Mode
Lo Neel : marque vegan à Who’s Next !

Lo Neel : marque vegan à Who’s Next !

23 septembre 2019 | PAR Cloe Assire

Du 6 au 9 septembre 2019, au sein du Parc de Expositions de Porte de Versailles, s’est tenu l’incontournable salon réservé aux professionnels de l’industrie de la mode : « Who’s next ». Cette année cependant, une nouveauté n’est pas négligeable avec la section « Impact » donnant la parole aux marques dites « engagées » pour l’avenir, en particulier socialement et écologiquement. L’idée d’une mode éco-responsable devient en effet de plus en plus importante dans le secteur comme l’a notamment montré le « Fashion Pact » présenté au G7 à Biarritz et concernant de nombreuses entreprises, de la fast-fashion au milieu du luxe. Dans ce contexte de prise de conscience, focus sur « Lo Neel » dont Kalki Rielland, égérie de la marque, va nous parler.

Pourriez-vous nous présenter Lo Neel ?

Lo Neel est une marque française éco-responsable et vegan qui est née d’une envie de développer un nouveau modèle créateur éponyme aux valeurs respectueuses de la nature et des êtres. La griffe allie modernité, matières innovantes et savoir-faire artisanal. Nous avons commencé à commercialiser nos produits via notre site internet le 12 juin. La démarche première de l’entreprise est de proposer de nouvelles fibres comme le cuir d’ananas, la fibre de soja ou de banane ou encore le coton bio dans le but d’allier innovation et style avec une prise de conscience engagée. Lo NEEL se veut respectueuse du monde et des Etres. Les pièces de la collection sont cousues avec des partenaires choisis pour leur savoir-faire ancestral et raffiné avec un contrôle engagé des conditions de travail. La marque adopte une nouvelle distribution dite slow fashion, proposant un vestiaire complet à toutes les femmes. L’esprit est poétique, bohème mais avec une touche rock. Le vestiaire est interchangeable, à mixer au gré de ses envies pour un look affirmé/raffiné pour toutes les générations. Les matières sont choisies avec soin, pour les générations futures, dans le seul but du zéro déchet pour notre planète. Par exemple, la marque vegan est certifiée « cruelty free » par PETA. Lo NEEL n’utilise que des matières végétales à faible impact écologique comme la viscose certifiée FOREST ou le coton biologique certifié OEKO TEX.

Qui est à l’origine de Lo Neel ?

La collaboration est née d’une envie de construire un nouveau modèle de consommation éco-responsable avec une marque éponyme. Le projet mère/fille a mûri lentement entre Frédérique Muller, passionnée de mode significative dans le développement des collections, et Loane Cognard, étudiante à l’IESEG, apportant la fougue de la jeunesse. La notion de transmission est une valeur qu’elles souhaitent absolument renvoyer auprès des jeunes générations. La première syllabe du prénom de la fille se retrouve d’ailleurs dans le nom de Lo NEEL. La deuxième partie du nom renvoie à l’exploratrice Alexandra David-Néel, première Française exploratrice au Tibet et en Inde.

Pourriez-vous nous en apprendre davantage sur les produits ? Quelles sont les pièces qui vous font chavirer ?

Le tablier est indéniablement la pièce qui me plaît le plus : atypique, en viscose de soja, ce vêtement peut se porter en toutes circonstances, de la soirée en passant par la vie quotidienne. Cette pièce est à l’image de la marque selon moi, également d’un point de vue esthétique. Le pantalon en fibres de banane m’enchante aussi, en particulier pour une raison de confort. Et j’aime l’idée de porter une tenue faite de fibres de soja et de banane ! Mais il ne faut pas oublier les pièces phares comme le perfecto brodé à la main du motif exclusif des paons et fleurs emblématiques de la gamme en fibre d’ananas. Par ailleurs, le perfecto en cuir d’ananas gris métallisé est certainement la pièce phare du vestiaire proposé par Lo NEEL. Les accessoires comme la large ceinture à porter sur la robe chemise ou la ceinture-banane viennent compléter le vestiaire imaginé.

Comment se situe Lo Neel en terme de prix auprès des consommateurs ?

Les prix avoisinent ceux des marques moyen/haut de gamme pour un produit à une valeur ajoutée non négligeable , des matières innovantes sans oublier la touche broderie faite main et éco-friendly.  Le blouson en cuir d’ananas est par exemple vendu à 698 euros sur le site Internet. Il est fabriqué à partir des feuilles d’ananas bio transformées en fibres sans aucune perte de terres cultivées ou d’utilisation d’eau. Les teintures de nos produits sont également naturelles, ici à partir de maïs pour le coloris silver. Nous innovons constamment, notamment pour garantir la qualité, la provenance des produits mais aussi pour poursuivre une démarche en vue du développement d’autres matières.

Pourquoi avoir choisi d’être représentée dans la section « Impact » de « Who’s next » ?

« Who’s next », en créant pour la première fois la section « Impact », montre qu’un tournant doit être pris dans le secteur de la mode. C’était également l’occasion de s’adresser à un public préalablement averti. L’offre y est conséquente pour les marques déjà implantées. La partie IMPACT est plus intimiste, avec le parti pris du sol brut en béton et de l’éclairage naturel faisant écho à nos valeurs. Ce fut une expérience très intéressante, pleine de rencontres et d’entraide, un véritable tremplin au niveau de la visibilité.

Quel est votre rôle au sein de la marque ?

C’est en décembre que l’on m’a contactée pour être égérie de Lo Neel en raison de mes origines franco-indiennes. Je connaissais en effet l’une des deux créatrices et le projet, les valeurs qu’il défend, m’ont de suite paru intéressantes. La mode est une grosse industrie et les choses pourraient véritablement bouger. De plus, nombreuses sont les marques réinterprétant la culture indienne pour sa richesse, mais souvent dans l’excès. Lo Neel en réinterprète les codes entre modernité et poésie avec des mélanges subtiles pour une marque jeune et dans l’air du temps.

Quel serait l’objectif de Lo Neel à long terme ?

La priorité serait d’avoir un point de vente fixe, et non plus simplement des pop-up stores éphémères, et donc de trouver des investisseurs prêts à se lancer dans l’aventure. Nous avons la chance de nous rendre à la Vegan Fashion Week de Los Angeles qui se tiendra du 10 au 15 octobre. L’occasion d’apporter une dimension encore plus internationale à Lo Neel !

Crédits :© Mathilde Filipozzi et Killian Bouyssonnade 

Steven Cohen au Festival d’Automne : une élévation
Gagnez 1×2 places pour Pelléas & Mélisande à l’Opéra de Dijon le 8 novembre
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *