Mode

Tendances apocalyptiques

Tendances apocalyptiques

15 octobre 2019 | PAR Cloe Assire

Depuis quelques années, les défilés deviennent le lieu d’expression idéal pour que les designers marquent leur volonté de conservation de notre Belle Bleue. Entre sublimation de la nature, thème récurrent dans l’industrie de la mode, et slow fashion…zoom sur ce que l’on pourrait qualifier de tendances apocalyptiques.

 

La mode est la seconde industrie la plus polluante du monde, juste derrière le pétrole. Rendement n’a en effet pas tendance à rimer avec environnement…Alors que les consommateurs n’hésitent plus à dévoiler au grand jour leurs idéologies, le monde de la mode doit prendre un tournant pour répondre aux nouvelles attentes de leur clientèle. Nombreux sont désormais les designers et événements qui réfléchissent à des modèles de fabrication et de commercialisation innovants. Au-delà de cette question écologique et économique, depuis quelques décennies maintenant, on peut indéniablement parler de tendances apocalyptiques où l’Homme oscille entre conditions extrêmes, précaires sans oublier la figure de l’archéologue d’une civilisation futuriste.

©Adrien Dirand

Un rappel est cependant essentiel pour comprendre cet engouement actuel de la part des designers. La nature est incontestablement la source d’inspiration première de la mode, et cela depuis toujours. Les broderies de Charles-Frederick Worth par exemple, à l’origine de la Haute Couture à la fin du XIXème siècle, étaient influencées par des motifs végétaux. Aujourd’hui, il est donc encore question de sublimer la nature, notamment pour montrer à quel point il faut préserver celle-ci. Récemment, Noon By Noor présentait à la Fashion Week de New York une collection entièrement créée à partir des évocations d’une perle de culture. Charles and Ron mettaient en avant la végétation de Malte tandis que Studio 189 imprimait de manière traditionnelle les silhouettes de différents types de feuilles. Ces défilés n’appellent pas nécessairement à un nouveau modèle de consommation mais subliment sans cesse la nature : les exemples sont en effet nombreux, à chacune des collections, et cela quelles que soient les saisons.

Photo by Arun Nevader/Getty Images for Art Hearts Fashion

Mais comment parler de tendances apocalyptiques sans évoquer la slow fashion, souvent à l’origine de défilés porte-paroles pour les designers  ?  Adeline Ziliox par exemple prend soin de réutiliser certaines matières issues de ses collections précédentes tandis que Lo Neel, marque vegan toute jeune, met un point d’honneur à construire un nouveau modèle de consommation éco-responsable. Création de nouvelles fibres, upcycling, colorants naturels, etc tout est bon pour une mode durable. De plus, notons que le salon Who’s next a tenu à mettre en avant ce tournant de l’industrie de la mode en créant la section Impact, valorisant les marques prônant le respect de notre planète et des êtres en général. Même H&M, enseigne symbole du fast fashion, installe dans chacune de ses boutiques des bornes en vue de récupérer les vêtements dont les consommateurs ne se servent plus. Mais c’est bel et bien Marine Serre, la figure montante dans ce domaine, qui  a marqué les esprits avec sa collection Manic Soul Machine présentée en 2018 à la Fashion Week parisienne. « L’apocalypse a frappé » écrira-t-elle sur le manifeste justifiant une autre de ses présentations intitulée « Radiation »…la mode cherche donc véritablement à nous ouvrir les yeux et non plus à s’enfermer dans une bulle de beauté comme on aurait souvent trop tendance à le penser.

 

Les tendances apocalyptiques ont donc pour terreau des collections survivalistes où masques, combinaisons, couvertures de survie ou doudounes démesurées sont de plus en plus nombreuses. Chaque parcelle de peau semble devoir être protégée de l’environnement extérieur. Rick Owens modifiera totalement le visage des mannequins pour la collection automne-hiver 2019 : la femme n’apparaît plus humaine, sa morphologie ayant dû s’adapter pour survivre. Apocalypse rime donc souvent avec tendance futuriste…

 

 

 

 

 

La Philharmonie nous emmène dans l’univers sonore du cinéma de Charlie Chaplin !
« Les Petits Bonnets » contre les gros bonnets, cirque et théâtre musical pour un récit émancipateur
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *