Spectacles
Les spectacles à voir ou à revoir en 2020

Les spectacles à voir ou à revoir en 2020

16 janvier 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ce deuxième temps de la saison 2019/2020 donne l’occasion aux salles de programmer quelques tubes. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas ! 

Le captivant Le reste vous le connaissez par le cinéma de Daniel Jeanneteau joue à domicile, au T2G jusqu’au 1er février.

Hen, la poupée queer de Johanny Bert s’empare désormais du Mouffetard du 22 janvier au 8 février. Un chef d’oeuvre, un coup de talon aiguille dans le vieux monde. A voir en urgence. 

Fase, le duo fondamental de Anne Teresa de Keersmaeker est transmis à Yuika Hashimoto, Laura Maria Poletti / Laura Bachman, Soa Ratsifandrihana du 12 au 22 février au Théâtre de la Ville 

A Chaillot et avec le Théâtre de la Ville, Christian Rizzo reconstruit Une Maison hantée.  Du 27 au 29 février.

Le délicieux l’Amour Vainqueur d’Olivier Py, gros coup de cœur la dernière édition du Festival d’Avignon, sera à voir au Centquatre du 3 au 8 mars.

Du 19 mars au 5 avril, Galvan danse à nouveau avec les chats du Cirque Romanès, qui pour l’occasion s’installe à la Villette

Cela fait un moment, deux ans exactement que nous attendions cette bonne nouvelle. Le pays lointain de Lagarce,  par Christophe Rauck et la 5e promotion d’auteurs et d’acteurs de l’École du Nord  qui nous  avait tant plu à Avignon en 2018 se donne au Théâtre 71 du 25 février au 1er mars . Informations et réservations

Les Idoles de Christophe Honoré reviennent nous hanter à l’Odeon du 11 au 28 juin. Surveillez l’ouverture des réservations !

Phèdre, l’explication de texte foutraque et indispensable de François Gremaud arrive au Théâtre de la Bastille du 4 mai au 6 juin

Une nouvelle fois,  Jean-Christophe Meurisse et le collectif passent à table. Plus vulgaires, plus potaches et du coup, plus vrais que jamais.Tout le monde ne peut pas être orphelin est une parfaite représentation de tout ce qu’une famille peut avoir de maléfique. Du 2 au 14 juin 2020 au Théâtre des Bouffes du Nord, Paris. 

 

Visuel :© Jean-Louis Fernandez

 

A Love Suprême, un plongeon dans la nuit vacillante avec Durringer
Deux standing ovations pour « Maxime Gasteuil arrive en ville », au Théâtre de la Tour Eiffel
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *