vidéos de chat mal éclairées où les pixels font la taille de votre pouce. En introduction, Ludoc explique d’ailleurs que ce sont les contraintes excessives et le manque de budget qui le conduisent constamment à bidouiller sur les plateaux de tournage avec Natoo, Jérôme Niel, Norman, le Studio Bagel… « Mon travail consistait alors à trouver des solutions pour rendre réalisables des idées folles, comme si on avait eu le budget. » Un plan de New York ? Une course-poursuite sans cascadeur ? Avec un peu de débrouille, c’est possible.

Découpé en dix chapitres et deux annexes, le manuel couvre le maniement de la caméra au montage en passant par le choix des objectifs, la prise de son, l’éclairage, le découpage du scénario, etc. Si le manuel vise à s’adresser aux néophytes, il n’évite pour autant pas les notions techniques. De nombreuses définitions précises parsèment le livre et le lecteur saura différencier le diaphragme de l’obturateur, le plan serré du plan américain, ou encore le match cut du jump cut.

Pour faciliter l’apprentissage, chaque explication est accompagnée de photos explicatives, de schémas et de conseils. Les exemples, tirés aussi bien du cinéma populaire que du cinéma d’auteur, viennent souligner un propos. Pour expliquer les différences de point de vue, Ludoc analyse ainsi une scène de Reviens-moi (Joe Wright, 2008) dans laquelle un point de vue objectif est complété par un point de vue subjectif. Le Manuel de survie du vidéaste s’adresse donc à tous les curieux du cinéma, ceux qui souhaitent se lancer dans la réalisation comme ceux qui, devant un film, ne peuvent s’empêcher de demander : « Mais comment a-t-il fait ? ».

« Le cut est la coupe de base qui assemble deux plans, reliant la dernière image de l’un et l’image de début du suivant. C’est la coupe la plus courante que vous utiliserez la plupart du temps.
Chaque changement de plan implique un raccord dicté par deux impératifs : la nécessité de montrer autre chose (un comédien qui répond, un regard vers un objet, etc.), ou la nécessité de ne pas prolonger l’image en cours (la fin d’une action ou d’une séquence). Il faut donc que l’image qui suit ait une différence suffisamment grande et que cette différence soit intéressante. Les raccords peuvent être amenés de différentes manières. »

Le Manuel de survie du vidéaste, Ludoc, Editions Marabout, 360 pages, 29,90 €

« Tout Chabrol » de Laurent Bourdon : Somme d’un réalisateur prolifique
Mathias Enard nous invite « Au banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs »
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture