Musique
Thom Yorke en guerre ouverte contre Spotify

Thom Yorke en guerre ouverte contre Spotify

16 juillet 2013 | PAR Bastien Stisi

Thom Yorke - The EraserVous appréciiez jadis (la semaine dernière) de coller vos tympans contre les vibrations transcendantes et déstructurées de « Twist », contre le psychédélisme aérien de « The Eraser », contre les voluptés occasionnées par la discographie globale de Thom Yorke. Ce plaisir innocent et superbe vous est toujours permis, mais plus sur Spotify, qui a dû retirer ces derniers jours le catalogue solo de l’omnipotent chanteur de Radiohead, ainsi que celui de son projet annexe Atoms for Peace. La raison de cette volte-face radicale ? Une remise en cause du modèle même du site de streaming musical, jugé spoliateur et peu égalitaire…

C’est par le biais du compte Twitter de Thom Yorke que l’artiste, ainsi que son producteur Nigel Godrich (qui est également celui d’Atoms for Peace) ont annoncé la nouvelle : si aucune modification n’est à signaler concernant les morceaux en ligne de Radiohead, il n’est désormais plus possible, mis à part quelques collaborations et remixes, d’accéder aux contenus discographiques de Thom Yorke et d’Atoms for Peace par le biais de Spotify.

Robin des Bois des temps modernes et numériques (on se souvient de l’expérience In Rainbows en 2007, que les internautes pouvaient télécharger au prix qu’ils souhaitaient…), c’est pour défendre l’intérêt pécuniaire des jeunes artistes, et non spécifiquement les siens, que le chanteur et compositeur britannique a brandi le drapeau de la discorde, considérant que le système proposé par le site de streaming musical profitait exclusivement aux majors principaux de l’industrie du disque, tout en desservant l’intérêt des groupes émergents et méconnus. Pour illustrer son propos, Thom Yorke a mis en avant l’exemple de la discographie des Pink Floyd, longtemps demeurée inaccessible sur Spotify et récemment récupérée par la géante entreprise suédoise. Pour lui, si The Dark Side of the Moon avait voulu paraître en 2013 et non il y a quarante ans, le disque n’aurait peut-être même jamais pu voir le jour…

De son côté, en répercussion au tour de force engagé par l’artiste, Spotify a tenu à calmer le jeu, et à rappeler la phase de développement qui était la sienne actuellement, en mettant toutefois en avant le fait qu’elle a déjà permis à de nombreux artistes de se faire connaître et leur a déjà reversé « 500 millions de dollars et près de 1 milliard d’ici à la fin de l’année« .

Visuel : © pochette de The Eraser de Thom Yorke

Exhibit B de Brett Bailey expose les victimes de la colonisation au festival d’Avignon
Gagnez 2×2 forfaits pour les concerts du jardin du festival Les Nuits Secrètes (2, 3, 4 août)
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *